Lotus Emira (2021). La Lotus ultime ou l'ultime Lotus ?
habillage
banniere_haut

Lotus Emira (2021). La Lotus ultime ou l'ultime Lotus ?

Lotus présente l'Emira, qui sera son dernier modèle thermique. Cette biplace compacte à moteur central-arrière sera proposée au choix avec un quatre-cylindres fourni par AMG ou un V6 Toyota pour des puissances pouvant dépasser les 400 ch. Côté prix, comptez un peu plus de 70 000 € de base.

Par MaxK
Publié le Mis à jour le

L'Emira sera la dernière Lotus à moteur thermique.

Richard Pardon

La voici donc, cette dernière Lotus à moteur thermique, l’Emira, dont la lourde tâche est de succéder tout à la fois aux Elise, Exige et Evora avant que le constructeur de Hethel passe au tout électrique. Pour ce faire, l’Emira pourra compter sur plusieurs variantes. Son architecture à moteur central-arrière et son design inspiré de l’Evija étaient attendus mais les dirigeants de la firme anglaise, désormais contrôlée par le groupe chinois Geely, avaient gardé quelques surprises en réserve.

À LIRE. Lotus. Electriques, SUV, Chine, Alpine... la stratégie détaillée
 

Une Lotus à moteur AMG

L’Emira est biplace et repose sur un nouveau châssis en aluminium collé. Pure propulsion, elle sera proposée avec deux moteurs au choix. Le haut de gamme sera assuré par le V6 3,5 L Toyota à compresseur qui animait déjà les Exige et Evora. On s’attendait à ce que les modèles les plus « modestes » soient mus par un quatre-cylindres 2 L turbo et ce sera bien le cas. En revanche, on s’attendait aussi à ce que le « quatre-pattes » en question provienne de chez Volvo ou une autre marque de l’écurie Geely mais il n’en est rien ; c’est Mercedes-AMG qui fournit ce bloc à Lotus. Le constructeur britannique annonce des niveaux de puissance allant de 360 ch à 400 ch environ à travers la gamme ainsi que trois boîtes de vitesses en fonction des modèles : manuelle, automatique et double embrayage.

Lotus Emira Jenson Button
Jenson Button, pilote et champion du monde 2009 de F1, s'est dit conquis par L'Emira sur circuit.

Lotus s’est fixé un objectif de 1 405 kg pour ce qui est du poids à vide de l’Emira dans sa configuration la plus légère, soit un rapport poids/puissance de
3,9 kg/ch avec 360 ch qui reste supérieur à celui d’une Elise 250 qui, certes bien moins puissante avec 246 ch, pouvait rester nettement sous la tonne et afficher 3,7 kg/ch.

Les versions les plus performantes de l’Emira profiteront d’un couple maximal de 430 Nm, de quoi passer de 0 à 100 km/h en moins de 4,5 s vers une vitesse de pointe de 290 km/h.
 

L’Emira, petite sœur de l’Evija

C’est peu dire que le design de l’Evija a influencé celui de l’Emira. Vue de devant, la dernière-née de l’entreprise fondée par feu Colin Chapman ressemble à une version réduite de l’hypercar électrique. On retrouve donc un capot avant court et plongeant, des blocs optiques fins disposés presque verticalement et des flancs creusés. Les pontons spectaculaires de l’Evija sont ici remplacés par des prises d’air alimentant la mécanique et, en conséquence, la poupe des deux modèles diffère plus nettement. À l’arrière de l’Emira, un spoiler surplombe des feux fins dont la signature lumineuse forme des « C » symétriques. Deux extracteurs prennent place aux extrémités du bouclier, lui-même souligné par un imposant diffuseur, mais le style de l’Emira reste sobre et ses proportions compactes. Le coupé mesure 4,41 m de long pour 1,90 m de large et 1,23 m de haut avec un empattement de 2,58 m.

Lotus Emira studio
La parenté stylistique avec l'Evija est claire.
Lotus Emira lumière
Avec 4,41 m de long, l'Emira reste compacte.


Une Lotus de tous les jours

Comme le design extérieur, le style intérieur de l’Emira marque un changement radical par rapport aux Lotus de génération précédente dont la plus récente représentante, l’Evora, avait été mise sur le marché en 2009. Place aux écrans, l’un faisant office de combiné d’instrumentation de 12,3 pouces et l’autre, tactile et affichant 10,25 pouces de diagonale, trônant sur la planche de bord tandis que le volant reçoit la majorité des boutons encore présents. On remarque également un volant à méplat et une console centrale surélevée offrant un accès rapide au levier de vitesses.

Lotus Emira intérieur
L'habitacle de l'Emira est sportif mais résolument moderne.

Fini la radicalité, l’Emira se veut sportive mais aussi « pratique, confortable et fonctionnelle » selon Lotus, qui souhaite élargir sa clientèle. Boîte à gants, rangement entre les deux sièges ou encore bacs de portes pouvant accueillir chacun une bouteille de 0,5 L sont là pour faciliter la vie des occupants, en complément de l’espace de 208 L situé derrière les sièges et du coffre de 151 L accessible à l’arrière du moteur. L’Emira pourra par ailleurs être équipée d’un régulateur de vitesse adaptatif, d’une alerte de franchissement de ligne, d’une aide au changement de voie, d’un capteur de fatigue, d’une reconnaissance des panneaux ou encore d’un démarrage sans clé.

Lotus Emira échappement
La partie arrière de l'Emira est la plus imposante.

On peut s’attendre à ce que l’Emira soit déclinée au fil des années en variantes plus ou moins sauvages pour s’adresser aussi bien aux clients fidèles qu’à des nouveaux venus dans l’univers Lotus. Une sportive compacte et polyvalente aux multiples versions, proposée avec des moteurs à quatre ou six cylindres, voilà qui rappelle quelque peu la Porsche 718. L’Allemande est la cible toute désignée de l’Emira, jusque dans ses tarifs puisque Lotus annonce un prix de base inférieur à 72 000 € pour sa dernière création. Les pré-réservations s’ouvrent déjà ; les premières livraisons sont prévues pour l’été 2022.

À LIRE. Porsche 718. Boîte PDK en option sur les Cayman et Boxster flat-6

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Dunaze Le 07/07/2021 - 10:04
1405 kgs à sec, Colin va se retourner dans sa tombe. 360 cv pour le 4 cylindres et 400 pour le V6, pourquoi ne pas frapper plus fort d'entrée pour atomiser la concurrence ? Le 4 cylindres AMG peut faire 421 cv...
Voir tous les commentaires (1)