Les irréductibles

voir les photos
Les irréductibles

Derrière son nouveau visage, la Peugeot 307 gonfle ses muscles avec un bloc de 180 ch. Dans la cour des compactes à fort tempérament, elle retrouve une revenante, la Volkswagen Golf GTI. peugeot 307 2.0 16V 180 3 p Disponible Restylage. Nouveau moteur à essence de 180 ch 11 CV 24 400 €volkswagen golf gti 3 p Disponible Moteur turbo à essence de 200 ch 12 CV 26 990

         Peugeot 307 2.0 16V 180 3 p

  • Disponible
  • Restylage
  • Nouveau moteur à essence de 180 ch
  • 11 CV
  • 24 400 €

        Volkswagen golf gti 3 p

  • Disponible
  • Moteur turbo à essence de 200 ch
  • 12 CV
  • 26 990 €

Peugeot 307 Denis MeunierDifficile d'échapper aux HDi et autres TDI lorsqu'on s'appelle Peugeot 307 ou Volkswagen Golf. Mais il est plus difficile encore de justifier la présence d'un puissant moteur à essence. Fâchées avec les assureurs, flashées par des cabines sans visage et montrées du doigt au moment de faire le plein, les compactes de caractère sont souvent sacrifiées sur l'autel de la « citoyenneté automobile ». Une poignée de conducteurs restent pourtant attachés à ces modèles à essence « forts en gueule ». La Peugeot 307 entend les satisfaire en recevant le 2 l de 180 ch qui équipe déjà la version CC et la sportive 206 RC.

Ce bloc apparaît à l'occasionVolkswagen Golf Denis Meunier du restylage, qui se caractérise par une proue reprenant les derniers codes stylistiques de la marque. Les ouvertures élargies, le capot raccourci, le nouveau graphisme des phares et les antibrouillards déportés en sont les principaux changements. Le résultat est flatteur, et cette version y ajoute un aileron de toit et des nouvelles jantes de 17 pouces.

Performance. D'allure plus dynamique et de coeur plus généreux, la 307 de 180 ch ne répondra cependant qu'en partie aux attentes de ceux qui recherchent des mécaniques à fort tempérament. Si le niveau de performances apparaît tout à fait satisfaisant et l'équilibre du châssis fort plaisant, les prestations du moteSuréquipée, la Féline s'habille de cuir jusque sur la planche de bord. Les compteurs sont repris du CC. Dommage que la finiton globale ne progresse pas à l'occasion du restylage. Denis Meunierur laissent sur sa faim. Anesthésié à bas régime, se réveillant tout juste dans les moyennes rotations, il demande à être cravaché pour démontrer sa bonne santé.

S'il en est une qui ne laisse pas de doute sur sa forme physique, c'est bien la Golf GTI, cinquième du nom. Son moteur est de cylindrée identique, mais il reçoit une injection directe d'essence FSI et un turbo à géométrie variable. La sensation de performance est telle qu'on n'a pas l'impression que seulement 20 ch séparent ces rivales. Il faut dire que la Golf épaule ses 200 ch d'un couple costaud disponible très tôt, alors que celui de la 307 est faiblard et haut perché.

Ecrasante. Dominée dans les accélérations, écrasée dans les reprises, Position de consuite plus basse, finition plus sérieuse et ergonomie bien pensée : la rigueur germanique est passée par là. Denis Meunierla française subit l'insolente santé de l'allemande dans les sprints. Et, pour les séances de marathon sur autoroute, la Golf peut compter sur son sixième rapport pour abaisser son régime moteur et le bruit qui va avec : 3 000 tr/min à 130 km/h en sixième, contre 4 000 tr/min en cinquième pour la Peugeot à la même vitesse.

Pour accompagner ses performances sportives, la Golf GTI tire toutes les ficelles connues : sonorité sympathique à l'échappement, commande de boîte à course réduite, sièges baquets au maintien latéral renforcé, volant sport... Cette ambiance s'apprécie d'autant plus que les trains roulants emmènent l'ensemble avec une dextérité remarquable. Rivée à la route, dotée d'un train avant précis et tenue par une suspension qui canalise les mouvements de caisse avec autorité, la Golf GTI mène grand train avec une facilité déconcertante.Les nouvelles jantes de 17 pouces sont de série. Denis Meunier

Manque de sportivité. La 307 doit faire étalage de tout son talent pour tenir la comparaison. Mais, à force de vouloir suivre sa concurrente, elle révèle un train arrière plus volage et engage des rebonds de suspension plus amples. En fait, seul le freinage, plus mordant, et le confort de roulement, moins sautillant, lui permettent de se distinguer. En définitive, c'est la philosophie même de la voiture qui diffère. En proposant ce bloc de 2 l uniquement avec cette nouvelle finition Féline, qui marie équipement pléthorique et présentation luxueuse (cuir intégral sur sièges, portières et planche de bord comme sur la CC), Peugeot la positionne comme un modèle « simplement » dynamique et distingué. Un choix dicté par la définition du moteur, qui manque de sportivité, de l'aveu même du constructeur. Celui-là a donc évité judicieusemRegard plus sombe, décoration en nid d'abeille et jantes spécifiques pour la GTI Denis Meunierent de badger ce modèle RC, synonyme de modèle sportif. Pour trouver une descendante aux 309 GTI et autres 306 S16, il faudra donc prendre son mal en patience.

Les propriétaires de la Golf GTI d'origine ont plus de chance. Dans cette cinquième génération performante et sportive, ils trouveront une digne héritière. Faisant fi des préjugés, elle assume même son statut de « gétéiste » : logos GTI en évidence, liseré rouge sur la calandre (clin d'oeil au modèle de 1976) et jantes échancrées font partie de sa panoplie. Le prix à payer est plus élevé que celui demandé par la Peugeot, mais l'agrément général qui en ressort justifie largement l'effort financier.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Annonces auto
402 121 voitures
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !