Nissan Z Proto. La remplaçante de la 370Z ne viendra pas en Europe.
habillage
banniere_haut

Nissan Z Proto. La remplaçante de la 370Z ne viendra pas en Europe.

Encore qualifiée de "Proto", la prochaine génération de coupé Nissan Z dispose déjà d'une carrosserie et d'un habitacle qui semblent être prêts à entrer en production. Mais la commercialisation de cette sportive est encore éloignée, et son V6 biturbo la privera d'une importation en Europe.

Par Johann Leblanc
Publié le Mis à jour le

Avant le modèle de série, la prochaine Nissan Z s'annonce via un concept, ou plutôt un "proto".

[Mis à jour le 18/08/2021] Un peu moins d'un an après la présentation du Proto Z, Nissan lève le voile sur la version de série de son coupé. Sobrement baptisé Z, il s'inspire fidèlement du concept. Comme attendu, sous son long capot, prend place un V6 biturbo. Affichant 3.0 L de cylindrée il développe une puissance de 405 ch délivrée aux seule roues arrière via une boîte manuelle ou automatique à 9 rapports. Autre confirmation, sa venue en Europe, voire en France n'est clairement pas à l'ordre du jour.

La version de série du Nissan Z s'inspire fidèle du Proto.

***

Ne l'appelez surtout pas 400Z. Même si ce nom semble tenir la corde pour qualifier la remplaçante de la 370Z, Nissan se refuse pour l'instant à le confirmer. Dans l'immédiat, il faudra se contenter d'un simple "Z Proto", qui laisse la porte ouverte à toutes les spéculations. Côté style, en revanche, c'est bien un modèle de série à peine déguisé que la marque japonaise vient de présenter lors d'un événement virtuel diffusé depuis le "pavillon" de la marque à Yokohama.


 

Nombreux emprunts aux anciennes Z

Le proto Nissan Z pose ici en compagnie de la plus illustre de ses ancêtres et inspiratrices, la 240Z.
Les feux arrière englobés dans un bandeau noir s'inspirent de la 300 ZX Z32, comme la couleur jaune.

Fière de sa longue lignée, qui a longtemps été couronnée de succès, cette sportive biplace n'hésite pas à multiplier les références à ses aïeules. Les phares, assez simples et arrondis en bas ? C'est un clin d'oeil évident à la 240Z, celle par qui tout a commencé, en 1969, et plus précisément à la 240ZG restée réservée au marché japonais. L'immense entrée d'air parfaitement rectangulaire fait, elle, davantage penser à la 350Z, qui avait réussi à redonner un coup de boost à la saga en 2002, sous l'impulsion de Carlos Ghosn. Quant aux feux arrière englobés dans un bandeau noir, Nissan les rattache à la 300 ZX Z32 de 1989, qui avait tenté de jouer davantage dans la cour des GT haut de gamme. La 370Z n'est ainsi jamais ouvertement mentionnée, mais cette nouvelle génération garde tout de même un profil au dessin familier, malgré l'arrivée d'un jonc chromé et une longueur portée de 4,27 m à 4,38 m.

A LIRE. La Nissan 240Z face à la 350Z
 

Boîte et frein à main à l'ancienne !

Comme l'extérieur, l'habitacle présente de nombreuses touches rétro, à l'image des trois manomètres au sommet de la console centrale.

Dans l'habitacle de ce Z Proto, le néo-rétro est également de mise. Il n'y a guère que l'instrumentation numérique, au format 12,3 pouces, et le large écran tactile pour venir inscrire pleinement ce coupé dans son époque. Les trois manomètres au sommet de la console centrale jouent au contraire la carte de la nostalgie, tout comme la forme assez épurée du volant trois-branches. Mais on note surtout la présence de deux "archaïsmes" qui confirment la volonté de cibler une clientèle de "puristes", à l'heure où l'électrification et l'automatisation n'épargnent plus les sportives : un levier pour le frein à main et un autre pour la boîte mécanique ! Eh oui, contrairement à sa compatriote Toyota Supra, cette nouvelle Z permettra toujours de goûter aux joies du talon-pointe.
 

