Mercedes EQE (2022). À bord de la mini-limousine électrique
habillage
banniere_haut

Mercedes EQE (2022). À bord de la mini-limousine électrique

Mi-2022, Mercedes lancera l'EQE, une berline routière 100 % électrique dont le style et les éléments techniques sont dérivés de l'EQS. De quoi lui offrir une habitabilité digne d'une limousine et lui permettre de rivaliser avec sa principale rivale, la Tesla Model S. Bienvenue à bord.

Par Florian Chopin
Publié le Mis à jour le

Mercedes a présenté, en première mondiale, sa berline EQE, 100 % électrique.

C.CHOULOT

[Mise à jour le 13/04/2022] Plusieurs mois après sa révélation au salon de Munich, nous avons pris le volant de celle qui se pose en rivale directe de la Tesla Model S. Cette Mercedes EQE est aussi le second véhicule électrique de la marque à l'étoile conçue sur une plate-forme dédiée.

A LIRE. Essai Mercedes EQE : le luxe électrique démocratisé ?

***

Au Salon de Munich, Mercedes a déployé la plus importante flotte de nouveautés, histoire d'en mettre plein la vue aux visiteurs près du fief de son principal concurrent, BMW. La marque à l'étoile a mis le paquet sur les modèles électrifiés et propose en première mondiale l’EQE. Si l’on s’en tient à la nomenclature mise en place par Mercedes pour ses modèles « zéro émission à l’échappement », l’EQE est le pendant électrique de la Classe E. Toutefois, c’est de la récente EQS qu’elle est le plus proche.


Une esthétique d'EQS

La ligne de toit fuyante qui s'étire vers la poupe donne une silhouette de coupé à l'EQE.

Longue de 4,95 m, l’EQE entre dans la catégorie des berlines routières. Toutefois, il s'agit de son seul point commun avec la Classe E. En effet, la nouvelle venue reprend tout de la limousine EQS. À tel point que la confusion entre les deux véhicules n’est pas rare. Les silhouettes sont identiques : elles reprennent l’effet « one bow » (d’un seul mouvement) allant des phares aux feux sans réellement de cassure. La calandre noire et étoilée intègre les optiques à LED. La poupe est barrée par un large bandeau lumineux. Les galbes sur les flancs sont comparables. Les poignées de porte sont dissimulées de la même façon. Un détail permet néanmoins de démarquer l’EQE de sa grande sœur : elle dispose d’une malle traditionnelle, quand l’EQS est équipée d’un hayon.
 

Des dimensions de Tesla Model S

L'EQE affiche une longueur de 4,95 m, soit 2 cm de moins que sa rivale désignée, la Tesla Model S.

L’EQE est également plus petite que l’EQS. Quand la limousine franchit allègrement la barre des 5,20 m, la nouvelle venue ne dépasse pas les 5 m ; de quoi la placer directement en face d’une Tesla Model S (4,97 m). En revanche, concernant l’empattement, l’EQE navigue plutôt dans la sphère supérieure. Ses 3,12 m promettent une belle habitabilité.
 

Une habitabilité de limousine

L'espace aux places arrière est royal avec une belle aisance au niveau des genoux et de longues assises.

Et c’est bien le cas : l’espace dévolu aux places arrière est tout simplement royal. L’aisance au niveau des genoux est digne d’une limousine. Les caves à pieds sont logeables, même lorsque le siège avant est réglé au plus bas. La garde au toit est certes limitée du fait de la ligne de pavillon fuyante du modèle, mais elle reste acceptable. Les assises sont longues et soutiennent bien sous les cuisses. La place centrale ne sera plus boudée puisqu'elle est confortable et le plancher à cet endroit, parfaitement plat.

La commande de climatisation arrière forme un seul et même bloc qui bouge dans son ensemble dès qu'on le touche.

Si les passagers sont idéalement traités, les bagages pourront se sentir à l’étroit dans le coffre, qui n’offre qu’un volume de 430 litres. Nous sommes bien loin des 750 litres de la soute de la Tesla Model S. Quant à la qualité de fabrication, peu de choses à redire tant sur les matériaux que sur les assemblages. Toutefois, à ce niveau de prestation, des feutrines dans les bacs de porte auraient été les bienvenues. On aurait également apprécié moins de jeu dans le pavé de commande de la climatisation arrière.
 

L'hyperscreen en option

En option, l'EQE peut disposer de l'hyperscreen, cette dalle de verre qui recouvre trois grands écrans sur le tableau de bord.
De série, l'EQE propose un tableau de bord plus conventionnel avec deux écrans, dont un tactile à la verticale pour l'info-divertissement.

La présentation intérieure est un autre point commun avec l’EQS. Si la version d’entrée de gamme dispose d’un agencement classique (comme sur la limousine) avec une dalle numérique de 12,3 pouces pour les compteurs et un écran tactile de 12,8 pouces pour le système d’info-divertissement, il est possible d’opter pour le système hyperscreen. Il s’agit d’une plaque de verre légèrement incurvée mesurant 141 cm et allant d’un montant de pare-brise à l’autre. Elle intègre de façon élégante les aérateurs en forme de réacteur. Ce sont les seules pièces physiques de cet environnement. La plaque recouvre trois écrans : les compteurs (12,3”), le système d’info-divertissement (17,7”) et l’élément face au passager (12,3”). Prévoyez un chiffon pour nettoyer l’ensemble, qui sera rapidement sujet aux traces de doigt.
 

Propulsion au lancement, intégrale par la suite

Une seule version est disponible : l'EQE 350. Ses 292 ch sont envoyés aux roues arrière.

Pour la partie mécanique, une fois encore l’EQS a servi d’exemple. L’EQE repose ainsi sur la même plate-forme EVA2 et reçoit les mêmes éléments techniques. Cela lui permet de disposer d’une suspension pneumatique et de roues arrière directrices. Grâce à cette architecture, l’auto peut être équipée d’un moteur électrique sur chaque essieu lui offrant quatre roues motrices. Mercedes lancera d'abord les versions propulsion dès la mi-2022. La version EQE 350 affiche une puissance de 215 kW (soit 292 ch) pour un couple de 530 Nm. L’électromoteur est alimenté par une batterie de 90 kWh capable de se recharger sur des bornes rapides fournissant jusqu’à 200 kW. De quoi récupérer 250 km d’autonomie en quinze minutes. L’autonomie annoncée pour ce premier modèle oscille entre 545 et 660 km. L'EQE 350 est disponible à partir de 79 300 €. D’autres versions sont attendues, et il n’est pas exclu que la branche AMG s’occupe du cas de l’EQE, comme elle l’a fait pour l’EQS.
 

Bilan : l’EQE, une petite EQS

Mercedes lancera la commercialisation de l'EQE mi-2022.

Que des modèles d’une même marque affichent une certaine ressemblance, rien de plus normal. C'est une question d'homogénéité. Toutefois, entre l’EQE et l’EQS, Mercedes joue aux poupées russes et ce n’est pas près de s’arrêter. En effet, la future EQA Berline devrait adopter le même style. Cette stratégie permet certes à l'EQE de disposer d'un habitacle aussi spacieux que celui de la limousine tout en restant dans des dimensions raisonnables, mais elle dilue aussi la personnalité du modèle aux yeux du consommateur. Par ailleurs, le niveau de prestations proposé par Mercedes est élevé, et la présentation du système hyperscreen en met clairement plein la vue, même si certains détails de finition ne suivent pas. L'allemande se positionne un cran au-dessus de sa principale rivale, la Tesla Model S. Pour faire de l'ombre à l'américaine, tout se jouera sur les qualités dynamiques et les tarifs…

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours