Le diesel réhabilité face à l'essence dans une étude de l'IFPEN
habillage
banniere_haut

Le diesel réhabilité face à l'essence dans une étude de l'IFPEN

Alors que le diesel n'est clairement plus en odeur de sainteté, une étude de l'Institut français du pétrole et des énergies nouvelles (IFPEN) remet les pendules à l'heure. Les rejets de CO2 et de particules fines des moteurs essence s'avèrent, en effet, bien supérieurs à ceux du diesel.

Par Florian Chopin
Publié le Mis à jour le

Selon l'IFPEN, les moteurs Diesel ne sont pas aussi polluants qu'on le pense.

Essence ou diesel ? Une question que tout acheteur automobile s’est forcément posée un jour. Pendant longtemps le diesel a été porté aux nues pour des raisons évidentes de consommation et d’autonomie  supérieure à l’essence (ce qui est toujours le cas). À cela se sont ajoutés des avantageux fiscaux (taxes moins élevées sur le diesel à la pompe, bonus écologique…), attirant de très nombreux acheteurs qui n’avaient pourtant pas besoin de cette motorisation plus chère à l'achat et plus coûteuse en entretien. Et puis le « dieselgate » est arrivé. Les modèles utilisant le gazole se sont alors retrouvés au cœur des débats politiques environnementaux, pointés du doigt pour leurs mauvais résultats. Pourtant, selon l’étude menée par l’IFPEN (Institut français du pétrole et des énergies nouvelles), les moteurs Diesel n’ont jamais été aussi propres.

À LIRE. Bonus-malus écologique 2021 : tous les barèmes adoptés !
 

16 modèles parmi les plus vendus en France testés

etude essence diesel ifpen
Véhicules diesel sélectionnés pour l'étude de l'IFPEN.

Pas moins de 22 modèles (essence, diesel et hybrides rechargeables) répondant à la norme antipollution Euro 6d-Temp (remplacée, pour les nouveaux modèles, par la norme Euro 6d-Full début 2020) ont subi les tests WLTP et RDE (en situation réelle et en fonction des conditions météorologiques). Mettons de côté les véhicules électrifiés de cette étude, pour nous concentrer sur les huit couples de modèles équipés de motorisations thermiques conventionnelles.

etude ifpen rejet co co2 essence diesel

Sur les rejets de CO (monoxyde de carbone) et de CO2 (dioxyde de carbone), le diesel fait clairement mieux que l'essence.

Les véhicules sélectionnés ne sont pas neufs et affichent entre 21 700 et 58 000 km au compteur. Si l’IFPEN ne nomme pas précisément les modèles, les marques sont indiquées. Il s'agit de BMW, Citroën, Ford, Honda, Mercedes-Benz, Peugeot, Renault et Volkswagen. Les fiches techniques fournies permettent, quant à elles, de déduire de manière quasi certaine qu’il s’agit de ces véhicules :

Selon l’IFPEN, ces modèles ont représenté, en France en 2019, 62 % des ventes de véhicules essence et 72 % des immatriculations de diesels. Il est dommage de constater qu’aucun SUV urbain (catégorie des Peugeot 2008 et Renault Captur) n’ait été sélectionné. Les puissances peuvent varier entre la version essence et diesel, mais elles sont, selon l’IFPEN, « représentatives du cœur des ventes en France ».
 

Le match des émissions essence vs diesel

etude ifpen essence diesel rejets
Comparaison des différents types de rejets entre les véhicules essence et diesel.

Première information essentielle de cette étude : « Les véhicules Euro 6d-Temp essence comme diesel respectent, en moyenne, les seuils normatifs en usage réel de type RDE ». Seuls les modèles diesel (Ford Focus EcoBlue et Honda Civic i-DTEC) ne disposant pas d’un système de dépollution SCR (injection d’AdBlue) et les véhicules essence (Citroën PureTech) non équipés de filtre à particules ont clairement dépassé les moyennes.

Voici les principales différences entre les moteurs essence et les versions diesel :

  • CO2 : les rejets de dioxyde de carbone des moteurs essence sont, en moyenne, 11 % supérieurs à ceux des moteurs Diesel, pour une consommation pourtant supérieure de 28 % en moyenne. (avantage : diesel)
  • NOx : les émissions d’oxydes d’azote sont 4,4 fois moins élevées, en moyenne, pour les essences (20 mg/km) que pour les diesels (89 mg/km). Un écart qui se réduit à 2,8 fois sur les seuls modèles équipés d’un système SCR. (avantage : essence)
  • PN23 : les émissions moyennes de particules fines de plus de 23 nm des moteurs essence sont 2,8 fois supérieures à celles des blocs diesel. Et ce, en prenant en compte la régénération périodique des filtres à particules. (avantage : diesel)
  • HC : les émissions d’hydrocarbures imbrûlés sont très proches dans les deux cas (23 mg/km en diesel ; 19 mg/km en essence). (avantage : essence)
  • CO : les émissions de monoxyde de carbone des moteurs essence sont 5,2 fois supérieures à celles des moteurs Diesel. (avantage : diesel)
  • NH3 : les émissions d’ammoniac sont très proches dans les deux cas (11 mg/km en diesel ; 15 mg/km en essence). (avantage : diesel).

Au final, l'étude montre que les diesels récents (équipés de systèmes de dépollution performants) respectent  les normes et sont moins polluants – sur certains critères – que les moteurs essence (quatre victoires à deux). Pourtant, ils n'obtiendront jamais la vignette Crit'Air 1. Cette pastille n'étant basée que sur les seules émissions de NOx.
 

À chaque usage son type de motorisation

etude ifpren nox distance
Évolution des émissions d'oxyde d'azote (NOx) en fonction de la distance parcourue.

Par ailleurs, cette étude a remis en lumière l’importance du trajet et de l’environnement. Quel que soit le type de carburant, la consommation est toujours plus élevée sur des petites distances et en ville. Le diesel pâtit fortement de ces contraintes, mais affiche une consommation nettement plus optimisée sur de longues distances. Ainsi, avant d’acheter un véhicule, il est nécessaire de bien évaluer les trajets le plus régulièrement parcourus.

À LIRE. Les Français n'arrivent pas à se passer du diesel

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
b.cordeiro862 Le 01/01/2021 - 16:46
Le discours des dieselistes qui demandent justice et qui veulent que le diesel soit traité comme l'essence, normal, mais ils oublient de dire que ce carburant bénéficie depuis des décennies d'avantages fiscaux que l'essence n'a jamais eu! La preuve, quand ils ont mis le prix du diesel au niveau du sp95-10, les gilets jaunes sont apparus, et pourtant il ne s'agissait rien d'autre que d'égalité fiscale. Comme quoi l'égalité n'est qu'une affaire de jugement et pour les pétroliers une affaire de pognon, car de moins en moins ils n'arrivent à écouler leur production.
ChristophedeN Le 22/12/2020 - 07:46
@VotrePseudo "Le Diesel cancérigène qui pue, c'est le passé" Toutes les particules quelquesoit leur provenance sont cancérigènes. Même si certains veulent faire croire que le critère de dangerosité principale est la composition de la particule, ce n'est pas vrai, le critère principal est la taille, plus elle est petite plus elle peut pénétrer profondément et entraîner des lésions graves. Un autre critère étant le nombre en suspension. "Cependant, les émissions de particules fines sont largement supérieures en essence qu’en diesel, jusqu’à 2,6 fois supérieures", entre d’un côté dix particules même très très toxiques et de l’autre 26 particules "moins toxiques" mais globalement plus petites, le risque le plus important provient du second cas où potentiellement elles peuvent atteindre 26 personnes et leur entraîner des problèmes de santé contre 10 de l’autre. C'est bien le problème des essence par rapport au diesel, plus de particules et plus fines, et même si elles sont "moins toxiques". Mais le principal problème ne provient pas de là. Une voiture émet beaucoup plus de particules d'abrasion que de particules de combustion (plus de 85 % des particules émises sont liées à l'abrasion). Même si certains veulent nous faire croire qu'elles sont plus grosses, ce qui en moyenne est vrai, il n'empêche que sur les véhicules les plus lourds il y a autant de Particules Ultra Fines d'abrasion que de PUF de combustion. Leur nombre étant direct proportionnel à la masse en mouvement. Alors imaginez pour une voiture électrique ou un PHEV toujours beaucoup plus lourd que la voiture thermique équivalente, on a plus de PUF au final.
VotrePseudo Le 21/12/2020 - 21:51
Oubliez le diesel polluant, on dirait un article des 90's... L'avenir c'est la voiture à hydrogène, ou au méthane recyclé, peut-être à l'électrique si on progresse sur les batteries et l'électricité verte. Le Diesel cancérigène qui pue, c'est le passé. Seul réel avantage pour le consommateur, son prix à la pompe et la faible conso... soyez honnête, vous qui l'encensez...
Voir tous les commentaires (14)