Les Européens toujours attachés à leur auto Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Les Européens toujours attachés à leur auto

D'après une étude internationale conduite pour le compte de Ford, les Européens seraient encore loin de lâcher leur voiture pour prendre le bus.

Par Arnaud Murati
Publié le Mis à jour le
Malgré la congestion urbaine ou le prix du carburant, 74% des 6 028 personnes interrogées au travers de six pays (Danemark, France, Allemagne, Grande-Bretagne, Italie et Espagne) assimile la possession d'une voiture à un acte d'indépendance. Autant dire que les Européens ne sont pas encore prêts de lâcher leur voiture ! D'ailleurs, 52% des répondants avouent avoir pris les transports en commun moins d'une fois dans le mois qui précède, voire jamais.

Cette vaste étude commandée par Ford illustre en outre les sentiments paradoxaux qui animent bon nombre d'automobilistes. Ainsi, si 53% des personnes sollicitées conviennent que le réchauffement climatique est le principal problème du monde, elles sont aussi 77% à affirmer qu'elles ne modifieraient pas leur usage de l'auto pour des raisons environnementales ; 50% des sondés admettent tout de même qu'ils seraient prêt à adopter un style de conduite plus respectueux de l'environnement, mais à la condition qu'ils en retirent un bénéfice financier. Enfin, 72% des automobilistes contactés avouent se soucier essentiellement de sa consommation dans le cadre de l'achat d'un nouveau véhicule.

Tout dépend de l'âge !
Une étude fort enrichissante, mais qui mérite d'être complétée par des données plus scientifiquement recueillies, et plus franco-françaises. Le Centre de Recherche pour l'Etude et l'Observation des Conditions de Vie (Credoc) a publié une enquête en août 2011 intitulée « Environnement : des bonnes intentions aux bonnes pratiques.»

Un large chapitre est consacré aux rapports entre les Français et leur auto. Où l'on apprend que « la hausse des taux d'équipement constatée (ndlr, en automobile) est en réalité surtout portée par les seniors. Une analyse de ces taux sur longue période montre clairement qu'au delà d'un effet lié à l'âge (...), les nouvelles générations utilisent de moins en moins ce moyen de transport». D'autre part, toujours d'après le Credoc, « les automobilistes ont tendance à laisser plus souvent leur voiture au garage», en témoignent les baisses de kilométrage moyen annuel, ou encore les livraions mensuelles de carburant routier.
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...