Vous êtes ici :

L'autopartage électrique, selon La Rochelle

L'autopartage électrique, selon La Rochelle
Il n'y en a que pour Autolib !  Bien avant le service d’autopartage électrique parisien, des pionniers ont ouvert la voie. Et première commune parmi toutes, La Rochelle, qui a créé Lisélec en 1999. Elle l'a rebaptisé Yélomobile en mai et l'a intégré dans le schéma global de transports de l’agglomération lui-même dénommé Yélo.
 
« Notre service d’autopartage prouve, avant toutes les expériences en construction, qu’on peut se passer de voiture en ville »
                                                                                                      
On parle beaucoup des services d’autopartage en construction, et singulièrement d’Autolib. Lisélec existe depuis 1999. De quoi êtes-vous le plus fier à travers ces dix années d’expérience ?
Notre plus grande satisfaction est d’avoir concrétisé ce qui est encore au niveau du concept dans les expériences qui se construisent, à savoir la voiture mutualisée, l’acceptation de ne plus posséder sa voiture, la “2e maison”, comme l’ont qualifiée les sociologues, au profit d’un usage collectif. C’était la première fois que la voiture se partageait.
 
Où en est le service ?
Nous comptons 450 abonnés, dont 70 fidèles qui utilisent un parc de 50 véhicules disponibles dans 7 stations. Les abonnés appartiennent à diverses catégories sociales : des étudiants qui n’ont pas de voiture, ne veulent pas en avoir parce qu’ils estiment que c’est inutile en ville, des professions libérales qui font de courts trajets urbains, des commerçants qui ont besoin d’un véhicule ponctuellement pour effectuer des livraisons-le parc compte 5 fourgonnettes; nous allons acquérir des fourgons- et vivraient comme une servitude la possession d’une voiture qu’il faudrait stationner sur la voie publique, payer pour l’occupation… 
 
Avez-vous observé des évolutions depuis onze ans ?
Oui, le profil actuel des abonnés montre une nette évolution sociologique. 70 % des usagers sont maintenant des jeunes. Pendant plusieurs décennies, la possession de la voiture a été synonyme de l’émancipation des jeunes, d’affirmation de leur identité, l’expression de leur désir de mobilité. Les jeunes d’aujourd’hui veulent tout autant bouger mais sans posséder. Toute solution qui leur garantit la même mobilité est bonne. C’est une des raisons de la hausse de l’utilisation du parc de 30 %, ces trois dernières années : 23 000 emprunts en 2009, contre 21 000 en 2008, 18 640 en 2007. Notre bilan prouve bien que la possession est un mythe et qu’il vain : chaque abonné utilise en moyenne une voiture du parc une fois par semaine ! C’est aussi pour répondre à cette conscience et cette demande des jeunes que nous mettons à disposition des étudiants des vélos gratuits et à l’année avec l’ambition de faire de La Rochelle la 1ère Université de France à vélo !
 
Vous venez de rebaptiser Lisélec et l'intégrez dans le dispositif global des transports de La Rochelle ? C'est un signe de maturité ?
En effet, Lisélec n'existe pas seul. Dès 1976, La Rochelle avait fait figure de pionnière en mettant des vélos à disposition de la population. Nous avons, au fil des ans, ajouté d’autres services mutualisés. C’est pour cette raison que nous les avons tous regroupés sous le nom unique de Yélo. Yellow, en référence à la couleur du premier emblème de la mobilité rochelaise, nos vélos jaunes !  Et Lisélec a été rebaptisé Yélomobile.
 
Yélo est donc une “chaîne de solution de mobilité” comme en rêvent et le prônent les spécialistes du domaine ?
Yélo est, en effet, une solution globale de mobilités -au pluriel- qui fait qu’un usager peut se déplacer en divers points en empruntant successivement l’un ou l’autre des services mis à sa disposition. Ces services sont disponibles dans des lieux stratégiques (gares, parking-relais, pontons marins d’accostage) et articulés entre eux pour que l’usager puisse se déplacer sans rupture. Les engins sont eux-mêmes inscrits dans le développement durable : bus nouvelle génération (Heuliez) au toit garni de panneaux solaires, réseau de bus réagencé avec, notamment, les lignes Illico, qui font office de “drain” nord-sud et ont engendré 15 000 voyages quotidiens supplémentaires, “bus de mer” à propulsion électrosolaire donc zéro émission, TER tram-train, véhicules électriques, parcs-relais avec navettes électriques vers le centre-ville, quatre services vélos, plateforme de covoiturage (1500 annonces/jr), taxis Yélo (116 points d’arrêt)… Couronnement et confort maximal de cet usage, tous ces modes de transport sont accessibles, depuis la mi-mai, avec une carte unique Yélo.
 
450 clients, dont 70 «fidèles». A l’échelle d’une agglomération de La Rochelle, près de 150 000 habitants, on rétorquerait que le chiffre est dérisoire…
Bien sûr, le chiffre en tant que tel peut le paraître. Nous avons évalué le potentiel d’usagers à 15 000 foyers. Mais faire fonctionner un service d’autopartage relève de l’alchimie. Il faut corréler l’utilisation à des critères et impératifs stricts : pour que les administrés y recourent, il faut que la station soit dans un rayon de 300 mètres. On ne peut pas, dans une phase encore expérimentale comme la nôtre, créer des stations partout ni multiplier les voitures sans discernement car ce sont des coûts en conséquence. Le chiffre est donc en adéquation avec le périmètre et la taille actuels de notre service.
 
Quels sont les plus gros obstacles ou freins au fonctionnement d’un réseau de véhicules électriques ?
Dans notre expérience, l’autonomie et le chargement des batteries étaient un écueil. Ces domaines vont s’améliorer et La Rochelle fait partie d’un panel d’expérimentation des bornes de chargement de nouvelle génération. La plus grande difficulté reste l’achalandage des stations en véhicules et leur bonne répartition pour répondre aux demandes des usagers. C’est une tâche qui mobilise beaucoup de personnel. Elle demande donc un soin minutieux. Nous la maîtrisons depuis que nous avons confié l’exploitation, en 2006, à la société Proxiway-Comox,  filiale de Veolia Transport.
 
Quelles évolutions visez-vous ?
Notre plan décennal de développement arrive à son terme en 2010. Nous avons défini de nouvelles ambitions pour celui qui va nous conduire jusqu’en 2020. En termes d’infrastructures, nous allons créer trois nouvelles stations d’ici la fin 2010 et trois autres en 2011 pour arriver à 13. Nos véhicules -106, Saxo- sont de la 1ère génération des véhicules électriques. Nous avons lancé un appel d’offres auprès d’une vingtaine de constructeurs automobiles pour renouveler l’intégralité de notre parc en véhicules de nouvelle génération. Nos avons présélectionné 3 modèles : la Mia d’Heuliez, l’O2 de Think City et la ION/C zéro de PSA.
Un des grands axes de progrès et d’avenir est la mise à disposition des véhicules en dehors des stations, dans des endroits communs, dans la ville, où les usagers pourraient les emprunter sur indication téléphonique. Ce serait un gain de liberté considérable. Nous réfléchissons aussi au redimensionnement des stations : le plus souvent, 5 voitures suffiraient. En termes technologiques et d’amélioration du service, nous avons franchi, à la mi-mai, un cap important avec la géolocalisation des voitures en temps réel. Elle permet aux abonnés de vérifier en temps réel la disponibilité des voitures sur chaque station.
Mais 2010-2020 va surtout, pour nous, être une ère de la pédagogie. Nous avons achevé de payer les infrastructures existantes. Nous pouvons nous dédier à expliquer les avantages et le fonctionnement de Yélomobile et, puisque nous sommes une référence, à faire part de nos enseignements aux collectivités qui créent leur propre service.
www.yelomobile.fr
www.yelo-larochelle.fr
Partager cet article
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (21)
un pseudo libre

You have got a website that provides liquids. You should make your website more visible for proper customers. Do you understand how to make it? The rss submission site topqualitybacklinks.com will be your helper. Moreover, link building can be the most effective.

un pseudo libre

Only highly qualified SEO specialists have licenses to present submission aid. Some blog posting services are able to assist with optimization well!

un pseudo libre

Your site will surely act more effictivelly, if you utilize online social bookmark "4submission.com" service.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
144 363 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !