Vous êtes ici :

Les autoroutes vont devoir payer

voir les photos
Les autoroutes vont devoir payer

La redevance domaniale, soit la taxe que payent les sociétés d'autoroutes chaque année à l'Etat, va augmenter de plus de 50%. L'association qui représente les intérêts de ces sociétés "regrette".

L'arroseur arrosé, la réponse du berger à la bergère... L'Etat français, plus particulièrement le ministère délégué aux transports, a publié le 29 mai un décret indiquant que la redevance payée par les sociétés concessionnaires d'autoroutes en France allait flamber : "Au cinquième alinéa, la formule R2 = 0,015 x CA est remplacée par les dispositions suivantes : R2 = 0,055 x CA" explique ledit décret.

Une simple formule mathématique qui va se traduire ainsi : au lieu de 190M€ versés à l'heure actuelle par toutes les sociétés d'autoroute à l'Etat français, la facture va grimper à 290M€, soit plus de 50% d'augmentation... "Il faut que les sociétés d'autoroutes, qui engrangent des profits conséquents, participent à l'effort d'Etat" indique une source ministérielle pour justifier cette décision.

Depuis la privatisation des autoroutes en 2006, les sociétés concessionnaires ont vu leurs bénéfices grimper d'année en année. L'an dernier, Vinci autoroutes (ASF, Escota, Cofiroute...) a généré un résultat net de 827M€, tandis que les recettes dues aux seuls péages a augmenté de 0,6%. Et pourtant, le groupe a observé une baisse du trafic de 1,7%... Scénario identique pour les Autoroutes Paris Rhin Rhône (APRR), qui a dégagé 392M€ de bénéfice en 2012. Le résultat net de Sanef (groupe Abertis) n'est pas publiquement connu, mais son chiffre d'affaire déclaré dépassait le milliard d'euros.

Les professionnels de l'autoroute, réunis au sein d'une association dénomée Asfa, n'ont que moyennement apprecié la nouvelle : "De façon constante, les sociétés concessionnaires ont contesté l'intention manifestée par ce décret, qui est contraire aux principes contractuels de la concession de service public, ainsi qu'aux engagements pris par l'Etat lors de la privatisation des sociétés concessionnaires en 2006" indique un communiqué. Avant de se faire menaçant , "faute d'une compensation (...) elles (ndlr, les sociétés) se verraient dans l'obligation d'engager tous recours nécessaires auprès des instances compétentes" puis de jouer sur la corde sensible : "Elles regrettent que la publication de ce décret mette à mal les liens de confiance nécessaires à la relation contractuelle entre l'Etat, ses concessionnaires et leurs actionnaires".

Cette augmentation de la redevance ne devrait avoir aucun effet sur les prix des péages :"C'est absolument impossible" assure toujours une source ministérielle.
Les sociétés concessionnaires devraient attaquer le décret devant le Conseil d'Etat, une instance qui a, selon nos informations, validé le décret ministériel en amont de sa publication.

Sollicitées à plusieurs reprises, les sociétés Vinci Autoroutes, APRR et Sanef n'ont pas souhaité répondre aux questions de L'argus.

Partager cet article
Commentaires
Voir tous les commentaires (7)
un pseudo libre

> @Françoise Leclerc ; tout à fait d ' accord avec votre commentaire : " un responsable s'était justifié des prix " ; ce qui revient à dire que les réponses à mes deux questions sont : 1) Les " Zénarques " ne sont pas capable de réfléchir .( ceci est une affirmation ! ) 2) C ' est fait exprès ! et on peut penser qu ' il y a collusion entre le gouvernement et les sociétés d ' autoroutes ; peut- être apprendrons-nous dans quelque temps qu ' il y a eu des rétrocessions de fonds pour alimenter certains partis politiques ou le compte en Suisse de certains politicards ? ? ? ( ceci est une question )

un pseudo libre

Il y a quelques semaines, lors d'un reportage télévisé un responsable de société d'autoroute justifiait le fait de payages élevés sur certaines autoroutes déjà amorties par le fait que cela permettait aux sociétés d'autoroute d'investir dans de nouveaux parcours autoroutiers. Donc si nous payons déjà ces futures autoroutes à ces sociétés, elles nous laisseront circuler gratuitement sur celles-ci quand elles seront accessibles, puisqu'on les aura déjà payées? Ou alors pour un prix minuscule couvrant leurs frais d'entretien, ils nous prennent vraiment pour des pigeons et savent que nous n'avons pas beaucoup de choix.

un pseudo libre

> En final qui croyez-vous va payer cette ponction supplémentaire de l ' État ? ? ? Réponse : Les utilisateurs des autoroutes bien sûr ! Il aurait mieux valu faire payer un pourcentage de plus en plus élevé par tranches progressives sur les bénéfices engrangés par ces sociétés avant paiement des dividendes aux actionnaires ; ce qui aurait eu pour conséquence 1) D ' éviter des hausses intempestives 2)D ' inciter les sociétés d' autoroutes à investir beaucoup plus . . . Mais voila on se demande 1) est-ce que les " zénarques" réfléchissent 2) ou bien si c'est fait exprès pour que les dites sociétés continuent à s'enrichir et que les hausses de tarif influent négativement sur l'économie française ? ? ? <

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
145 375 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !