Le biodiesel trop grand consommateur d'huile de palme Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Le biodiesel trop grand consommateur d'huile de palme

Un rapport de l'ONG Transport & Environnement pointe du doigt l'utilisation majoritaire de l'huile de palme importée en Europe pour la production du biodiesel, un carburant dit « propre » mais dont l'usage, en plus d'augmenter les émissions de CO2, favoriserait la déforestation de la planète.

Par Emmanuel Genty
Publié le Mis à jour le

Réputé plus vertueux que les carburants fossiles, le biodiesel est dans le collimateur d'une ONG pour son usage intensif d'huile de palme.

DR

Décidemment, l’organisation Transport & Environnement (une ONG bruxelloise qui fédère une cinquantaine d’associations écologistes européennes) s’intéresse de près à l’automobile.

Quelques semaines après avoir mis le doigt sur une possible affaire de tricherie aux capteurs de pression des pneus, voilà qu’elle a désormais dans le collimateur le biodiesel. En cause : la très grande part d’huile de palme entrant dans la composition de ce carburant.

 

L’huile de palme dans le viseur

Si vous avez décidé de ne pas acheter d’aliments contenant de l’huile de palme pour préserver l’environnement, ne roulez pas non plus au biodiesel (ou biogazole selon les appellations).

D’après les chiffres divulgués par le rapport de Transport & Environnement, il requiert à lui seul 46% de la quantité de cette huile -dont la production est responsable d’une part importante de la déforestation dans le monde- importée en Europe.

Biodiesel huile de palme
Il y a plus d'huile de palme dans le biodiesel que dans le Nutella.

Le biodiesel devancerait ainsi l’industrie alimentaire, la nourriture animale ou bien encore la production de chaleur et d’électricité au chapitre des usages faits en Europe de l’huile de palme.

Il faut dire que parmi les huiles végétales nécessaires à sa fabrication, celle-ci est depuis longtemps la moins chère du marché. En 2015, elle était achetée environ 122 euros/tonne, soit 17% de moins que les autres alternatives, précise l’ONG lanceuse d’alerte.

 

Italie, Espagne et Pays-Bas montrés du doigt

La totalité de l’huile de palme consommée en Europe en 2015 pour la production du biodiesel représentait selon Transport & Environnement l’équivalent d’1 million d’hectares de surface de culture.

Ce sont l’Italie, l’Espagne et les Pays-Bas qui fabriquent le plus de biodiesel en Europe : 80% de la production à eux trois, basée en immense majorité sur de l’huile de palme !

Ils n’utilisent donc que très peu les alternatives que sont le suif, le soja, le colza ou bien encore le tournesol. Ils consomment 38% de leur production et exportent le reste aux autres pays européens.

Biodiesel huile de palme
Trois pays en tête de liste.

Une Europe où l’on peut aussi rouler au biodiesel sans le savoir, puisque les pétroliers sont autorisés à inclure jusqu’à 7% (8% en France) de cet agro carburant dans le gazole classique fourni à la pompe. Et pourtant, il libère plus de CO2 que ce dernier.

 

Le biodiesel plus polluant que le diesel

Ce qui n’est pas sans poser problème, puisque comme l’avait déjà révélé Transport & Environnement au printemps dernier, les objectifs européens en matière de biodiesel d’ici 2020 reviendraient à augmenter de 4% les émissions de gaz à effet de serre de nos véhicules. Soit l’équivalent de 12 millions de voitures supplémentaires qui circuleraient sur le Vieux Continent.

En tenant compte de ce chiffre, ainsi que des dégâts liés à la production d’huile de palme (déforestation, énergie utilisée, etc.), le biodiesel basé sur cette huile émettrait au total trois fois plus de CO2 que les carburants fossiles classiques.

De quoi effectivement se poser des questions sur la pertinence de cet agro carburant pour lutter contre la pollution et préserver l’environnement.

La solution ? Encourager la transition vers les agro carburants de deuxième génération, basés sur des déchets agricoles et des plantes non comestibles. L’objectif est qu’ils supplantent tous les agro carburants actuels d’ici 2025.

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
roger73 Le 29/04/2018 - 22:32
y a t-il beaucoup de distributeur de Biodiesel en France et en particulier Rhone Alpes?.Merci
benoit.jimenez295 Le 05/12/2016 - 11:00
Il y a plusieurs informations déformées/erronées dans cet article. Premièrement, l'huile de palme est majoritairement utilisé pour faire du Diesel d'origine biologique et pas du Biodiesel. Cette technologie n'est pour le moment utilisé qu'en Finlande, Pays-Bas et Allemagne. Le biodiesel (EMAG) que l'on connait en France soutient principalement la filière Colza et nos agriculteurs/éleveurs. Quid de la présence de l'Espagne et de l'Italie ? Ces deux pays sont l'exemple typique des filières qui sont dans un premier temps soutenu par le politique et puis lâchées du jour au lendemain. Une aubaine pour les Malaysiens et les Indonésiens qui ne savent plus quoi faire de leur sur production d'huile de palme et qui transforme directement le palme en EU pour inonder le marché. Biodiesel plus polluants ? C'est faux, tout le monde le sait. Les critères ILUC sont une invention des lobbys américains du food avec à leur tête, cocorico, un pti frenchy qui lui même désavoue ses calculs. Transition vers 2eme et 3eme génération ? Le parlement EU a voté des amendements à la RED et la FQD l'année dernière qui vont dans ce sens et limite énormément la production des 1G au profit des 1.5G 2G et 3G. Vous avez donc un train de retard.
6371035506 Le 02/12/2016 - 10:11
Donc, si je comprends bien, il faut importer plus de diesel pour utiliser moins de diesel? Qu'une ONG sponsorisée par les pétroliers le soutiennne, rien d'étonnant. Mais que l'Argus se fasse avoir au point de prétendre une connerie pareille, c'est juste hallucinant et irresponsable. D'abord on peut faire du biodiesel sans palme - il suffit que les politiques fassent le job. C'est moins de CO2, de particules fines, de pollution que l'essence. Et plus d'emploi en France! Mais on ne peut décemment pas soutenir qu'une énergie renouvelable est pire qu'une énergie fossile. Cela revient à faire l'apologie des gaz de schiste et pétroles non conventionnels.
Voir tous les commentaires (5)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...