Vous êtes ici :

Mitsubishi invente la voiture électrique à tout faire

Mitsubishi invente la voiture électrique à tout faire

Beaucoup pensent que l'essor du véhicule électrique va poser des problèmes croissants : nécessité d'ouvrir de nouvelles centrales électriques, recours aux énergies « sales » pour faire face à la demande, risques de coupure lors des pics de consommation. Pour Mitsubishi : c'est une erreur !

Intégrée au sein de l’Alliance Renault-Nissan-Mitsubishi depuis octobre 2016, la marque aux trois diamants annonce une stratégie d’électrification ambitieuse qui va même au-delà de l’automobile.

 

Politique d’électrification de la marque

Pour commencer, tous les modèles de sa gamme auront une déclinaison électrifiée, que ce soit du 100 % électrique (pour les petits modèles) ou de l’hybride rechargeable, comme l’Outlander PHEV, pour les gros SUV. Ce dernier a d’ailleurs montré la voie et de fort belle façon puisque c’est aujourd’hui l’hybride rechargeable le plus vendu au monde avec 150 000 exemplaires. Et encore, jusqu’au début de cette année, il n’était pas présent sur le marché nord-américain, ce qui lui promet une belle progression pour 2018. Avec la disparition du Pajero en Europe (le modèle actuel a 18 ans et ne passe plus les normes), l’Outlander PHEV hérite même du titre de navire-amiral de la gamme Mitsubishi.

Pour assumer pleinement ce nouveau rôle, une nouvelle version sera commercialisée début 2019. Avec un nouveau moteur thermique essence 2.4 à cycle Atkinson, une batterie de capacité supérieure et des moteurs électriques plus puissants, il affichera des performances à la hausse, une autonomie électrique plus importante (sans doute 60 km) et devrait rester, selon Mitsubishi, en dessous des
50 g/km de CO2 malgré une homologation selon le cycle WLTP, beaucoup plus exigeant que le NEDC qui crédite aujourd’hui ce SUV de 1 845 kg de 42 g/km de CO2. Autre preuve du bien-fondé de ces choix technologiques : c’est l’architecture hybride rechargeable, à prédominance électrique, mise au point par Mitsubishi qui a été retenue par l’Alliance. Des modèles Nissan et Renault devraient donc hériter de variantes du PHEV dans un avenir proche.

 

Des mini-centrales électriques

En attendant, le constructeur japonais démontre les bienfaits de l’intégration d’un véhicule électrique dans la chaîne de production, de distribution et de consommation de l’électricité. Mitsubishi part d’un constat d’ailleurs valable pour tous les véhicules : ils ne roulent pas 95 % du temps. Si pendant cette durée un véhicule électrique est branché sur un réseau compatible "smart grid", c’est-à-dire qui peut fournir du courant au véhicule mais aussi en récupérer, le véhicule en question fonctionne comme une unité de stockage et de distribution. 10 000 Outlander PHEV connectés au réseau représentent ainsi une puissance de 1 GW, soit l’équivalent d’un petit réacteur nucléaire, utilisable lors des pics de consommation par exemple. La voiture électrique est aussi un moyen efficace pour stocker l’énergie produite par les sources renouvelables (éolien, solaire…), par nature intermittentes. Grâce au rachat de l’énergie stockée dans les batteries, cela peut même être une source de revenus plus rentable qu’une batterie à poste fixe puisque l’automobile ne nécessite pas, dans ce cas précis, d’investissement supplémentaire.

 

Des concessions dédiées à l’électrique

Mais on peut aussi utiliser plus simplement son Outlander pour alimenter sa propre maison ou des appareils électriques. Tous les modèles disposent en effet d’une prise AC 230 V-1500 W. Mitsubishi précise qu’avec le plein d’essence et une batterie chargée on dispose de dix jours d’autonomie électrique avec une consommation moyenne de 100 W. C’est malheureusement utile au Japon où les catastrophes naturelles provoquent des ruptures d’alimentation électrique. Mais cela sert aussi aux artisans, comme les menuisiers, qui utilisent leur voiture en tant que groupe électrogène pour leurs outils.

Pour accompagner cette évolution, Mitsubishi a créé une nouvelle sorte de concession. Les Dendo Drive Stations que l’on pourrait traduire par "e-concessions" sont exclusivement dédiées aux véhicules électrifiés. Elles sont équipées de moyens de production d’énergie (panneaux solaires, éolien) et utilisent les véhicules qui sont connectés aux chargeurs bidirectionnels (rapides ou classiques) de la station comme des réservoirs d’énergie. Elles peuvent donc recharger ces véhicules, mais aussi fournir de l’énergie au réseau électrique en toutes circonstances. À l’intérieur elles servent de démonstrateur de l’idée que se fait Mitsubishi d’un environnement électrique intégrant voiture et maison. Quarante d’entre elles sont déjà ouvertes au Japon et deux cents sont prévues. Le concept arrivera aussi en Europe en 2019 qui est aujourd’hui le premier marché de l’Outlander PHEV.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Mitsubishi