Le Technocentre, un outil au service de Renault Agriculture
habillage
banniere_haut

Le Technocentre, un outil au service de Renault Agriculture

En 1998, Renault a fêté son centenaire. La même année, le Technocentre était inauguré à Guyancourt, dans les Yvelines. Sa vocation : regrouper, sur un site unique, tous les processus de développement des nouveaux modèles. Dont les tracteurs agricoles.

Par Patrick Lange
Publié le

La décision de lancer ce grand projet revient aux présidents Georges Besse et Maurice Levy. Les chiffres sont impressionnants. L'investissement a été de 7,5 milliards de francs et trois années de construction ont été nécessaires pour faire sortir du sol les 350 000 m2 de plancher sur lesquels travaillent déjà 9 000 personnes. Elles seront 11 000, dès 2002. Un réseau routier intérieur, de 20 km parcourt les 150 ha du site et, en trois ans, le Technocentre est devenu la première puissance informatique européenne. Il utilise 2 000 stations de CAO (conception assistée par ordinateur) et, quelque 8 000 ordinateurs. La conception du site suit la logique de création d'un véhicule : des avant-projets aux prototypes, en passant par toutes les phases de développement.

Trois principaux bâtiments composent le Technocentre. Le premier, l'Avancée est entièrement consacré aux phases exploratoires et préparatoires des projets. Il regroupe les bureaux (sur 74 000 m2), les ateliers, les studios de design, et il accueille, actuellement, 2 000 personnes. Deux passerelles permettent de communiquer avec le deuxième bâtiment : la Ruche, coeur de l'ensemble. Là, 4 500 personnes développent, en permanence, sur 142 000 m2, entre quatre et six projets. Enfin, le Proto, comme son nom l'indique, accueille le centre de réalisation des prototypes. Véritable hall industriel, il couvre une superficie de 47 000 m2. Cinq cents personnes y travaillent en permanence, auxquelles peuvent se joindre jusqu'à cent cinquante autres collaborateurs, venus des différentes usines du groupe. Sa structure, qui a été étudiée pour supporter de lourdes charges (portiques roulants, chariots de transfert, postes de montage, etc.), est entièrement métallique.

A ces trois principaux ensembles s'ajoutent le Diapason et les Labos. Le premier accueille la direction de la qualité, les services d'expertises et différents bancs d'essais et de contrôle (vibration, acoustique). Le second est consacré aux études des matériaux et de traitements de surface (protection anti-corrosion, apprêts, peinture). Plus loin, la Centrale produit les énergies indispensables au bon fonctionnement du Technocentre, et la Logistique assure des activités variées (magasins, bureaux, aires de réception, d'expédition, etc.).

Sept cents espaces de réunion sont disponibles et, une salle consacrée à la CAO permet, grâce à un écran de 6,5 m sur 2,2 m, de travailler à l'échelle 1. Les soixante-cinq designers qui « planchent » au Technocentre , sont issus de dix-huit nationalités différentes et sont assistés de cent maquettistes. Le processus de conception d'un tracteur agricole comprend douze étapes (lire encadré), le développement de l'Atlès a nécessité 3 ans de travail et celui de son seul capot, 36 mois. Un moteur ou une boîte de vitesses demandent 5 ans d'études.

On comprend alors aisément, la volonté des dirigeants de Renault de regrouper sur un site unique tous les « cerveaux » qui créent les véhicules frappés du losange que nous croiseront demain, en ville, sur les routes ou dans les champs. Autos, cars, bus, utilitaires légers, tracteurs agricoles et routiers. C'est cela le Technocentre.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours