Marché auto. Un fort rebond qui ne suffit pas à combler le retard | L'Argus Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Marché auto. Un fort rebond qui ne suffit pas à combler le retard

Les immatriculations de voitures neuves en France ont été multipliées par sept entre avril 2020 et avril 2021, mais le marché automobile français accuse toujours un retard important par rapport aux années d'avant-crise.

Par Benoît Landré
Publié le Mis à jour le
Marché automobile France hausse avril 2021 Voir les photos

La Renault Clio 5 a été la voiture la plus immatriculée en France en avril 2021, mais la Peugeot 208 reste numéro 1 au cumul des quatre premiers mois

thomas.antoine/ACE Team

Le rebond avait déjà été important en mars (+ 191,7 %) et, comme prévu, il le fut encore davantage en avril 2021. Il s’est immatriculé 140 426 voitures neuves en France sur ce quatrième mois de l’année (+ 568,8 %), contre seulement 20 997 unités lors du même mois l’an passé, soit un volume presque sept fois supérieur. Cependant, en raison des limitations de déplacement et des fermetures des showrooms, le rattrapage ne s’est pas concrétisé dans les proportions espérées. À titre de comparaison, il s’était immatriculé 188 197 VN en avril 2019 ou encore 187 396 en avril 2018, soit un différentiel de près de 50 000 unités. « Les volumes actuels représentent environ 75 % de ceux d’il y a deux ans, analyse le cabinet AAA Data. Par ailleurs, la pénurie mondiale de composants électroniques affecte les productions de voitures neuves, et le fait que certaines usines aient été mises à l’arrêt temporaire retarde naturellement les livraisons de véhicules. »

Au cumul des quatre mois, le marché automobile hexagonal totalise 582 217 immatriculations, soit une croissance de 51 % par rapport à la même période de l’an passé (385 676 unités à fin avril 2020), mais un retard important par rapport à 2019 (741 532 VN) ou 2018 (744 238).

À LIRE. Déconfinement. Le calendrier des réouvertures en 4 étapes

Les voitures hybrides au même niveau que les diesels

Marché automobile France hausse avril 2021
Les voitures hybrides ont représenté une part de 24 % du marché automobile français en avril 2021, soit autant que les diesels

Dans ce contexte atypique, AAA Data relève quelques tendances persistantes. Ainsi, les particuliers continuent de plébisciter davantage les solutions locatives (LOA et LLD) dans le financement de leur nouvelle voiture, celles-ci atteignant 47 % des ventes contre 37 % en 2019. Les véhicules hybrides suscitent un intérêt toujours plus prononcé chez les particuliers, avec 24 % des ventes en avril et 33 002 modèles immatriculés, derrière les véhicules essence (44 % du marché) et tout près des diesels (24 % ; 33 091 unités). « Cette avancée nette des véhicules verts peut aussi s’expliquer par le contexte législatif. En effet, les conditions d’attribution du bonus écologique et de la prime à la conversion vont être modifiées et durcies à partir du 1er juillet 2021, ce qui a un fort impact sur les ventes actuelles et perdurera jusqu’à cette date », explique AAA Data.

Peugeot loin devant Renault

Au niveau des marques, le mois d’avril a confirmé les tendances du premier trimestre 2021, à savoir une nette domination de la marque Peugeot (18,6 % du marché), dont la part de marché a été de 3 points supérieure à celle de Renault (15,6 %). Sur quatre mois, la marque au lion affiche une pénétration de 19,1 % et Renault de 15,4 %. Les plus gros rebonds sont à mettre à l’actif de Dacia (+ 117,4 %), Jeep (+ 228,6 %), Mini (+ 101,9 %), Smart (+ 114,9 %) et Suzuki (+ 145,6 %). Toutes les marques ne sont pas dans le vert au cumul. Ainsi, DS (–1,3 %), Alfa Romeo (– 2,4 %) et Mitsubishi (– 39,4 %) affichent des volumes en retrait par rapport à 2020.

A LIRE. Tous les indicateurs du marché automobile en avril 2021

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...