La voiture moyenne 2008 en France : taille, CO2, prix : tout baisse !
habillage
banniere_haut

La voiture moyenne 2008 en France : taille, CO2, prix : tout baisse !

Depuis 1953, L'argus définit les caractéristiques de la voiture moyenne en France. Mais alors que cette auto standard avait tendance à grossir, la voici qui se met au régime...

Par Xavier Chimits
Publié le Mis à jour le

Renault Espace - DMPartout, l'heure est à la baisse. En un an, la Voiture moyenne française a perdu 2 cm (4,15 m), 40 kg (1 253 kg), 58 cm3 (1 576 cm3) ainsi que 5 chevaux (100 ch). Comme la part du diesel a continué d'augmenter (77 % des ventes contre 74 % en 2007), la consommation mo yenne a chu té de 0,2 l/100 km (5,3 l).

 

En conséquence, les émissions de CO2 ont fortement reculé : 135 g/km au lieu de 145 g ! A ce rythme, la Voiture moyenne bénéficiera en 2009 d'un bonus écologique de 200 €.

 

Ce qui, soit dit en passant, ne fera pas les affaires des finances publiques attaquées sur deux fronts : l'augmentation de ses dépenses en écotaxes et la diminution du produit de la fiscalité sur les carburants.

 

Enfin, point peut-être le plus significatif, le prix de la Voiture moyenne a baissé de 1 056 €, pour revenir à son niveau de... 2004 ! Ce changement subit des caractéristiques de la Voiture moyenne procède de deux facteurs. Primo, les consommations ont baissé, conséquence de l'écotaxe entrée en vigueur au 1er janvier 2008. Preuve que les constructeurs disposaient d'une marge qu'ils n'avaient jusqu'alors pas vraiment exploitée.

 

 

Pour un peu de CO2...

L'électronique a permis aux ingénieurs d'améliorer le rendement énergétique des mo teurs ces dernières années, au profit de la puissance. Visiblement, ils ont réorienté le curseur, en privilégiant le critère de la consommation.

 

Ensuite, les goûts du public ont évolué, descendus d'une catégorie au moment de l'achat. En témoignent l'augmentation des ventes dans les segments bénéficiant du bonus (citadines, polyvalentes), et leur net recul là où sévit le malus.

 

Monospaces et SUV compacts étaient jusqu'à l'année dernière les nouveaux enfants chéris du marché français. Ils ont appris depuis une dure leçon : parfois, l'amour du public tient à quelques grammes de CO2... C'est bien l'effet multiplicateur de ces deux facteurs agissant conjointement qui a provoqué le spectaculaire retournement opéré par l'automobile en France en 2008.

 

Mais à dire vrai, la Voiture moyenne 2007 annonçait déjà cette mutation. L'argus l'avait signalé voilà exactement un an : elle avait cessé de grandir, et affichait la même consommation qu'en 2006. Comme si elle avait atteint une phase de plateau et freiné avant de virer. Car déjà, avec des tensions sur les prix des carburants et des menaces sur l'environnement, l'automobile avait pris cons cience qu'elle ne pourrait persister à croître chaque année.

 

 

2008 année charnière ?

Franchement, ni le bonus ni le malus ne pèsent lourd sur les dépenses automobiles d'un ménage. Mais l'effet psychologique de l'écotaxe est allé bien au-delà de ce qu'escomptaient ses concepteurs. Sont arrivées ensuite, dans la même année, la flambée du prix du pétrole, puis la crise économique. Dès lors, les Français ont réorienté leur choix vers des voitures consommant moins.

 

A en juger par les premiers chiffres 2009, la Voiture moyenne de France devrait continuer à réduire la voilure cette année. Cette tendance annonce-t-elle une ère nouvelle ? Il est trop tôt pour l'affirmer. Et lorsque les historiens de l'automobile retraceront son parcours, 2008 risque fort d'apparaître com me une année charnière dans l'évolution de l'espèce à quatre roues.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours