Le Superéthanol E85 est-il écolo ?

voir les photos
En France 1% des terres agricoles est consacré à la fabrication du bioéthanol. La betterave à sucre représente 50% de cette production.
En France 1% des terres agricoles est consacré à la fabrication du bioéthanol. La betterave à sucre représente 50% de cette production.

Depuis son lancement en 2006, le Superéthanol E85 a suscité de nombreuses controverses. Présenté comme le carburant liquide le plus écologique par les uns il a été accusé, par d'autres, de provoquer la hausse des cours des matières premières alimentaires. Où est la vérité ?

Page 1La production d'éthanol en France 

Pour commencer, il faut savoir que 100 % de l’éthanol consommé en France est produit en France. C’est donc une question franco-française qui n’a rien à voir avec la production de biocarburants des USA ou du Brésil par exemple. Les polémiques dans ce sens ne sont donc pas fondées.

La France est le premier producteur européen avec environ 12 Mhl/an. La moitié de cette production est basée sur la betterave à sucre et l’autre sur des céréales (maïs et blé fourrager). Au total 300 000 ha sont utilisés pour ces cultures, ce qui représente 1 % de la surface agricole utile française. Difficile de parler de concurrence alimentaire chez nous d’autant que les coproduits de la fabrication d’éthanol (drèches pour les céréales et pulpes pour la betterave) sont riches en protéines et servent à l’alimentation animale.

Le blé est utilisé pour la production de bioéthanol mais il s'agit de blé fourrager impropre à la consommation humaine.
Le blé est utilisé pour la production de bioéthanol mais il s'agit de blé fourrager impropre à la consommation humaine.
La plus grande bioraffinerie d'Europe est française. Elle est située à Bazancourt-Pomacle près de Reims.

Évidemment, les pratiques culturales joues un rôle majeur dans le bilan environnemental de l’éthanol. Elles sont en constante progression avec par exemple une baisse de 50 % des apports d’engrais azotés pour la production de la betterave et parallèlement une hausse des rendements de 50 % en moins de 30 ans.

Les bioraffineries françaises ont également fait de gros progrès pour réduire leur impact environnemental en brûlant de la biomasse (végétaux) ou des déchets ménagers pour produire de la vapeur. Enfin, n’oublions pas que la filière représente près de 9000 emplois directs et plus de 400 millions d’euros d’excédent dans la balance commerciale française en 2016.

 

Partager cet article
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (10)
edwardoo

Le panier de crabes de Macron va s'en occuper

Dassou

Il serait bien pour éclairer tout le monde d'ajouter à votre article quelques liens vers les études scientifiques qui prouvent les chiffres et arguments que vous avancez... Quel est l'impact environnemental, sur L'ENSEMBLE DU CYCLE DE VIE - depuis les champs agricoles jusqu'au véhicule roulant - de la fabrication et de l'utilisation du bioéthanol type E85 ? Combien d'énergie (thermique, électrique) faut-il dépenser au global pour obtenir 1 litre d'E85, comparé à l'énergie qu'il a fallu dépenser pour obtenir 1 lite de SP95 ou 98 ? Et du point de vue des émissions de gaz à effet de serre, quel est le bilan pour les 3 cas cités précédemment (1 litre de E85 = XX kgCO2eq/litre...sur l'ensemble du cycle de vie

jerebio

Euh c est bien beau tout sa mais comment est fait le bioéthanol? Avec des agriculteur qui n'utilise pas de tracteur, avec des transporteurs qui utilise des charrettes et des bœufs et tout sa est traité dans des usines propres. Après allez parler au Argentin quand au cour des céréales pour ce nourrir... Alors oui à l'utilisation sa polu moins après à la fabrication c'est pas la même un peut comme les voitures électrique.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
122 716 voitures
L'argus  en kiosque numérique
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !