Vous êtes ici :

Le Volkswagen e-Crafter arrive

Plus de 11 m3 et 136 ch pour le Volkswagen e-Crafter.
Plus de 11 m3 et 136 ch pour le Volkswagen e-Crafter.

Le Crafter électrique est le premier utilitaire zéro émission de Volkswagen. Au programme : autonomie réelle de 100 km, puissance de 136 ch, plus de 11 m3 de volume en soute et un riche équipement.

Au plan commercial, l’e-Crafter, premier utilitaire électrique de Volkswagen, entre en piste dès septembre. Elaboré parallèlement au développement de la gamme diesel, lancée l’an dernier, ce pionnier de la marque Volkswagen véhicules utilitaires rejoint la niche des 3,5-tonnes électriques, segment qui, à l’échelle industrielle européenne, a pris son envol cette année, avec le Renault Master Z.E. L’an prochain, le Mercedes eSprinter, le grand concurrent, surtout sur le marché allemand, en fera partie.

La réalité : de 70 à 100 km par jour

Volkswagen indique une autonomie maximale de 173 km (règlement NEDC), avec vitesse de pointe limitée à 90 km/h d’usine, mais annonce vite les résultats de ses enquêtes de mobilité portant sur 210 000 profils de conduite auprès de plus de 1 500 clients. Ces résultats révèlent que la plupart des conducteurs parcourent entre 70 et 100 km par jour. Partant de là, le développement de l’e-Crafter, dixit le constructeur, a été abordé avec une autonomie réaliste en tête, et non une autonomie maximale.

Les tests en conditions d’exploitation menés par 25 entreprises (Allemagne, Pays-Bas, Suède, Grande-Bretagne) avec 38 véhicules ont abouti à la validation d’une autonomie moyenne et réelle de 100 km. « Cette approche a permis de proposer un tarif au niveau de la concurrence, grâce à un format de batterie plus compact, précise la marque dans un communiqué. L’e-Crafter est ainsi vendu en entrée de gamme 69 500 € nets en Allemagne. » Pour l’instant, pas de prix annoncé en France.

Dimensions de la soute inchangées

L’e-Crafter est un grand fourgon, doté, sous une cabine surélevée (H3, la première hauteur de la gamme), d’un moteur de 100 kW (136 ch) et 290 Nm, accouplé à une boîte à une vitesse spécialement conçue pour les utilitaires. C’est bien sûr un « traction », histoire de ne pas avoir un arbre de transmission passant sous la zone de chargement. C’est là en effet que les batteries au lithium-ion se trouvent. Toute la soute est ainsi quasiment exploitée. Elle affiche un volume de 10,7 m3 (11 m3 pour le modèle équivalent en diesel) et, selon les variantes, une charge utile de 0,975 à 1,72 t.

Les prises de recharge se trouvent à l'avant gauche, en lieu et place de la trappe carburant de la version diesel.

La batterie d’une capacité de 35,8 kWh se recharge à 80 % en seulement 45 minutes sur une borne de recharge à courant continu. Il faut compter un peu plus de 5 heures pour la recharger intégralement sur une borne domestique.

Caméras de série

Avec la boîte et le différentiel, le moteur de type EEM85 forme un module compact, produit à l’usine de composants de Kassel, en Allemagne. Ce module ainsi que d’autres composants (calculateur, électronique de puissance, commande de transmission…) rejoignent ensuite le site principal de Volkswagen véhicules utilitaires à Hanovre, pour être montés dans l’eCrafter, qui, lui, est assemblé comme le modèle diesel en Pologne, à Wrzesnia.

Au poste de conduite, le compteur "électrique" est clair.
La gestion du courant est illustrée à l'écran de bord.

Toute la panoplie des systèmes d’assistance à la conduite et des équipements de sécurité et d’infodiverstissement, connue en diesel, sont prévus au catalogue de l’électrique. Notons de série l’aide au stationnement, des caméras (à l’avant et de recul), l’assistant anti-vent latéral, la climatisation automatique, le siège conducteur chauffant et des équipements modernes de connectivité.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
skambram12

puissant

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !