La voiture électrique : le choix le plus durable ? Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

La voiture électrique : le choix le plus durable ?

Le Gouvernement a lancé de nombreuses incitations financières pour permettre à chaque propriétaire de voiture de passer à l'électrique. Malgré tout, vous êtes encore nombreux à hésiter entre l'électricité et le diesel ou l'essence. La voiture électrique est-elle le choix le plus durable ?

Par S.J.
Publié le Mis à jour le

Découvrez sans plus attendre les avantages liés à l'achat d'une voiture électrique, l'une des meilleures alternatives pour nos déplacements dans les années à venir.

Pourquoi le véhicule électrique est-il le choix le plus durable ?

Pour les particuliers, plusieurs raisons militent pour passer au véhicule électrique sans attendre :

- augmentation du nombre de bornes de rechargement sans précédent,
- autonomie des véhicules de plus en plus longue (certains étant donnés pour plus de 400 km),
- chargement de la batterie toujours plus rapide,
- modèles de plus en plus nombreux.

Les constructeurs ont bien compris que les automobilistes étaient prêts à passer le pas. Il suffit de voir les 10 nouvelles voitures électriques de 2019 sur moteurnature.com pour s’en convaincre.

Du point de vue du développement durable, la voiture électrique présente un bilan carbone moins élevé que les véhicules thermiques, y compris sur un cycle de vie complet, selon l’étude ADEME 2017*. L’impact écologique faible du véhicule électrique est en particulier dû :

- à l’absence d’émission de gaz à effet de serre pendant toute sa durée d’utilisation,
- au fait que la France est une électricité principalement nucléaire, donc non carbonée.

Ces performances écologiques vont encore progresser, grâce à l’amélioration des batteries :

- adaptation de l’autonomie aux besoins du véhicule,
- éco-conception et recyclage,
- amélioration des processus de fabrication.

D’ici une dizaine d’années, la transition énergétique, qui implique un passage de l’énergie nucléaire aux énergies renouvelables, augmentera de façon exponentielle la durabilité des véhicules électriques.

 

Changer pour un véhicule plus récent

En 2019, ce qui importe surtout au gouvernement français est d’inciter les automobilistes à rouler plus durable en rajeunissant le parc des véhicules automobiles, plus encore qu’en le « verdissant ». Les véhicules anciens sont, en effet, réputés pour émettre plus de gaz à effet de serre et consommer plus d’énergies fossiles que les véhicules plus récents.

Les voitures anciennes ne sont pas équipées des nouveaux moyens de lutte contre la pollution : pots catalytiques, filtres à particules, etc. Ces véhicules, s’ils ne sont pas mis hors circulation, continueront de polluer plus que les véhicules récents. Il convient d’ailleurs de préciser que les contrôles techniques sont fonction de l’âge du véhicule. Ainsi, les diesels mis en circulation avant 1980 et les « essence » mis en circulation avant 1972 échappent aux contrôles anti-émission de GES.

Adopter un véhicule plus récent en remplacement de ces vieux véhicules diésel ou essence, même si le véhicule acheté n’est pas un véhicule électrique, est donc bien un choix durable, qui ne pourra que contribuer à réduire les émissions de gaz à effet de serre. L’objectif du gouvernement est de supprimer 500 000 véhicules polluants d’ici la fin du quinquennat. Pour autant, le passage au véhicule électrique reste la solution la plus durable, quand on sait qu’il émet deux à trois fois moins de GES qu’un véhicule thermique, de sa fabrication à sa destruction.

* Etude ADEME presse – communiqué de presse du 6 décembre 2017

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Spyker Le 07/02/2019 - 05:53
"chargement de la batterie toujours plus rapide", ça ne veut rien dire, la vérité c'est qu'il faut 1 heure pour récupérer 100 kms sur un chargeur rapide quand un véhicule thermique c'est 5 min à la pompe pour 800 kms d'autonomie... Vous parlez de véhicules avec plus de 400 kms d'autonomie, sauf que ces modèles, les Tesla, valent 60.000 € ! Une Zoé c'est 250 kms d'autonomie en usage réel...alors qu'elle est annoncée par Renault à 400 kms.
Voir tous les commentaires (1)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...