Parc automobile 2022. Les voitures de plus de 15 ans n’ont jamais été aussi nombreuses
habillage
banniere_haut

Parc automobile 2022. Les voitures de plus de 15 ans n’ont jamais été aussi nombreuses

Même si les ZFE veulent chasser les modèles âgés des centres-ville, le parc automobile français ne cesse de vieillir. Les voitures de plus de 15 ans n’ont jamais été aussi nombreuses qu’en 2022. La hausse du prix des véhicules neufs ne plaide pas vraiment pour une inversion de cette tendance.

Publié le Mis à jour le

Le parc automobile français ne cesse de vieillir. Son âge moyen atteint désormais 10,5 ans.

DR

Pour réduire la pollution et les émissions de CO2, les pouvoirs publics ont souvent tendance à se focaliser sur les voitures neuves. Pendant longtemps, le bonus écologique était ainsi inaccessible aux acheteurs de modèles d’occasion. Aujourd’hui encore, cette aide est plafonnée à 1 000 € pour les véhicules électriques de seconde main, alors qu’elle peut grimper à 6 000 € pour un modèle qui n’aurait jamais été utilisé. Mais, en dépit de cette politique, le parc automobile français ne cesse de vieillir au fil des années. Alors que son âge moyen était de 9 ans en 2011, d’après les statistiques du ministère du Développement durable, il atteint 10,5 ans en 2022. C’est encore plus que les 10,3 ans relevés entre 2018 et 2021, avec une légère baisse à 10,2 ans en 2020. De quoi susciter une certaine inquiétude à l’heure où de nombreuses zones à faibles émissions (ZFE) cherchent justement à bannir les véhicules les plus anciens des grandes agglomérations françaises pour améliorer la qualité de l’air.

La tranche des 20-24 ans progresse fortement

Le parc automobile a aussi continué de grandir. Il est passé de 38,481 à 38,739 millions de voitures particulières entre 2021 et 2022. Cela représente environ 258 000 véhicules en plus sur nos routes. Mais les modèles de 0 à 4 ans ont vu leur nombre diminuer, tout comme ceux de 5 à 9 ans. Cette hausse n’a donc profité qu’aux autres tranches d’âges, qui sont toutes en progression. La plus forte croissance concerne même les 20-24 ans, qui augmentent de 9,41 %. Ils ne représentent toutefois que 6,5 % du total. Cette poussée n’est donc pas forcément aussi significative que celle des 15-19 ans, qui grimpent de 2,59 % et constituent désormais près de 15 % du parc.

Or on parle ici de véhicules immatriculés en 2007 ou avant, qui ne peuvent prétendre au mieux qu’à une vignette Crit’Air 2 en essence et Crit’Air 3 en diesel. Nombre d’entre eux risquent donc d’être chassés assez vite des grandes villes par les ZFE, du moins si la vidéo-verbalisation tant réclamée par les municipalités pour pouvoir appliquer des sanctions finit par arriver. Son absence a déjà contraint Paris à accepter les pastilles Crit’Air 3 plus longtemps que prévu.

Une pénurie d'occasions récentes

Media Image
Image

La hausse des délais de livraison des voitures neuves a poussé beaucoup d'acheteurs vers les occasions récentes, qui se sont raréfiées par ricochet.

Laurent Lacoste

Media Image
Image

Les immatriculations de modèles de seconde main de plus de 8 ans ont enregistré une baisse moins importante que celle du marché.

L'argus

Ces chiffres n’ont cependant rien de surprenant pour ceux qui suivent les immatriculations de modèles d’occasion. Si les transactions sont globalement en baisse cette année, la chute a en effet été surtout forte pour les véhicules de moins de 1 an. D’après notre partenaire NGC Data®, ils ont subi une dégringolade de 31,1 % sur les onze premiers mois de 2022 par rapport à 2021. C’est une conséquence indirecte de la crise des semi-conducteurs, qui a engendré une hausse considérable des délais de livraison des voitures neuves. Les acheteurs les plus pressés ont ainsi préféré se rabattre sur la seconde main, asséchant peu à peu les stocks des professionnels. Ce problème touche beaucoup moins les modèles de 8 ans et plus, qui se revendent surtout entre particuliers et ciblent une clientèle aux moyens plus modestes. Pour eux, la baisse s’est limitée à 7,4 %, soit moins que la chute moyenne de 12,4 % enregistrée par le marché de l’occasion.

Une tendance difficile à inverser

Media Image
Image

L'étiquette « prix en baisse » visible ici ne reflète pas la tendance. Les tarifs des voitures neuves ou d'occasion ont tous subi une hausse accélérée ces derniers mois.

Méheust Matthieu

Voilà qui n’aide pas à rajeunir le parc. Reste à savoir maintenant si la tendance peut s’inverser. Cela semble malheureusement difficile à croire, tant le prix des voitures neuves a grimpé ces derniers mois, emportant dans son sillage celui des véhicules d'occasion récents. De plus en plus de foyers français se retrouvent du même coup obligés de conserver plus longtemps leur « vieille guimbarde » faute d’avoir les moyens nécessaires pour la remplacer. Toutes ces statistiques semblent ainsi donner raison aux associations d’automobilistes, qui ont surnommé les ZFE « zones à forte exclusion », alertant sur le risque de relancer une grogne similaire à celle de la crise des Gilets jaunes.

L'évolution de l'âge du parc automobile entre 2021 et 2022

2021 2022 Progression en nombre Proportion en 2021 Proportion en 2022
Parc de voitures particulières 38,481 millions 38,739 millions + 0,67 % 100 % 100 %
0 à 4 ans 10,687 millions 10,418 millions – 2,58 % 27,77 % 26,89 %
5 à 9 ans 9,429 millions 9,302 millions – 1,36 % 24,50 % 24,01 %
10 à 14 ans 9,309 millions 9,477 millions + 1,77 % 24,19 % 24,47 %
15 à 19 ans 5,647 millions 5,797 millions + 2,59 % 14,67 % 14,96 %
20 à 24 ans 2,293 millions 2,531 millions + 9,41 % 5,96 % 6,53 %
25 ans et plus 1,116 million 1,213 million + 8,07 % 2,90 % 3,13 %
Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Landais Le 26/12/2022 - 12:18
Tiens, comme c’est bizarre ! Sans doute plusieurs raisons : le budget n’est certainement pas pour rien, tout particulièrement pour les particuliers
farina88 Le 26/12/2022 - 11:22
La seule prime valable pour la planète est celle qui diminuerait le nombre de véhicules en circulation. Il faudrait y inclure les avions, les camions, les bateaux... Par exemple : je reçois une prime car je n'utilise plus de moyen de transport individuel à part mon vélo à pédales et mes jambes.
farina88 Le 26/12/2022 - 11:14
Ce défaire d'une vielle voiture en parfait état qui roule peu et qui consomme moins de 6 litres de diesel au cent km n'est pas un acte écologique, sauf si c'est uniquement au profit des transports en commun.
Voir tous les commentaires (13)