Vous êtes ici :

Nicolas Schiavon

Nicolas Schiavon

Même si le nouveau règlement d’exemption automobile européen tarde à produire ses effets escomptés, il se met inexorablement en place et certains distributeurs l’appliquent pour développer et diversifier leur activité. Implanté à Bassens, à la périphérie de Chambéry, Schiavon SAS, agent Citroën depuis 1960, a fait le choix de demeurer réparateur agréé de la marque aux chevrons et d’opter pour la distribution neuf multimarques.
                                                                                      
Les habitants de Chambéry et de la région connaissent Schiavon SA.  Dès 1997, vous vous êtes installés sur Internet pour, disiez-vous, “vous faire voir et connaître”. On vous trouve aujourd’hui sous le nom de web Carideal. Comment expliquez-vous les deux casquettes ?
Deux casquettes, peut-être pas, mais deux activités d’une même profession, d’un même métier historique, sûrement. Schiavon est agent Citroën depuis plusieurs générations. Nous avons toujours conduit avec la marque un partenariat serein et Schiavon est connu et apprécie dans la région pour la qualité de ses prestations et de son service. Quand j’ai pris la succession de mon père en 1995, je me suis dit qu’il fallait nous développer, dynamiser notre activité pour vivre et nous maintenir. C’est en effet pour disposer d’une vitrine, faire encore plus connaître notre nom que nous nous sommes installés très tôt sur Internet. Aujourd’hui, il est clair que la distribution est en train de connaître une mutation fondamentale. Le nouveau règlement en définit et fixe le cadre mais il était évident pour de nombreux professionnels comme Schiavon qu’elle était inévitable. Nous avons donc décidé, en janvier 2003, de dissocier l’activité réparation de la distribution, c’est-à-dire de demeurer réparateur agréé Citroën parce que notre savoir-faire et notre réputation sont forts dans ce domaine et nous positionner comme distributeur neuf toutes marques.

Vous déclariez à L’argus en 2000 : "L'évolution du secteur automobile place les agents dans une spirale à laquelle ils ne peuvent échapper. Le secteur automobile va connaître une vaste reconfiguration dans les années à venir. Nous attendrons cette échéance avant d'entamer une deuxième étape." Carideal est donc cette deuxième étape dans votre stratégie ?
Tout à fait. Notre fidélité à Citroën et notre respect de la marque aux chevrons sont absolument intacts. Mais nous raisonnons en termes de vie et même de survie quand on regarde les inquiétudes qui pèsent sur l’ensemble du secteur automobile. Nous avons beaucoup réfléchi avant de prendre une quelconque décision. Si j’ai pris la succession de mon père, c’est pour pérenniser et développer l’entreprise. Nous avons évalué que l’avenir passait par une autre configuration commerciale, la création de nouvelles sources de revenus. Nous avons donc fait le choix de ce redéploiement en pensant que ces deux activités conjuguées étaient mieux à même d’assurer notre viabilité que notre statut précédent.

Et comment se passe ce redéploiement ? Contribue-t-il effectivement à accroître votre chiffre d’affaires ?
Nous avons rencontré des distributeurs et expliqué notre démarche. Nous avons été surpris de voir que certains nous ont sollicité d’eux-mêmes. Nous travaillons avec des fournisseurs d’origine très diversifiée, dont des concessionnaires, bien heureux de faire tourner leurs stocks et même des constructeurs eux-mêmes tout aussi heureux de vendre leur production et de faire tourner leurs usines. Nous achetons au coup par coup, en essayant de saisir les meilleurs lots à acquérir au moment où ils se présentent afin, par ricochet, de faire bénéficier de nos coûts réduits à nos clients. Nous établissons une quarantaine de devis d’achat par jour. Avant Carideal, quatre, c’était déjà beaucoup. Le site Internet nous est indispensable pour faire immédiatement la promotion des offres et permettre aux clients de les capter au bon moment. Le web draine environ 120 devis par mois.
Les résultats prouvent que nous avons eu raison d’effectuer cette réorientation. Notre chiffre d’affaires total a connu une progression de 35 % depuis 2003 et il devrait se situer encore au-delà de + 20 % au terme de l’exercice 2004, en mars prochain. Jamais, nous n’avons connu pareille croissance auparavant.
Le plus formidable est que l’activité distribution profite également à la réparation et à Citroën. Dans la mesure où nous vendons aujourd’hui bien plus de véhicules qu’avant -600 en 2003 contre 379 en 2002 et 266 en 2001-, bien plus viennent en retour dans nos ateliers pour la maintenance ou l'entretien. La conséquence est nette pour Citroën : notre commande de pièces à la marque a singulièrement progressé, de + 15 % sur les huit premiers mois de 2004.
Web : www.schiavon-sa.com, www.carideal.com

Partager cet article
Mots clés
Annonces auto
138 763 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !