Les voitures thermiques ne seront plus vendues en 2040 en France
habillage
banniere_haut

Les voitures thermiques ne seront plus vendues en 2040 en France

C'est en tout cas ce que promet Nicolas Hulot, le ministre de la transition écologique : l'abandon pur et simple des motorisations essence et diesel, pour un avenir tout électrique. Une vision claire et sans détour, à défaut d'être crédible ni même vraiment réfléchie.

Par Léo Mingot
Publié le Mis à jour le

Chez Peugeot, la seule voiture électrique présente au catalogue est la Ion. D'ici 2040, il va y avoir du boulot...

T.Antoine/ACE Team, THOMAS ANTOINE/ACE TEAM

Il nous resterait donc un peu plus de 20 ans pour profiter des joies du moteur thermique. Car après, ce sera fini. Nicolas Hulot vient clairement de le dire lors de la présentation du « plan climat » du nouveau gouvernement : « Nous annonçons la fin de la vente des voitures essence et diesel d’ici 2040 ».

 

La voiture électrique, solution à tous les maux de la Terre...

Il ne fait aucun doute que Renault et PSA, doivent être ravis d’apprendre la nouvelle. Certes, l’échéance est lointaine et le développement des énergies alternatives demeure indispensable. Mais il est toutefois fâcheux de voir à quel point l’élite politique de notre pays conserve une vision binaire voire manichéenne des choses.

Renault Zoe

Les voitures essence et diesel, qui seraient responsables en majeure partie de toutes les catastrophes écologiques de notre beau pays (selon nos dirigeants) doivent donc être éradiquées du territoire, tandis que l’offre de nos chers constructeurs devra en conséquence se limiter au tout électrique.

Il n’est d’ailleurs pas certain que la question de la production d’électricité, pour subvenir aux besoins des millions de Français qui devront recharger leur voiture, mais aussi celle du recyclage des batteries, aient été étudiées en détail par le ministre.

 

Une nouvelle prime à la casse

Heureusement, en plus de cette épée de Damoclès, Nicolas Hulot a également présenté d’autres mesures plus réalistes pour les années à venir. Notamment une prime, qui a pour but d’inciter les possesseurs de voitures essence d’avant 1997 et diesel d’avant 2001, à acheter un véhicule plus récent, qu'il soit neuf... ou d'occasion. Une première.

Sans en dévoiler le fonctionnement précis, le Ministre de l'écologie a livré quelques détails sur cette nouvelle "prime de transition" lors d'une interview chez nos confrères de RTL le 10 juillet 2017 : prime identique pour les modèles neufs ou d'occasion, et une mise en place probable dès janvier 2018.

En attendant le texte détaillé (espéré dans le projet de loi de finances 2018), louons l'effort de cette mesure qui s’adressera à un public bien plus large que les actuels bonus écologiques, nécessitant d’acheter obligatoirement une voiture neuve, hybride ou électrique.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
benitod06056 Le 13/07/2017 - 15:41
Uniquement les véhicules neufs bien sûr. Et d'ici là le nombre de modèles, la technologie etc... fera que le prix ne sera pas plus cher que les thermiques actuelles, sans doute moins chers car la fabrication est moins compliquée. Et évidemment un entretien très réduit.
Pmazoue Le 13/07/2017 - 14:18
Juste une interrogation... En 2040, halte au véhicule essence ou diesel... Mais parle-t-il que de véhicules neufs, ou bien englobe-t-il aussi dans sa réforme les véhicules d’occasion ? Dans cette extrémité, quid du recyclage de tous ces véhicules qui pourraient pourtant toujours rouler ? Comment seront indemnisés les propriétaires de ce type de véhicule qui, à minima deux années auparavant ne pourrons d’ores et déjà plus revendre leur véhicule. …Et que dire des véhicules de collections ? Comment préserver notre patrimoine si à l’avenir il sera impossible de les faire rouler ? Je suis un farouche partisan de la VE, mais n’allons pas trop vite en besogne, sans en avoir mesuré tous les impacts, directs et indirects, et dieu sait s’ils sont nombreux ! La transition vers le VE oui, et deux fois oui, mais assurons nous que personne ne sera laissé sur le bord de la route…
benitod06056 Le 13/07/2017 - 13:40
Pour les avions c'est encore très difficile de se projeter et la solution de l'hydrogène embarqué pour alimenter une pile à combustible semble le plus réalisable + panneaux solaires. Je vois ici que certains limitent les VE au courts trajets. Plusieurs collègues ont fait des trajets de plus de 1000kms sans aucun soucis. Oui il faut s'arrêter, oui il faut planifier ses recharges, mais s'arrêter tous les 250kms pour une recharge de 20' et repartir ce n'est pas si galère et économiquement la facture aux 100kms est divisée par 3 minimum (suivant les KW consommés et le prix de la recharge). Le plus gros problème c'est comme toujours l'ignorance. Vous connaissez bien les VE? Les différents type de charges (continu ou alternatif) les prises (type2, CSS combo, Chademo), le réseau Sodetrel tous les 80kms sur les stations d'autoroute. C'est ça le truc, je suis persuadé que beaucoup qui écrivent ici contre les VE en ont une connaissance pas du tout à jour. Lisez, renseignez-vous, essayer un VE. De toute façon vous y viendrez. Moi qui suis passionné d'automobile c'est LA grande révolution depuis sa création. C'est top de vivre ça et c'est pour le bien de tous. Je lis que les voitures thermiques pourraient consommer 2-3l aux 100kms. Dans les normes à la noix qui ne sont jamais réelles en pratique. Et quid de l'extraction/transport/raffinage et re-transport du pétrole? Bref, il y a encore beaucoup à améliorer mais tout est en train de changer très vite. La prochaine génération de batterie au graphène mettra tout le monde d'accord. Autonomie jusqu'à 1000kms, recharge en 5' et le carbone se trouve en abondance sur terre et facilement recyclable. Il faut juste diminuer les coûts de production.
Voir tous les commentaires (24)