Le patron de Tata reconnaît avoir commis des erreurs avec la Nano
habillage
banniere_haut

Le patron de Tata reconnaît avoir commis des erreurs avec la Nano

Le patron de Tata veut redorer l'image de la Nano, dont les ventes sont loin d'atteindre les objectifs.

Publié le Mis à jour le

Elle devait révolutionner le marché automobile indien et permettre aux classes populaires de s’offrir une voiture à un prix modique. Au lieu de cela, la Tata Nano a soulevé toutes les craintes à cause de ses nombreux problèmes techniques, ayant parfois entrainé des départs de feu.

Aujourd’hui, l’indienne jouit d’une image des plus négatives et cela se ressent au niveau des ventes : moins de 7500 unités ont été écoulées en décembre 2011, alors que le groupe espérait en vendre trois fois plus.

Le patron du groupe Tata a reconnu avoir commis des erreurs avec la Nano. Il souhaite corriger le tir en changeant dans un premier temps la perception qu’ont les gens de la voiture :

"nous n'avons jamais dit que c'était la voiture du pauvre, c'est une voiture abordable, pour tous les temps, c'est une voiture familiale " a déclaré Ratan Tata, au salon automobile de New Delhi.

Mais l’homme d’affaires indien se veut optimiste : « Je pense que nous avons gâché une première opportunité mais nous n'avons au final pas vu beaucoup de concurrence en terme de prix du véhicule ». Il n’aura pas le droit à une deuxième erreur : un autre constructeur indien – Bajaj – a dévoilé cette semaine la RE60, une sérieuse rivale pour la Tata Nano.
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours