Opel Astra Sports Tourer (2022). Le break prévu peu après la berline
habillage
banniere_haut

Opel Astra Sports Tourer (2022). Le break prévu peu après la berline

Après la nouvelle Opel Astra berline, récemment dévoilée, ce sera au tour du break, Sports Tourer, de faire son apparition au printemps 2022. Il reprendra la recette de la Peugeot 308 SW avec une partie arrière totalement redessinée. Suivra ensuite un inédit crossover.

Par Florian Chopin
Publié le Mis à jour le

Opel déclinera, dès le printemps 2021, sa nouvelle Astra en version break, Sports Tourer.

Motor.es

[Mise à jour le 01/12/2021] Opel vient de dévoiler les photos officielles du break Astra. L'Opel Astra Sports Tourer sera commercialisée sur le marché français au printemps 2022. Comme vous pourrez le constater par vous même, notre illustrateur ne s'était guère trompé.

A LIRE. Opel Astra Sports Tourer (2022). Premières photos officielles du break

***

L’Astra nouvelle génération est désormais officielle. Toutefois, la gamme de la compacte allemande ne s’arrêtera pas à cette berline, Opel prévoit, en effet, de la décliner en break.

 

Opel Astra Sports Tourer : tout sur l'arrière

L'Astra break reposera sur un empattement de 2,73, soit plus de 5 cm de plus que celui de la berline (en photo).

Le cahier des charges pour cette version sera similaire à celui qui a été réalisé pour le modèle issu de la Peugeot 308, la cousine technique de l'Opel. Ainsi, toute la partie avant sera identique à celle de la berline, jusqu’au pied milieu. La carrosserie de la portière arrière sera également reprise. En revanche, la ligne de pavillon s’allongera plus généreusement, le vitrage arrière sera modifié et le montant de la lunette entièrement redessiné. Par ailleurs, l’empattement va augmenter de 5,5 cm, et surtout, le porte-à-faux arrière sera largement revu à la hausse pour offrir un bel espace pour les bagages. Le hayon disposera d’une lunette plus inclinée et descendra plus bas intégrant, comme c’est le cas pour la 308 SW, la plaque d’immatriculation.
 

Davantage de place à l'arrière 

La présentation intérieure du break Astra sera identique à celle de la récente berline Opel.

À bord, la présentation de la toute récente berline sera conservée avec l’ensemble d’écrans baptisé Pure Panel. Les deux dalles, pour les compteurs et pour l’info-divertissement, pourront atteindre une taille de 10 pouces. Peu de commandes physiques seront conservées, si ce n’est pour quelques raccourcis et pour la climatisation. La console entre les deux passagers affichera une même sobriété, notamment dans sa version boîte automatique avec la petite manette remplaçant le levier de vitesses. La vraie différence par rapport à la berline se fera aux places arrière : les passagers devraient disposer de plus d’aisance au niveau des jambes. La modularité devrait être proche de celle de la Peugeot, avec un dossier de banquette fractionnable selon le rapport 40/20/40. L’Opel ira-t-elle plus loin que la 308 avec un siège passager avant rabattable ? Quant au volume de coffre, par définition, il sera plus conséquent que sur la berline. Reste à savoir si la nouvelle génération du break sera plus spacieuse que l'ancienne… Cela ne s'est pas vérifié sur la 308 SW qui a légèrement perdu de sa capacité.

À LIRE. Opel Astra (2022). Rivale de choix des Renault Mégane et Peugeot 308
 

Moteurs : berline et break, même gamme

Pour la partie mécanique, pas de surprise à attendre : l’Astra Sports Tourer reprendra l’intégralité des moteurs disponibles sous le capot de la berline compacte. L’offre essence s’étendra de 110 à 130 ch, quand la version diesel se contentera d’un bloc de 130 ch. La boîte auto EAT8 sera fournie en option sur les blocs les plus puissants. Le tout sera complété par une gamme hybride rechargeable allant de 180 à 225 ch. Le volume du coffre sera, dans cette configuration, grevé de quelques dizaines de litres.

Ce break Astra Sports Tourer sera dévoilée au mois de novembre puis commercialisée dans le courant du printemps 2022, quelques semaines après la berline. 

Source : motor.es

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
pemmore Le 21/07/2021 - 19:36
J'ai possédé plusieurs opel, dont un bon souvenir de la rekord 1900 un coupé, une centaine de chevaux sous le pied, rare à l'époque. Par contre la diésel des années plus tard, une catastrophe un désastre, il n'y a que Renault qui a réussi à diéselifier un moteur essence, l'injection indirecte ça fait pas de cadeau. J'aurais du revenir à mes amours un 1900 "essence", ça coûte toujours moins cher qu'une diésel. Ca fait de la peine de ferrailler une si belle voiture, si bien finie. J'aurais bien aimé en break, un achat qu'on ne regrette jamais.
Seb25 Le 21/07/2021 - 12:47
On voit la synergie avec Peugeot, notamment en terme de Design.
Voir tous les commentaires (2)