Les ventes de la Tata Nano en chute libre en Inde
habillage
banniere_haut

Les ventes de la Tata Nano en chute libre en Inde

Les ventes de la Nano ont atteint en novembre leur plus bas niveau depuis la commercialisation, en juillet 2009, de la voiture présentée comme la moins chère du monde, selon les données du groupe Tata Motors.

Publié le Mis à jour le
Seulement 509 véhicules ont été vendus en novembre, une chute de 85% par rapport à il y a un an, malgré l'offre gratuite proposant de renforcer la sécurité du véhicule grâce à diverses installations, après une demi-douzaine de départs de feu dans un modèle de la voiture.

Les ventes ont ainsi chuté pour le quatrième mois consécutif, après les 9.000 véhicules commercialisés en juillet 2010, selon les chiffres publiés par Tata Motors cette semaine.

Les analystes expliquent cette forte baisse par des craintes sur la sécurité, après des départs de feu, un manque de crédit à la consommation et des perturbations dans la production après l'installation des chaînes au sein d'une nouvelle usine.

"La perception de la sécurité des voitures peut être un souci", a déclaré à l'AFP Mahantesh Sabarad, analyste à la maison de courtage Fortune Equity Brokers, qui estime que l'image de marque du véhicule pourrait être endommagée si les ventes continuent de décliner.

Depuis son lancement en juillet 2009, la Nano Tata s'est vendue à plus de 71.300 exemplaires.

Interrogé, le fabricant automobile Tata Motors a refusé de commenter la baisse des ventes mais a indiqué que des mesures allaient être prises pour les relancer.

Les analystes estiment que Tata Motors parviendra à vendre entre 80 et 85.000 Nano d'ici la fin de son exercice en mars 2011, en-dessous des prévisions initiales.

Lors du lancement de la Nano, Tata avait dit espérer en produire et en vendre 30.000 à 50.000 en Inde en 2009 puis de 250.000 à 500.000 annuellement.

Le patron du groupe, Ratan Tata, a expliqué viser les dizaines de millions de foyers indiens positionnés entre les classes urbaines bourgeoises et les milieux défavorisés.
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours