Les voitures électriques et hybrides Plug-in au salon de Shanghai 2015
habillage
banniere_haut

Les voitures électriques et hybrides Plug-in au salon de Shanghai 2015

Face au défi que représente la poursuite de l'accroissement du marché automobile et la nécessaire réduction de la pollution, les autorités chinoises font le forcing pour développer les modèles électriques et hybrides rechargeables. Tour d'horizon.

Par Gautier Bottet
Publié le Mis à jour le

Beijing voudrait bien vendre des taxis électriques à la municipalité de Pékin

Un marché microscopique...

Depuis plusieurs années déjà, le gouvernement de Pékin voudrait bien voir décoller le marché du véhicule électrique, et de l’hybride rechargeable. En 2014, l’offre s’est enrichie, mais les clients boudent toujours ces modèles, qui ont représenté moins de 60 000 ventes en 2014. Une paille sur un marché de plus de 18 millions de voitures (hors utilitaires). Mais il semble que la colère des dirigeants sur le sujet, dirigée vers les constructeurs, mais aussi les administrations en charge de l’aide au développement des infrastructures, commence à porter ses fruits.


... mais en forte croissance

Sur les trois premiers mois de l’année 2015, les ventes ont connu une belle augmentation avec déjà près de 20 000 ventes sur un trimestre, plus 1 100 hybrides simples (7 000 en 2014). Si la tendance se prolonge sur l’année le marché pourrait approcher les 100 000 unités. Notable, mais cela représente moins d’un centième du marché total…

Les modèles électrique et hybrides rechargeables sont de plus en plus présents dans l'offre des constructeurs chinois.
Les modèles électrique et hybrides rechargeables sont de plus en plus présents dans l'offre des constructeurs chinois.


Les chinois branchés sur l'électrique

Au salon de Shanghai, de nombreux véhicules électriques étaient donc présents chez à peu près tous les constructeurs. Du moins chez les chinois, puisque seules les marques locales peuvent prétendre aux aides à l’achat (jusqu’à 109 000 yuans -16300 €-selon l’autonomie du véhicule, en cumulant l’aide gouvernementale et les aides locales).

Certains modèles semblent encore assez loin de la production et ressemblent surtout à un vœu pieu destiné à montrer aux autorités que l’on travaille le sujet. Par exemple les petites Zotye E30 ou E200, ou le SUV Hawtai Shengdafei EV. D’autres constructeurs sont plus avancés, et sans surprise il s’agit de ceux qui proposent déjà des véhicules électriques sur le marché.

Hawtai, un SUV électrique.
Hawtai, un SUV électrique.
Zoyte E30 : une Smart électrique !
Zoyte E30 : une Smart électrique !


Chery, le leader de l'électrique

Le leader est aujourd’hui Chery avec sa petite QQ, et qui dévoilait une berline 4 portes Arrizo 3 EV. Une berline compacte qui conserve la totalité de son coffre, puisque les batteries sont implantées sous le plancher, à la manière d’une Tesla. Mais son autonomie de seulement 180 km ne lui donnera accès qu’à 63 000 yuans (9400 €) de subventions au maximum.

Beijing Auto a lancé deux modèles électriques l’année dernière, et montrait aussi à Shanghai une proposition pour une berline compacte, la EV300. Dérivé de la Senova D50 déjà sur le marché avec un moteur classique, ce concept se présente sous les traits d’un taxi. Une façon pour le constructeur pékinois de signaler aux autorités qu’il serait peut-être bon de remplacer les taxis de la capitale, aujourd’hui fournis par Hyundai, par des modèles de marque nationale…

La nouvelle Chery Arrizo 3 EV.
La nouvelle Chery Arrizo 3 EV.



L’hybride rechargeable, l’alternative

Aux côtés de l’électrique, l’hybride rechargeable est la tendance qui se confirme sur le marché, surtout en haut de gamme. Les constructeurs chinois ont ainsi totalement supprimé l’étape de l’hybride classique.

BYD est bien entendu au centre de l’attention, dans sa place de leader du marché avec la berline Qin. Un modèle bien visible dans les rues de Shanghai, écoulé à 14 000 unités l’année dernière et déjà plus de 6 000 depuis le début de l’année 2015.

Le gros SUV Tang sera prochainement commercialisé, et la gamme s’enrichira d’ici à la fin de l’année des deux petits crossovers Song et Yu’an, ainsi que du monospace Shang et de l’utilitaire T3. Autant de modèles qui proposent une autonomie électrique d’environ 70 km, et qui vendent tout autant leur faible appétit que leurs performances. Ces modèles sont ainsi badgés non pas en fonction de leur puissance, mais avec leur performance sur l’épreuve du 0 à 100 km/h…

Le crossover BYD Song est un Plug-In annoncé avec 70 km d'autonomie en électrique.
Le crossover BYD Song est un Plug-In annoncé avec 70 km d'autonomie en électrique.


BYD n’est pas seul, puisque Roewe (groupe SAIC) et Trumpchi (groupe GAC) sont aussi entrés sur le marché, et que Chery s’y intéresse également. On pouvait ainsi découvrir la berline Arrizo 7 en version hybride rechargeable, et annoncée aux 50 km d’autonomie réglementaire pour avoir droit aux subventions à l’achat (jusqu’à 60 000 yuans/8700 €) sur ce type de motorisation. Un modèle non encore commercialisé, mais qui devrait l’être dans les mois prochains.


Les occidentaux dans la bataille

Bien sûr, on retrouve aussi au salon de Shanghai le discours de l’hybride rechargeable chez la plupart des constructeurs étrangers, avec les débuts du concept Volkswagen C Coupé GTE, des BMW X5 xDrive40e et 530Le, Volvo S60L T6 TwinEngine, Audi A6L eTron.

Les trois dernières sont destinées à une production locale et peuvent ainsi éventuellement profiter de quelques subventions, tout en réduisant la moyenne de consommations et d’émissions de la gamme du constructeur.

Le Coupé GTE préfigure la future limousine hybride rechargeable Vokkswagen dédiée à la Chine.
Le Coupé GTE préfigure la future limousine hybride rechargeable Vokkswagen dédiée à la Chine.


Le japonais Toyota isolé

Face à cette omniprésence de l’électrique et de l’hybride rechargeable, Toyota semble bien isolé, et même à contrecourant. Cela même si le constructeur montrait (timidement) deux véhicules électriques destinés à être vendus sous les marques locales de ses co-entreprises (Ranz et Leahead), l’essentiel de sa communication était axé sur l’hybride, avec le lancement en fanfare du duo de berline Corolla et Levin hybrides. Et si cette technologie est considérée comme une avance technologique du groupe japonais dans le reste du monde, la réalité est autre en Chine.

Avec cette Corolla "simple"" hybride, Toyota ne prend toujours pas le train de la technologie Plug-In.
Avec cette Corolla "simple"" hybride, Toyota ne prend toujours pas le train de la technologie Plug-In.

Prius et Camry hybrides sont ainsi les seules représentantes de leur genre produites en Chine, et leurs ventes ne décollent pas. Au contraire, après un pic à 8 200 unités en 2013, les ventes sont descendues à 7 100 en 2014, et n’ont atteint que 1 100 sur le premier trimestre. C’est que les hybrides n’ont droit à aucunes subventions à l’achat.

D’ailleurs, Lexus ne mise par autant sur cette technologie à Shanghai. Le nouveau RX était ainsi annoncé avec la nouvelle motorisation 2.0 Turbo dans sa version RX200t…
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
serranoandre918 Le 23/04/2015 - 20:58
Pourriez-vous me dire pourquoi les présentations de Citroën et de DS sont moindres en France. Il serait agréable que nous puissions diminuer le pétrole au profit de l'hybride rechargeable et de la voiture électrique avec la certitude de trouver des sites pour recharger ou des batteries à échanger, si cela existe.
Voir tous les commentaires (1)