Location de voiture. Ce qu’il faut savoir avant de réserver
habillage
banniere_haut

Location de voiture. Ce qu’il faut savoir avant de réserver

Louer une voiture pour les vacances est un classique de l’été. L’offre est pléthorique et les conditions de location tout aussi variées. Connaître les caractéristiques de ce type de contrat est donc essentiel pour s’y retrouver. L’argus fait le point sur ce qu’il faut s’avoir avant de se lancer.

Par Cambio
Publié le Mis à jour le

Louer une voiture en vacances, mérite de prêter attention à quelques points.

Jan Claus de Pixabay

Les prix des locations de courte durée de voiture explosent en raison des difficultés de production actuellement rencontrées par l’industrie automobile. Raison de plus pour ne pas se tromper en vérifiant attentivement les conditions de location avant de réserver. Adopter les bons réflexes lors de la prise de possession du véhicule et de sa restitution, connaître la conduite à tenir en cas de vol, d’accident ou de contravention est indispensable pour éviter les mauvaises surprises.

Vérifier les conditions de location avant de s’engager

Media Image
Image

Un tour du véhicule s'impose au départ pour constater d'éventuels problèmes sur la carrosserie, le niveau de carburant etc...

Karolina Grabowska de Pixabay

Il faut tout d’abord savoir que le droit de rétractation de 14 jours n’est pas applicable en matière de location de voiture. Le contrat, une fois signé, ne pourra en principe pas être remis en cause sauf s’il prévoit des modalités d’annulation que les loueurs proposent souvent en option. Comparer les différentes offres de location et leur contenu est donc essentiel avant de s’engager.

Il faut déjà s’assurer que l’on remplit les conditions pour pouvoir louer : 

  • L’âge minimum requis est compris entre 18 et 21 ans selon la catégorie de véhicule
  • L’ancienneté du permis exigée oscille quant à elle entre un et deux ans suivants les loueurs.
  • Vérifier que l’on dispose d’un moyen de paiement accepté est aussi nécessaire si la voiture est louée à l’étranger. Car même en Europe, la carte bancaire peut poser difficulté. Les compagnies de location étrangères exigent la plupart du temps une carte de crédit et non une carte de débit (la mention débit/crédit est spécifiée sur la carte). Les cartes de crédit (cartes de crédit à la consommation, cartes de crédit renouvelable, etc.) permettent aux loueurs de bloquer une somme d’argent sur la carte pour garantir le paiement du dépôt de garantie, sans qu’elle soit nécessairement disponible sur le compte bancaire. Si vous n'avez pas de carte de crédit, il faudra : soit avancer le dépôt de garantie auprès du loueur, ce qui suppose d’avoir la somme sur son compte, soit passer par la souscription d’une assurance complémentaire souvent onéreuse.
Media Image
Image

A l'étranger, faites bien attention que votre carte de paiement mentionne la notion de crédit et non débit.

Sixt

Les clauses relatives au kilométrage maximum parcouru ou à d’éventuelles restrictions de circulation comme l’interdiction de quitter la France ou l’Union européenne par exemple, doivent faire l’objet d’un examen attentif. Le montant du dépôt de garantie, communément appelé caution, est variable puisqu’il peut être fixé librement. Cela entraîne parfois des différences importantes pour un même véhicule suivant les enseignes. Il correspond en général à la franchise de l’assurance et vise à couvrir les éventuels dommages causés au véhicule. Attention également aux frais supplémentaires qui peuvent alourdir la note finale : frais de nettoyage, équipements optionnels (siège enfant, galerie de toit, GPS, etc.), conducteur supplémentaire, etc. Vous l’aurez compris, impossible de couper à la lecture fastidieuse des conditions générales et particulières du contrat qui comprendra aussi une assurance à examiner avec attention.

Media Image
Image

Certains loueurs peuvent facturer des frais supplémentaires si, par exemple, les moquettes sont recouvertes de sable.

Europcar

S’attarder sur l’assurance prévue au contrat

Dans le cadre de la location d’une voiture, une assurance est évidemment nécessaire. Mais les conditions d’assurance proposées sont loin d’être identiques. Seule l’assurance responsabilité civile est obligatoire. Cette dernière garantit contre les dommages corporels et matériels causés à autrui. En revanche, elle ne couvre pas le vol, les dommages subis par le véhicule loué ou l’assuré lui-même. Pour être couvert contre ces risques, il faudra souvent opter pour des options payantes dont le tarif variera selon la compagnie d’assurance amenée à intervenir en cas de sinistre.

Media Image
Image

Souscrire à une assurance complémentaire n'est pas obligatoire.

Oleg Znamenskiy - Fotolia

Il est aussi possible de souscrire à une assurance complémentaire pour garantir un plus grand nombre de risques et ainsi réduire le coût de la franchise en cas de vol ou d’accident. Ces assurances facultatives peuvent aussi prendre en charge tout ou partie de la franchise en cas de sinistre. Il est toutefois recommandé de vérifier que ces garanties ne soient pas déjà comprises dans les prestations offertes par sa carte bancaire, histoire d’éviter des doublons et des dépenses inutiles.Si la voiture est conduite par plusieurs conducteurs, il est nécessaire de le signaler au loueur afin qu’il en soit tenu compte dans le cadre de l’assurance. Cela entraînera une surprime qui sera plus élevée si le second conducteur a moins de 25 ans, âge en dessous duquel il faudra généralement s’acquitter d’un supplément « jeune conducteur ».