Le retour d'un V6 biturbo

Un peu plus encombrante que sa devancière la 370Z, cette sportive garde cependant des dimensions raisonnables.

Côté technique, c'est d'ailleurs le classicisme qui prime : aucune forme d'hybridation, même légère, ne semble avoir été prévue. La principale différence avec la 370Z proviendra donc de l'abandon du V6 3.7 atmosphérique de 328 ch, remplacé par un V6 biturbo à la fois plus coupleux et plus conforme aux dernières normes. Pour la lignée des Z, c'est une première depuis la disparition de la 300 ZX Z32, qui n'avait été proposée en Europe qu'en version doublement suralimentée. Même s'il n'est jamais évoqué, il est cette fois probable de retrouver le même 3.0 à injection directe que dans l'Infiniti Q60, un moteur dont les 405 ch justifieraient pleinement l'appellation 400Z. Nissan troquerait ainsi l'habituelle référence à la cylindrée contre une allusion à la puissance, évitant de donner l'impression d'un retour en arrière.
 

Fiche technique du proto Nissan Z

  Caractéristiques
Moteur V6 biturbo
Transmission Boîte manuelle à 6 rapports
Longueur 4,38 m
Largeur 1,85 m
Hauteur 1,31 m
Pneus avant-arrière 255/40 R 19 - 285/35 R 19

 

Le patron de Nissan au volant du Proto Z

Cela a du bon d'être le patron. Voyez Makoto Uchida, P-DG de Nissan, a pu prendre le volant du Proto Z. Et pour couronner le tout, il s'est fait expliquer les dessous de l'auto par Alfonso Albaisa, responsable du design de la marque japonaise et par Hiroshi Tamura, responsable du produit. Comme le disait Mel Brooks "It's good to be the King"...

 

Pas de commercialisation prévue en Europe

En 2011, L'argus avait réuni la 370Z, alors jeune, et la pionnière 240Z. Une rencontre qui sera difficile à organiser avec la 400Z, faute d'importation officielle.

Hélas, si le choix d'une recette très simple, sans électrification, pourra être salué par les adeptes d'une sportivité "à l'ancienne", il sera aussi synonyme d'émissions de CO2 très élevées. Ajoutez-y la situation financière aujourd'hui très délicate de Nissan, et le constructeur nous a officiellement confirmé que cette nouvelle Z ne serait pas vendue en Europe. Un choix conforme à sa volonté de donner la priorité aux électriques et aux SUV. Quant aux autres marchés, comme le Japon ou les Etats-Unis, ils devront s'armer de patience : le lancement de la version définitive n'est pas attendu avant 2022.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
allmotorsglory Le 17/09/2020 - 13:55
C'est sûr qu'en france 20 000€ de malus sa n'aide pas, à cela on rajoute toutes ses années de propagande aux suv et boite auto en Europe pour nous faire ressembler aux Américains, sans parler de la panoplie de faux écolo anti voiture et anti vitesse, + le scandale Carlos ghosn, donc je ne suis pas du tout choqué par la nouvelle malheureusement😡😡. Et vu qu'il n'y a pas beaucoup de passionnés européen qui ne se bouge pas le derrière pour sauver les sportives, les vrai sportive (boite meca et compagnie) sa ne va pas changer malheureusement.
Arthur1973 Le 17/09/2020 - 11:13
Nissan en Europe, de toute manière, c'est bientôt fini. Le Groupe Renault, après avoir massacré la marque du point de vue de la qualité et de la fiabilité, va carrément la faire disparaître dans nos contrées. Tout comme Mitsubishi. Ceux qui fabriquent de la merde ont gagné sur plus vertueux qu'eux. C'est ainsi. C'est notre joli monde libéral. Et c'est ainsi que le souhaite le consommateur.
La Rédaction Le 16/09/2020 - 05:51
Encore qualifiée de "Proto", la prochaine génération de coupé Nissan Z dispose déjà d'une carrosserie et d'un habitacle qui semblent être prêts à entrer en production. Mais la commercialisation de cette sportive est encore éloignée, et son V6 biturbo la privera d'une importation en Europe.
Voir tous les commentaires (3)