Vous êtes ici :

Les contrôles de police bientôt effacés de Coyote et Waze ?

coyote waze avertisseur
Bientôt, les avertisseurs de radars comme Coyote ou Waze pourraient ne plus indiquer tous les contrôles de police.

Certains contrôles policiers pourraient bientôt ne plus être signalés via les assistants d'aide à la conduite. Un projet de loi vient d'être présenté, pour une possible mise en application courant 2019.

Un projet de loi vient d'être soumis au conseil d'Etat, afin que certains contrôles de police ne puissent plus être signalés et partagés sur les applications d'aide à la conduite, telles que Coyote ou Waze. Les cas particulièrement ciblés seraient notamment les opérations antiterroristes, les recherches de malfaiteurs ou encore les contrôles d'alcoolémie ou de stupéfiants.

Concrètement, cette loi permettrait aux autorités de contraindre les exploitants de ces applications à « occulter pendant une durée déterminée » (entre 3 et 24 heures) la rediffusion aux autres usagers d'un message d'alerte avertissant un contrôle et son emplacement. Et si un opérateur ne se plie pas à cette demande, il s'exposerait à une amende de 30 000 euros ainsi qu'à deux ans d'emprisonnement.

 

Les contrôles de vitesse épargnés

Les opérateurs ne semblent d'ailleurs pas forcément opposés à cette mesure. D'autant plus qu'on leur a assuré que la mesure n'aurait pas d'impact sur les contrôles de vitesse, ces derniers demeurant globalement le « fond de commerce » de ces applications. Comme le dit Fabien Pierlot, président de Coyote que nous avons interrogé sur la question : « On ne peut être que favorable lorsqu'il s'agit d'évènements exceptionnels ou des contrôles d'alcoolémie. C'est même un acte citoyen. »

En revanche, le P-DG ne semble pas certain que les autorités aient bien mesuré l'ampleur du challenge technique qui les attend et émet quelques doutes sur la mise en œuvre d'une telle mesure : « Sur le papier, c'est très bien. C'est une bonne mesure. Mais à mon sens, c'est loin d'être aussi facile que ça ».

 

En fonction dès 2019 ?

Il est vrai que les opérateurs proposant de tels services d'aide à la conduite sont devenus nombreux et certains comme Waze sont étrangers. Avec ces derniers, la coopération pourrait ne pas être aussi simple qu'avec Coyote. D'autres questions se posent également, comme de savoir qui sera chargé chez ces opérateurs de recevoir les informations sur la localisation des forces de l'ordre, lors d'opérations spéciales concernant des actes terroristes ou criminels ?

Si le texte de loi est validé au Conseil des ministres en cette fin d'année, des mesures pourraient être mises en place dès la fin du premier trimestre 2019. Reste maintenant à savoir si tout cela fonctionnera comme prévu dans la pratique.

 

Partager cet article
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Annonces auto
148 750 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !