Les constructeurs qui passent au 100% électrique d'ici 2030 en Europe
habillage
banniere_haut

Les constructeurs qui passent au 100% électrique d'ici 2030 en Europe

Devançant la fin des véhicules thermiques annoncée pour 2035 en Europe, certains constructeurs annoncent déjà leur transition à l'électrique avec une gamme uniquement composée de modèles zéro émission à l'échappement d'ici 2030. Alpine, Peugeot, Volvo, Audi, Ford, DS, Mercedes... La liste s'allonge.

Par Benjamin Defay
Publié le Mis à jour le

Pour répondre aux nouvelles exigences de l'Europe en matière d'émissions de CO2, les constructeurs changent de stratégie et passent pour beaucoup au tout électrique.

[Mis à jour le 11/03/2022] Alpine, Peugeot, Lotus, Lexus, Ford, Mini, Mercedes ou encore Citroën et Fiat… Tous ces constructeurs ont un point en commun : ils ont annoncé leur passage à une gamme 100 % électrique d’ici 2025 ou 2030. Des marques qui choisissent une stratégie d’électrification massive et rapide, afin de s’adapter aux réglementations en vigueur et au futur de l’automobile.

Smart a été l'une des premières marques à basculer vers le tout électrique.

En effet, la fin des véhicules thermiques est annoncée pour 2035 en Europe, et les constructeurs devancent cette future réglementation en débutant leur transition vers une gamme électrifiée. Smart a été un des premiers constructeurs à opérer un changement, avec la fin des modèles thermiques dès le restylage des Fortwo et Forfour en 2019. Désormais, la gamme du constructeur est uniquement électrique, ce qui a fait plonger ses ventes de manière brutale.
 

D’une gamme hybride à une offre uniquement électrique, il n'y a qu'un pas...

Bentley proposera tout une gamme de modèles zéro émission en 2030.

Bentley a ensuite été un des premiers constructeurs historiques à annoncer la nouvelle, lors d’un événement fin 2020. Pour le constructeur anglais historique, la fin des moteurs thermiques aura lieu dès 2026, avant de basculer en marque 100 % électrique d’ici 2030. Volvo a suivi en annonçant travailler sur ses propres moteurs électriques et vise une électrification complète de sa gamme à l’horizon 2025. D’ici là, la gamme sera composée de 50 % de modèles hybrides et le reste sera totalement électrique, à l’image du C40 Recharge, un SUV coupé uniquement vendu en motorisation électrique.

Alpine cèdera aux sirènes du tout électrique en 2025 avec une sportive, mais aussi un crossover !
L'ultime modèle thermique de Lotus sera l'Emira, en 2021. L'Evija (à l'image) est la 1ère hypercar 100 % électrique du constructeur.

Depuis le début de l’année 2021, d’autres constructeurs ont suivi le mouvement. C’est notamment le cas d’Alpine, la division sportive de Renault qui comptera trois modèles uniquement électriques d’ici 2025. Elle pourra compter sur le soutien de Lotus, le constructeur anglais avec qui un partenariat a été noué et qui passera, lui aussi, à l’électrique d’ici 2025.

À LIRE. Alpine. Une GT électrique 2+2 de 400 ch sur base Lotus en 2025 ?

Jaguar Land Rover, groupe britannique et filiale de l'Indien Tata, va électrifier ses deux marques à des échéances différentes. Pour Land Rover, l’électrification débutera en 2024 avec un premier modèle sur une gamme “zéro émission” de six modèles, prévus au cours des cinq prochaines années, tandis que des modèles hybrides seront aussi proposés. Chez Jaguar, la stratégie est plus frontale. La marque ne proposera que des modèles 100 % électriques dès 2025, soit cinq ans avant Bentley.

Au sein du groupe Jaguar-Land Rover, c'est Jaguar qui inaugure une gamme EV. Lancement prévu en 2025.


Le groupe Stellantis change de braquet

En 2024, la DS 4 profitera d'une version 100 % électrique qui n'avait pas vraiment été prévue au départ. Puis la marque cessera de lancer des nouveautés thermiques en 2026.
Alors que son premier modèle hybride, le SUV compact Tonale, se fait encore attendre, Alfa Romeo annonce déjà un passage au tout électrique en 2027.

Dans le groupe Stellantis, dont le patron Carlos Tavares a longtemps été longtemps frileux sur cette question, les marques sont de plus en plus nombreuses à annoncer leur passage au 100 % électrique d'ici 2030. Après Abarth, Opel, DS, Lancia, Alfa Romeo et Peugeot, Citroën s'est rajouté à la liste. Pour Abarth, l'électrification sera même dès 2024, la gamme étant réduite à un modèle ! DS cessera, lui, de lancer des nouveautés thermiques à partir de la même date, mais cela ne signifie pas que le reste de la gamme sera arrêté en même temps. Chez Peugeot, la prochaine génération de certains modèles (208 ou 2008 par exemple) pourrait débarquer sans moteur thermique bien avant 2030, échéance finale fixée par la marque. En revanche, pour Lancia, Alfa Romeo et Opel, c'est bien une interruption totale de l'essence, du diesel et même de l'hybride qui serait prévue respectivement en 2026, 2027 et 2028. 

Fiat a choisi de lancer la 500 en tout électrique. Dans les années à venir, elle sera rejointe par d'autres modèles.

Fiat a été le premier dans le groupe Stellantis à avoir annoncé sa transition vers l’électrique. Mais il affiche un calendrier un peu moins ambitieux qu'Opel, DS ou Alfa Romeo. Le constructeur italien mise sur la baisse du coût des batteries et le développement des infrastructures de recharge en ville pour réussir cette transformation, comme l’a annoncé son directeur général Olivier François lors d’une conférence sur le futur des villes. L’opération est déjà lancée avec le renouvellement de l’icône Fiat 500, désormais uniquement vendue en électrique. Quant à Mercedes, il a été le dernier à évoquer un passage au tout électrique pour 2030, du moins sur les marchés "où les conditions le permettront". Même en Europe, certains pays pourraient ainsi ne pas être logés à la même enseigne.

À LIRE. Stellantis. 100 % électrique en Europe en 2030, neutre en CO2 en 2038
 

2030, un objectif commun pour quelques constructeurs

Ford, Mini, Mercedes, Lexus et Fiat se sont laissés jusqu'en 2030 pour devenir des marques 100 % électriques. Pour Ford, cela concerne uniquement la gamme européenne : d'ici 2026, tous les modèles Ford commercialisés en Europe seront proposés en version électrique ou hybride rechargeable, jusqu’en 2030 où la gamme deviendra exclusivement "zéro émission". Chez Mini, marque urbaine qui propose déjà la Cooper SE 100% électrique, le dernier modèle thermique sera commercialisé en 2025. Cinq ans plus tard, la marque ne proposera plus que des modèles à batterie, dont certains pourraient être inédits : un SUV familial plus imposant que le Countryman est dans les cartons, tout comme une Mini en format poche.

Mini a déjà commencé à convertir sa gamme. Le dernier modèle thermique sera commercialisé en 2025.
Rolls-Royce annonce l'arrivée de sa première voiture électrique en 2023 et l'arrêt des modèles thermiques dès 2030.

Du côté de chez Rolls-Royce, la firme britannique vient d'annoncer l'arrivée en 2023 de la Spectre, son premier modèle 100 % électrique. Dans le même temps, la firme de Goodwood a annoncé qu'elle cesserait la production de véhicules à moteur thermique d'ici à 2030. La présence de Lexus dans la liste peut également surprendre, tant le constructeur japonais semblait attaché à l'hybride non rechargeable jusqu'ici. 
 

Audi a annoncé ne lancera plus que des modèles électriques dès 2026, hormis en Chine. Les dernières nouveautés thermiques resteront au catalogue jusqu'en 2033.

En revanche, chez Audi, on préfère pour l'instant annoncer l'année 2033 pour l'arrêt total de la production des moteurs thermiques et hybrides... hormis en Chine, où la marque aux Anneaux s'attend à voir la demande des clients perdurer plus longtemps. Mais le mouvement sera bel et bien enclenché dès 2026. D'après le patron Markus Duesmann, à ce moment, tous les véhicules inédits qui seront lancés par le constructeur sur le marché global seront bien 100 % électriques. Dès 2025, la gamme comporterait ainsi pas moins de 20 modèles électriques à batteries.

 

La moitié de la production automobile sera électrique en 2030

Mazda, qui ne propose pour l'instant que ce MX-30 à l'autonomie réduite comme modèle 100 % électrique, ne compte pas renoncer au thermique avant 2050.

Selon une étude de Transport et Environnement (T&E) publiée récemment, le marché du véhicule électrique en Europe devrait progresser jusqu'à atteindre la moitié de la production automobile totale à l’horizon 2030. Les prévisions de production réalisées par le spécialiste IHS Markit montrent en effet que 173 modèles électriques seront proposés sur le marché européen en 2025 (dont 25 lancements sur cette seule année) contre seulement 26 en 2019, 43 en 2020 et 75 en 2021. La part des électriques dans le mix de vente en Europe sera donc plus forte, avec 26% en 2025 et jusqu'à 57% en 2030 selon IHS. Mais tous les constructeurs n'affichent pas le même engouement pour cette révolution annoncée, d'autant que certains marchés devraient mettre beaucoup plus longtemps à basculer. Chez Mazda, on ne pense ainsi renoncer au thermique ou à l'hybride qu'à partir de 2050. Tandis que chez Hyundai, on s'est simplement aligné sur la volonté de l'Union Européenne en évoquant l'année 2035 pour le passage de la gamme au 100 % électrique en Europe.
 

La liste des marques qui deviennent 100 % électriques d’ici 2030 dans le monde

Constructeurs Échéance
Abarth 2024
DS 2024*
Volvo 2025**
Alpine 2025
Lotus 2025
Jaguar 2025
Lancia 2026
Audi 2026/2033*
Alfa Romeo 2027
Opel 2028
Chrysler  2028
Citroën 2030
Ford 2030
Mini 2030
Fiat 2030
Bentley 2030
Mercedes 2030
Rolls-Royce 2030
Peugeot 2030
Lexus 2030
Hyundai 2035
Mazda 2050***

*année à partir de laquelle la marque ne lancera plus que des modèles électriques
**gamme entièrement électrifiée avec modèles PHEV et électriques
*** 1/4 des modèles 100% électrique dès 2030

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
ChristophedeN Le 11/06/2021 - 10:05
#electricgate Il ne fait plus aucun doute que pour réduire la pollution dans les villes, il va y falloir réduire drastiquement la circulation automobile du fait que l'essentiel de la pollution ne provient plus de l'échappement mais des phénomènes d'abrasion produisant des particules, polluant le plus tueur et sans seuil d'innocuité. La voiture électrique n'amenant strictement dans la résolution de ce problème avec sa masse plus élevée. Comme elle n'amène rien dans la diminution du bruit. Cela intégré et pris en compte, la voiture électrique se révèle être une aberration pour les trajets restants puisqu'elle va nécessiter une batterie de grosse capacité donc lourde avec à la clé pléthore de particules d'abrasion et d'émissions de GES à la fabrication. Les lobbyistes de la bagnole électrique nous emmènent directement dans le mur. A espérer que le crash soit le plus proche possible afin de prendre le plus rapidement possible la bonne trajectoire.
ceyal Le 10/06/2021 - 02:00
Il n'y a aucune raison que l'état gère les pompes à électron Certes sauf qu'on n'en est pas loin : le réseau de distribution électrique est en effet propriété des Syndicats départementaux (depuis le début dans les années 30), Enedis n'en étant que l'exploitant technique Les syndicats départementaux d'électricité (SDE) gèrent donc les bornes dans leurs départements et pas si mal ... en moyenne une centaine de bornes par département soit plus de 10.000 sur le territoire... et souvent à tarif attractif par exemple 20cts/kWh dans l'Ouest et même 2,50€ la charge dans l'Orne ou encore 1,50€ les 90 minutes de charge dans l'Eure. Si vous chargez à 22 kW, cela fait en final 5cts/kWh sur une borne de rue de l'Eure c'est à dire Trois fois moins cher que sur votre prise domestique La région de France où le système de bornes de rue est le plus pourri, c'est région parisienne avec des bornes de rues régulièrement en rade Par comparaison, hors réseau Tesla, il y a 200 bornes rapides sur autoroute à 79 cts/kWh (39 quand a donc le véhicule de la marque xxx) ==> se déplacer sur autoroute c'est donc 2 à 3 fois plus cher que de rouler au gazole. A contrario, en s'installant opérateur de bornes en ayant squatté les rues les plus attractives, les SDEs ont un peu fermé la porte aux opérateurs d'électricité ... même si dans la pratique, les SDEs sous traitent l'exploitation à Total Energie, EDF, Bouygues Energie, ... Tout cela va rentrer dans l'ordre, les SDEs allant surement accélérer le transfert vers les opérateurs privés ... mais évidemment les prix vont augmenter comme on le voit en région Parisienne avec le réseau Alizé
makeTheAirCleanAgain Le 09/06/2021 - 20:43
la réalité, c'est qu'il n'y a aucune raison que l'etat paye pour un reseau de distribution d'electricité. Apres tout , l'etat n'installe pas les stations à gazole Mais seul Tesla a compris cela Les autres attendent et vont créer des mécontents en vendant des voitures qui ne sont pas facilement rechargeables pendant les voyages.
Voir tous les commentaires (4)