Nissan IDS : photos de la future Leaf présentée au salon de Tokyo 2015
habillage
banniere_haut

Nissan IDS : photos de la future Leaf présentée au salon de Tokyo 2015

Bien que personne sur le stand Nissan du salon de Tokyo ne se risquera à confirmer cette information, il semblerait que le concept IDS représente en grande partie le style extérieur de la future Leaf.

Par Didier Laurent
Publié le Mis à jour le

Photo du concept-car Nissan IDS présenté au Salon de Tokyo 2015, qui annonce probablement le style extérieur de la future Nissan Leaf

Didier Laurent

Un concept qui annonce un futur modèle de série, c'est courant. En l'occurrence, il semblerait que le concept-car IDS représente en grande partie le style extérieur de la future Nissan Leaf, laquelle sera commercialisée en 2020.

C’est Carlos Ghosn, le président de l’Alliance Renault-Nissan, venu en star au salon de Tokyo, qui a indiqué cette date. Une date qui paraît lointaine pour le renouvellement d’un modèle pourtant apparu en 2010. Et qui est le véhicule « zéro émission » le plus vendu au monde avec 200 000 exemplaires (dont 46 000 en Europe) écoulés en 5 ans.

En attendant, le concept IDS arbore unetechnologie 100 % électrique totalement débridée : sa batterie de 60 Kw lui offrirait une autonomie maximale de 600 km selon les normes d’homologation japonaises. Une performance rendue possible par l’emploi d’une carrosserie ultra-légère en fibre de carbone.

Si bien entendu le carbone ne passe pas le cap de la série pour des questions de coût, la Leaf actuelle, dont la batterie la plus performante offre aujourd’hui 30 Kw pour une autonomie théorique de 250 km, prendra un sacré coup de vieux.

 

Bienvenue à bord du concept Nissan IDS

L’intérieur de ce modèle de salon arbore également des fonctionnalités nouvelles, basées sur le fait le véhicule soit 100 % autonome. Ainsi, le volant bascule pour laisser apparaître une tablette une fois que le conducteur a entré une destination dans le système de navigation, et que la voiture prend la main pour l’emmener là où il le souhaite. Une notion qui nous parait aujourd’hui lointaine, et pourtant…

volant nissan ids 2015
Le volant de la Nissan IDS ne ressemble pas aux autres. Et il n'est pas toujours là...
interieur nissan ids
Le volant cède sa place à une interface multimédia dès que la voiture passe en mode autonome.

Nissan est prêt pour la voiture autonome. Les intentions de Carlos Ghosn sont claires sur ce sujet : « il faut révolutionner la relation entre le conducteur et la voiture » a-t-il scandé en ouverture de sa conférence de presse.

Mais il faudra pour cela que deux choses importantes soient réglées. La première est celle de lâcher le volant et de confier ses déplacements à une voiture intelligente qui serait en théorie plus habile que l’humain en toutes circonstances. Pas évident que tout le monde lui accorde sa confiance.

La seconde concerne la législation en vigueur, car aujourd’hui la voiture autonome est tout simplement interdite sur les routes d’Europe. Il faudra alors que les futurs accords de la convention de Vienne, prévus pour 2016, ratifient des nouvelles règles sur la notion de responsabilité en cas d’accident. En clair que les constructeurs soient impliqués si la voiture en elle-même provoque un accident.

 

Le Japon servira de zone test

Au pays du soleil levant, le véhicule autonome sera selon Nissan accessible à tous dès 2020, aussi bien du côté des produits que des lois, qui sont déjà écrites en faveur du dispositif. Les voitures électriques et toutes celles qui reçoivent une boîte de vitesse automatique pourront recevoir cet équipement, qui sera vendu en option comme un système audio haut de gamme ou un radar de recul.

« A un coût acceptable », nous promet-on chez Nissan, afin que le succès soit au rendez-vous. D’autant que ce « pack autonome », s'il sera d’abord vendu sur la nouvelle Leaf, le sera ensuite à l’ensemble de la gamme.

Nos estimations nous amènent à considérer des tarifs qui pourraient évoluer entre 1 000 € et 1 500 € pour transformer sa voiture en robot. Quand les produits existeront, et que les lois permettront de les utiliser partout dans le monde, les véhicules autonomes viendront alors révolutionner notre vie d’automobiliste.

 

Le chauffeur virtuel dans moins de 5 ans

Après avoir entré une destination dans son GPS, il sera donc possible, à partir de 2020, de confier l’ensemble de son voyage à sa voiture, et de travailler, trier ses emails ou participer à une visioconférence sans se soucier de la route, même en étant seul à bord.

La voiture bénéficiera d’un niveau d’intelligence artificiel élevé, analysera les moments où le conducteur prend la main pour reproduire ses habitudes, voir déceler le type de conduite dont il a besoin.

Par exemple, même en mode autonome, la voiture se serrera pour laisser passer les deux roues si vous roulez sur le périphérique parisien. Un avion à prendre ? Le fait d’avoir une carte d’embarquement enregistrée dans votre Smartphone indiquera à la voiture à quelle heure vous devez être à l’aéroport, et elle choisira l’itinéraire et le type de conduite les plus adaptés.

Même si il reste de nombreuses réserves à émettre sur son parfait fonctionnement, et encore un gros travail de développement et de miniaturisation des composants –les voitures qui roulent aujourd’hui ont le coffre rempli de calculateurs et autres boîtiers électroniques– la voiture autonome n’a pas fini de nous étonner.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours