Vous êtes ici :

L'Opel Insignia Sports Tourer défie la Renault Talisman Estate

Page 3L'Opel Insignia Sports Tourer défie la Renault Talisman Estate 

Opel Insignia Sports Tourer 2.0 Turbo D 170 AT8 (2017)
Epuré et plutôt bien fini, le mobilier intérieur de l'Opel Insignia Sports Tourer vieillira mieux que celui de la Renault.
Opel Insignia Sports Tourer 2.0 Turbo D 170 AT8 (2017)
En finition Elite, l'Opel Insignia Sports Tourer offre en série un GPS plutôt lisible.
Opel Insignia Sports Tourer 2.0 Turbo D 170 AT8 (2017)
Les rails de fixation du coffre de l'Opel Insignia Sports Tourer sont étrangement réservés au marché allemand.

Malgré ses 12 centimètres de plus en longueur, l’Opel ne fait pas la course en tête en ce qui concerne le volume de chargement. Avec
560 litres, elle en concède 12 à la Renault qui propose en plus un seuil de chargement un peu plus bas. L’écart est équivalent en configuration de chargement maximal : l’Opel annonce 1 665 litres contre 1 680 pour sa concurrente. Elle se rattrape cependant par un aménagement plus pratique de son coffre : la banquette rabattue de la Talisman est plus inclinée et présente une marche, ce qui n’est pas le cas de l’Opel dont le plancher est pratiquement plat. Celle-ci est donc plus douée pour les chargements volumineux.

Renault Talisman Estate1.6 dCi 160 EDC (2017)
Identique dans son dessin aux autres modèles de la gamme Renault, la planche de bord de la Talisman Estate n'offre pas une finition irréprochable.
Renault Talisman Estate1.6 dCi 160 EDC (2017)
Tout comme l'Opel Insignia, la Renault Talisman Estate propose des boutons permettant de rabattre la banquette depuis le coffre.
Renault Talisman Estate1.6 dCi 160 EDC (2017)
En matière de modularité, le coffre de la Renault Talisman Estate se contente du service minimum.

Ni l’une ni l’autre ne propose en revanche la possibilité de ranger le cache-bagages sous le plancher. La Talisman s’en tire avec une solution moyenne grâce à des fixations au pied du dossier, mais on est surpris d’une telle lacune quand on sait que la plupart des breaks compacts le proposent. Ces derniers se montrent également pour la plupart plus logeables : une Peugeot 308 SW dispose ainsi de 100 litres de plus de volume de coffre que l’Opel !

 

Une Opel plus accueillante à l’arrière

Opel Insignia Sports Tourer 2.0 Turbo D 170 AT8 (2017)
L'espace dévolu aux passagers arrière est généreux à bord de l'Opel Insignia Sports Tourer, sauf au milieu.

Les deux breaks sont calibrés pour accueillir deux, voire trois adultes. Cependant, le plus doué dans l’exercice est l’Opel, dont la banquette se révèle mieux dessinée. Ses dossiers épousent bien le corps alors que ceux de la Talisman s’avèrent à la fois plus droits et surtout plus bombés, ce qui nuit au confort. Les deux concurrentes se montrent généreuses en habitabilité, y compris en ce qui concerne l’espace aux coudes et à la tête. En revanche, la place du milieu apparaît inconfortable dans les deux cas. Volvo a pourtant démontré avec le V90 qu’il était encore possible de réaliser un véritable break 5 places…

Renault Talisman Estate1.6 dCi 160 EDC (2017)
Comme d'autres Renault, la Talisman Estate souffre de dossiers de banquette arrière trop bombés.

En matière de finition nos deux concurrentes ne font pas les mêmes choix esthétiques. La dotation Initiale Paris apparaît en effet plus clinquante : le dégradé de gris de la sellerie, l’éclairage d’ambiance aux couleurs vives et les inserts de matériaux blancs contrastent avec l’ambiance plus épurée de l’Opel. Cette dernière profite également d’une ergonomie plus limpide. Si son système multimédia n’est pas le plus intuitif du marché, il n’a aucun mal à dominer le R-Link2 de la Renault : point n’est besoin d’épiloguer sur le manque de clarté de ses menus. Et l’allemande d’assener un dosage plus judicieux de boutons qui permet de profiter de nombreuses fonctions sans passer par l’écran central. Enfin, l’Opel se distingue par des assemblages et une qualité de matériaux supérieurs.

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
beniot9888

alainsimon100156, c'est vous l'étourdi ! l'Opel est garantie 2 ans et la Renault 3, contrairement à ce que vous avez écrit. Quant aux 4 roues directrices, elles équipaient déjà la Laguna 3 GT et je n'ai jamais entendu parler d'un coût d'entretien particulier, ni d'une fragilité particulière entraînant des coûts de réparation.

alainsimon100156

Le réservoir de la Talisman Estate 4RD contient 47 litres et non pas 52 litres comme annoncé ! C'est très nettement insuffisant pour un grand break routier qui devra s'arrêter souvent en dépit d'une consommation annoncée faible mais qui sera toujours supérieure dans la réalité. Considérant que la garantie de l'OPEL est de 3 ans ou 150000 km contre 2 ans et kms illimités pour la RENAULT, son intérieur qui comme vous le dites justement "vieillira mieux" , son confort supérieur aux places arrières ainsi qu'un moteur plus plaisant à conduire au final, on comprend facilement que le succès de la Talisman soit mitigé à l'exportation. En outre, la technologie 4RD n'est pas selon moi un avantage déterminant. Très bien sur le papier, il ne donne pas au véhicule un avantage déterminant et surtout il devrait coûter très cher à l'entretien. Gare aux étourdis qui tournent un peu court en ville et dont les roues arrières ont tendance à escalader les trottoirs. Et je ne parle même pas du coût en réparations en cas de choc...

micheljosiane917

Sur la Talisman le réservoir avec les 4 roues directrices fait-il réellement 52 litres ? J'ai lu ailleurs, qu'il ne faisait que 47 litres, si c'est le cas, ce n'est plus une routière mais un véhicule qui nécessite de nombreux arrêts pour faire le plein, rédhibitoire pour un gros rouleur.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Opel Insignia
Recevez par e-mail toutes les infos de la Renault Talisman