Moteurs PSA : révélations sur le 1.2 THP
habillage
banniere_haut

Moteurs PSA : révélations sur le 1.2 THP

Publié le Mis à jour le

Jacky Ley

Après les trois-cylindres 1.0 et 1.2 VTi atmosphériques, PSA lancera en fin d’année une version turbocompressée 1.2 THP que nous avons découvert en avant-première dans les bureaux de développement de la Garenne-Colombes. Christian Chapelle, directeur des Chaîne de Traction et châssis du groupe PSA, lève le voile sur son nouveau-né.


Remplaçant du 1.6 VTi 120 ch, le nouveau 1.2 THP (baptisé EBDT en interne) accordera ses faveurs au Peugeot 2008 en fin d’année. Il sera ensuite progressivement généralisé aux gammes Citroën et Peugeot d’ici septembre 2014, date d’entrée en vigueur de la norme antipollution Euro 6.

Passage à l’injection directe

Développé sur la base du 1.2 VTi de 82 ch, il en reprend les spécificités techniques à savoir un arbre d’équilibrage, une courroie baignant dans un carter humide pour réduire les frottements, collecteur intégré à la culasse… A la différence près qu’il reçoit une injection directe centrale et verticale et un petit turbo.


Si le développement est en cours de finalisation, ce moteur se montre « extrêmement performant en consommation et en agrément. Nous sommes fiers de ce que l’on a fait » selon Christian Chapelle.  Réduction des émissions de CO2 oblige, il sera associé à un système Stop&Start de type démarreur renforcé au lieu de l’alterno-démarreur qui équipe les actuelles versions e-HDi.

Futurs développements avec GM

Développant 110 et 130 ch dans ses premières versions, « il y aura certainement des versions plus puissantes qui viendraient compléter le 1.6 THP sur certaines plates-formes » révèle le patron des chaînes de traction. « Ce petit moteur est intéressant car il évite de multiplier les combinaisons véhicules/moteurs ainsi que les dépenses de développement tout en gardant une offre client la plus large possible ».

Ainsi, la future plate-forme EMP1 prévue pour 2016 (inaugurée sur le Citroën C3 Picasso II) ne recevra que des moteurs trois-cylindres à essence en différentes puissances.

Outre les citadines polyvalentes et les berlines compactes ainsi que leurs dérivés, ce moteur passera aussi sous le capot des familiales (future Citroën C5 et Peugeot 508 courant 2016).

Mais le futur de ce moteur se dessine déjà puisqu’il équipera aussi des Opel. « Ce n’est pas un secret, GM a acquis la propriété industrielle des moteurs EB (trois-cylindres atmo et turbo) et les futures évolutions (ndlr : après 2017) seront réalisées en commun. C’est signé et l’avenir se construit ensemble ».
 

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
un pseudo libre Le 13/09/2013 - 18:00
Vous semblez oublier que Toyota possède un moteur essence 1.0 l 3 cylindres depuis très longtemps... depuis la aygo/107/C1. le 3 cylindres existe depuis très longtemps.. et peugeot le découvre aujourd'hui..
un pseudo libre Le 14/07/2013 - 21:43
En effet que ce soit WW avec ses TSI ou le remarquable Ecoboost 3 cylindres de chez Ford, on a l'impression que les Français découvre ......une nouveauté qui n'en est pas une !
un pseudo libre Le 30/06/2013 - 10:34
En gros, voilà ce a quoi pourrait ressembler la gamme de moteur de psa en 2017 : En essence : vti 1.0 68, vti 1,2 82, thp 1.2 110 130 150, thp 1.6 200 270 En diesel : hdi 1.5 75 100 125, hdi 2.0 150 180 En hybride : hybrid air, hybrid 4, hybrid eco, hybrid FE Et pour finir pour l etranger, des versions flexfuel et 1.8 thp Il y a donc bien un département moteur chez PSA, pas besoin de gros V6, et l objectif 95g de CO2 en 2020 sera finger in the noz.
Voir tous les commentaires (14)