Être vigilant lors de la remise des clés avant le départ et au retour

La remise des clés est un moment important lors duquel il faut se montrer rigoureux. Il arrive parfois que le véhicule loué ne soit finalement plus disponible lorsque l’on arrive à l’agence. Dans ce cas, il est possible de refuser tout modèle de remplacement et d’annuler purement et simplement la réservation. L’inexécution du contrat par le loueur permet en effet de se désengager et de demander le remboursement des sommes éventuellement versées dans le cadre de la réservation. Si le loueur propose un véhicule de catégorie supérieure, aucun supplément ne pourra être demandé. Ce sera alors l’occasion de rouler surclassé à moindre frais. Et si le client accepte de maintenir sa réservation malgré la mise à disposition d’une voiture moins bien équipée ou de gamme inférieure, le prix initialement convenu devra être revu à la baisse.

Media Image
Image

Un tour du véhicule s'impose au départ pour constater d'éventuels problèmes sur la carrosserie, le niveau de carburant etc...

Karolina Grabowska de Pixabay

Un premier état des lieux de la voiture intervient avant le départ. Il doit être effectué en présence d’un membre du personnel de l’agence de location et être signé par les parties. C’est l’occasion de bien vérifier que tous les éventuels dommages relevés sont bien notés sur l’état des lieux dont il faudra demander une copie. Si tel n’est pas le cas, le loueur sera en droit de retenir le dépôt de garantie lors de la restitution du véhicule qui sera présumé avoir été dégradé durant la location. Prendre des photographies des dommages constatés est une précaution supplémentaire qui pourra s’avérer utile en cas de litige avec le loueur.

Au retour de la voiture, un second état des lieux sera établi de la même manière. Veiller à respecter l’heure et le lieu de restitution du véhicule évite d’éventuels frais additionnels voire la facturation d’une journée de location supplémentaire. Si l’agence est fermée, prendre des photographies du véhicule avant de mettre les clés dans la « boîte à clés » est conseillé en raison de l’impossibilité de régulariser l’état des lieux immédiatement.

Que se passe-t-il en cas de vol, d’accident ou de contravention ?

Media Image
Image

Si votre véhicule de location est volé, déposez plainte.

Adac

En cas de souci durant la location, il est impératif de réagir de manière appropriée pour sauvegarder ses droits et pouvoir bénéficier des garanties de l’assurance. Si le véhicule de location est volé, une plainte doit être déposée auprès des forces de l’ordre. Penser à demander un récépissé ainsi que la copie de la plainte elle-même facilitera les démarches auprès de l’assurance de la société de location qui doit elle aussi être informée au plus vite et en tout cas dans les 48 heures. Les papiers et surtout les clés de la voiture doivent être remis au loueur dans ce même délai. A défaut ce dernier pourrait considérer qu’il ne s’agit pas d’un vol mais d’un détournement du véhicule. Si le contrat d’assurance prévoit une couverture contre le vol, seule la franchise sera demandée. Dans le cas contraire, la valeur du véhicule pourra être réclamée par le loueur… Une voiture de substitution pourra enfin être fournie si le contrat le prévoit.

En cas d’accident, il faut immédiatement prévenir la société de location et établir un constat amiable dont un exemplaire lui sera remis. Si le conducteur adverse quitte les lieux sans laisser ses coordonnées, il convient de contacter la police ou la gendarmerie locale afin de déposer plainte contre X pour délit de fuite.

Media Image
Image

Flashé alors que vous étiez au volant ? En France comme à l'étranger, vous serez dénoncé.

delkro - stock.adobe.com

Media Image
Image

En cas d'accident, il faut établir un constat à l'amiable comme vous l'auriez fait avec votre propre véhicule.

Monkey Business - Fotolia

Quant au respect du Code de la route, si une infraction est commise au volant du véhicule loué, le conducteur en reste évidemment responsable.  En cas d’interception par les forces de l’ordre, la contravention est dressée au nom du conducteur. En revanche, s’il s’agit d’un « PV à la volée » dressé sans interception du véhicule ou d’une verbalisation par un radar automatique, l’avis de contravention est adressé à l’agence de location. Cette dernière a l’obligation de dénoncer le conducteur c’est à dire celui qui s’est déclaré comme tel en fournissant la copie de son permis de conduire. Un avis de contravention sera ensuite envoyé au titulaire de la location. Ce dernier pourra à son tour désigner le véritable conducteur ou contester l’infraction en prétendant ne pas avoir conduit aux date, lieu et heure de l’infraction, sans toutefois dénoncer qui que ce soit. Car les contraventions sans interpellation du conducteur sont la plupart du temps contestables, qu’il s’agisse ou non d’un véhicule loué.  

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours