Peugeot 106 S16. Petite mais costaude !
habillage
banniere_haut

Peugeot 106 S16. Petite mais costaude !

La Peugeot 106 n'a jamais porté le badge GTI en France. Pourtant, elle en avait tous les attributs. Avec son moteur rageur, la petite sportive était amusante à conduire. Elle était aussi accessible financièrement. Retour sur l'histoire de la bombinette du Lion... qui ne manque pas de mordant !

Par Florian Chopin
Publié le Mis à jour le

En 1996, à l'occaion du restylage de sa 106, Peugeot remplace le nom de sa sportive XSi par S16.

Elle aura porté de multiples noms cette Peugeot 106 sportive : XSi, Rallye, S16… mais jamais GTI. Du moins pas sur le marché français qui, au cœur des années 1990, ne souhaitait plus entendre parler de ces initiales, référence à des modèles bien trop accidentogènes. Pourtant, sur la version restylée (à partir de 1996), les labels 106 et GTI se sont bel et bien côtoyés dans certains pays, comme en Allemagne, en Belgique, en Grande-Bretagne ou encore en Suisse.
 

Les sportives 106 avant la S16...

peugeot 106 xsi

Fin 1991, la 106 s'offre une version sportive baptisée XSi et développant 100 chevaux.

Avant de parler de la S16 en particulier, revenons sur l’histoire de la plus petite des sportives Peugeot de cette époque. En 1991, le Lion propose la XSi avec son bloc TU3-FJ2 de 1 360 cm3 développant 98 ch (ou 100 ch selon les fiches techniques), pour un couple de 122 Nm. À partir de 1993 et l’adoption du pot catalytique, la puissance passe à 95 ch, et le couple tombe à 117 Nm. Dans les deux cas, ce petit 4 cylindres donne la pleine mesure de son potentiel au-delà de 4 000 tr/min, et ce, jusqu’à 7 250 tr/min. Le poids plume de l’engin (entre 840 et 860 kg) et surtout son châssis efficace, hérité de celui de la Citroën AX GTI, procurent de belles sensations. Quant à ses performances ? Elles prêtent à sourire aujourd’hui avec un chrono de plus de 9 secondes pour passer de 0 à 100 km/h… Mais le plaisir est ailleurs. Dans ses dernières années, la XSi disposera d’un bloc 1 587 cm3 (le TU5-J2) délivrant 103 ch (ou 105 ch).

peugeot 106 rallye phase 1
Fin 1993, Peugeot propose la 106 Rallye avec un moteur dérivé de celui de la 205 homonyme.

Avec ses jantes en alliage de 14 pouces, ses baguettes de protection, ses boucliers spécifiques avec antibrouillards à l'avant, sa climatisation, ses vitres électriques et sa direction assistée, la version sportive de la 106 s'embourgeoise. Elle va même hériter d'une sellerie cuir/Alcantara dans sa chic série limitée Le Mans, hommage à la victoire de Peugeot sur la classique mancelle (1 000 exemplaires, dont 300 pour la France)… Alors, en novembre 1993, Peugeot se recentre avec l'objectif de proposer LA version sportive accessible. La 106 Rallye est née. Cette version « dépouillée » n’affiche que 810 kg sur la balance : les antibrouillards disparaissent, les jantes sont en tôle, le 4 cylindres hérité de la 205 homonyme perd ses carburateurs au profit de la gestion électronique, ce qui lui permet de passer les normes antipollution de l’époque. Revers de la médaille, elle perd un peu de puissance par rapport à son aînée et n'affiche plus que 100 ch.


106 S16. Le tour du propriétaire

peugeot 106 s16 puissance
La 106 S16 dispose d'un 4 cylindres essence de 120 ch.
peugeot 106 s16 poids
La S16 est plus lourde que la 106 XSi, mais elle reste sous les 950 kg.

Au restylage de 1996, les bouleversements sont nombreux sur la 106. La citadine gagne en rondeurs. Elle hérite de nouveaux boucliers, d'une calandre et d'optiques redessinées. Ses portières et son hayon adoptent de nouvelles poignées… La voiture est également plus longue que la précédente mouture (+ 8 cm). Par ailleurs, si la Rallye est maintenue au catalogue avec le bloc 1.6 l de la XSi, cette dernière appellation disparaît au profit de S16. Elle conserve le 4 cylindres 1.6 l, mais ce dernier est désormais proposé dans sa version TU5-J4, ce qui lui permet de développer 120 ch. « Cette puissance est théorique, car dans la réalité le bloc délivre souvent un peu plus au banc » détaille Éric Berthelat, du musée de l’Aventure Peugeot. Sous les 5 500 tr/min, la S16 se comporte comme toutes les 106 de cette génération, elle est douce et agréable. Au-delà de cette limite, et jusqu’à 7 400 tr/min, le moteur devient très rageur.

peugeot 106 s16 volant

La S16 adopte un volant à trois branches en cuir pour le moins imposant en raison de l'airbag intégré.

La S16 se montre alors diabolique. Elle affiche un comportement très sain, que certains trouveront moins exclusif que celui d’une 205 GTI. Elle est joueuse et plus permissive, ce qui la rend plus accessible, plus facile à aborder. Tout en étant aussi performante qu’une 205 GTI en version 1.9 l., la 106 S16 reste une auto très économe qui se maintient sous les 8 l/100 km, même en conduite dynamique. Finalement, l’auto se rapprocherait d’une 306 S16 avec sa fameuse boîte manuelle à six rapports. À bord, la qualité de fabrication est sérieuse avec du velours et du tissu, un volant en cuir. Il y a cinq manomètres avec notamment un indicateur de température d’huile. « Les puristes auraient aimé avoir aussi un indicateur de sa pression », admet volontiers Éric Berthelat.

À LIRE. Peugeot 306 S16. La première à passer la sixième
 

Les rivales de l’époque

citroen saxo vts 16v

La Citroën Saxo VTS 16V adopte la même mécanique que la Peugeot 106 S16.

La principale rivale de la 106 S16 est à chercher au sein même du groupe PSA : il s’agit de la Citroën Saxo VTS 16V. Elle dispose des mêmes caractéristiques que la Peugeot et partage son 4 cylindres 1.6 l de 120 ch. L’autre modèle français en vue à l’époque, c’est la Renault Clio qui, dans sa première mouture (1990 à 1999), se décline en quatre versions à vocation sportive : S (80 ch), RSi (110 ch), 16S (140 ch) et Williams (150 ch). Difficile de demander à la « petite » S16 de rivaliser avec la plus puissante des quatre, mais elle peut fort bien tenir tête à la 16S (1 000 m D.A. annoncé en 29,9 s pour la Peugeot, contre 29,6 s pour la Renault), et ce, malgré un déficit de puissance de 20 ch. À partir de 1999, Renault ne propose plus que la version 110 ch pour rivaliser avec la Peugeot 106, les autres modèles sportifs de la Clio délivrant 172 ch (RS), voire 250 ch (V6). Un autre monde.

À LIRE. La saga des voitures françaises à moteur V6

renault clio 16s
La Renault Clio 16S a une puissance de 140 ch, mais elle est talonnée par la 106 S16 sur le 1 000 m D.A.
volkswagen polo gti
La Volkswagen Polo GTi première du nom développe 120 à 125 ch.

Chez les constructeurs étrangers, la Volkswagen Polo GTi apparaît naturellement. Abandonnant l’appellation G40 de la précédente génération, la Polo 3 (1994-2002) opte pour le label GTi de sa grande sœur, la Golf. Comme la 106 S16, elle dispose d’un 4 cylindres 1.6 l. Il développe 120 ch de ses débuts à l’automne 1999, puis passe à 125 ch à l’occasion du restylage. Bâtie sur la même plate-forme que l’allemande, la Seat Ibiza joue un cran au-dessus de cette catégorie, avec sa version Cupra qui dispose d’un bloc 2.0 l 16S développant 150 ch. Malgré ses quelque 10 cm de plus que la Peugeot, l’Opel Corsa GSi, dans sa génération C (2000-2006), boxe dans la même catégorie que la bombinette au lion avec son 4 cylindres 1.8 l 16V de 125 ch. Elle affiche toutefois un couple supérieur de 20 Nm, à 165 Nm.

ford fiesta xr2i 16v

Dernière opposante de la liste : la Ford Fiesta XR2i 16v, qui mesure 3,80 m et qui tire 130 ch de son 4 cylindres 1.8 l atmo. Dans cette version, l’auto affiche une plage d’utilisation généreuse, avec une belle souplesse à bas régime et des montées plus linéaires que les précédentes versions. Bien remanié par Ford, le châssis de cette Fiesta se montre parfaitement à la hauteur de la puissance délivrée.
 

Les grandes dates des 106 sportives

  • Fin 1991 : lancement de la 106 XSi.
  • Début 1993 : version catalysée affichant 95 ch.
  • Novembre 1993 : lancement de la version Rallye phase 1.
  • Fin 1993 : série spéciale Le Mans pour célébrer la victoire de Peugeot cette même année lors des 24 Heures du Mans.
peugeot 106 s16 publicite

La 106 pouvait être considérée à sa sortie comme une voiture pour femmes. La publicité d'alors jouait dessus…

  • Courant 1994 (sur les années-modèles 1995) : arrivée du moteur 1.6 l TU J2 de 105 ch.
  • Avril 2016 : restylage de la 106, la S16 remplace la XSi.
  • Fin 1998 : arrêt de production de version Rallye phase 2.
  • Juillet 2003 : arrêt de la production de la 106.
 

Conseils d’achat et points à surveiller

peugeot 106 s16 sieges avant
En vue d'une acquisition, pensez à bien vérifier l'état de la sellerie, à l'avant…
peugeot 106 s16 sieges arriere
… comme à l'arrière. Il peut être le gage d'un bon entretien général de l'auto.

La 106 S16 a été produite de 1996 à 2003. Si vous devez acheter un modèle, privilégiez les versions d'avant 2001, année où une norme antipollution plus sévère est entrée en vigueur. En plus de l’examen général de l’auto, notamment sous la caisse pour vérifier la présence de traces de corrosion (ce qui vaut pour toutes les autos de 20 ans et plus), Éric Berthelat conseille de « surveiller le passage des rapports entre la première et la seconde. Ils ont souvent été sur-sollicités, ce qui peut engendrer une faiblesse de la boîte de vitesses ». La suspension est à contrôler, tout comme l’état de l’habitacle. « Attention à ce que les sièges ne soient pas défoncés », avertit le spécialiste.

peugeot 106 s16

La 106 S16 dispose du 4 cylindres TU5-J4 développant 120 ch.

Côté moteur, il n’y a pas de souci à se faire. Ce 4 cylindres est, selon Éric Berthelat, « incassable et peut atteindre les 300 000 km sans forcer ». Il faudra néanmoins se méfier des modifications « maison », qui ont pu être plus ou moins bien maîtrisées, et privilégier les modèles proches de l’état d'origine. La 106 était la voiture parfaite pour se prendre pour un apprenti pilote de rallye !


Les chiffres clés de la 106 S16

peugeot 106 s16 poids

La 106 S16 est légèrement plus lourde que sa devancière, la 106 XSi, mais son poids reste contenu sous les 950 kg.

  • Production : 1996-2003
  • Usine : Mulhouse
  • Nombre d’exemplaires : 34 615

De nos jours, un très bel exemplaire comme celui que le musée de l’Aventure Peugeot a récemment racheté (57 000 km) se négocie entre 8 000 et 10 000 €. ll est tout à fait possible d'en trouver des moins chers, entre 5 000 et 6 000 €, ce qui correspond à la moyenne pour ce modèle.

peugeot 106 s16 radio cassettes

Les kilométrages sont alors plus importants, et il faudra bien vérifier les organes mécaniques mentionnés plus haut. La 106 S16 maintient une cote légèrement plus élevée que la XSi, plus ancienne et affichant souvent plus de kilomètres au compteur. Les amoureux des voitures strictement d'origine rechercheront les versions avec le radio-cassette Clarion s'intégrant parfaitement à la planche de bord et enrichi du système RDS. 

Une version Rallye, plus rare, se négocie à des tarifs légèrement supérieurs à ceux de la S16.
 

La saga des GTI

Ne manquez aucun épisode de la Saga des GTI sur L’argus.fr. Retrouvez l’intégralité des sujets en photos et vidéos consacrés aux modèles sportifs iconiques en cliquant sur les liens ci-dessous :

L'argus.fr remercie chaleureusement L’Aventure Peugeot Citroën DS et le musée Peugeot de Sochaux (Christian Guillaume & Éric Berthelat).

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
denis.cochin794 Le 10/12/2020 - 21:52
Moi c’est les synchros de 7 qui craquent un peu et un ressort de l’assise conducteur qui me gratte un peu .... En cherchant bien on peut dénicher de belles autos pas trop chères ,c’est un bon placement, sans oublier les versions moins puissantes et très fiables :les enfants terribles et les Quick silver.
RPR33 Le 08/12/2020 - 14:58
Et oui, les synchros de boite sont pas tres solides surtout entre 1er et 2ème Le train arrière aussi est pas tres solide, il prends du jeu et il faut le changer en entier Côté moteur c'est l'échangeur de température de l'huile moteur qui est faiblard
Voir tous les commentaires (2)