Peugeot 205 électrique. L'ancêtre méconnue de la Peugeot e-208
habillage
banniere_haut

Peugeot 205 électrique. L'ancêtre méconnue de la Peugeot e-208

L'électrique ne date pas d'hier chez Peugeot. En 1941, le constructeur commercialise de VLV puis viendra la 106 à partir de 1993 dont le programme de recherche a été initié dix ans plus tôt par la 205 électrique, totalement méconnue du grand public.

Publié le Mis à jour le

Une vingtaine de 205 électrique ont été produites à partir de 1984. Aucune ne semble avoir survécue.

DR

Les premiers véhicules électriques de la firme sochalienne datent de 1902. A cette époque, Peugeot travaille sur l’électrification de véhicules utilitaires. Quelques exemplaires seront réalisés mais le projet est abandonné jusqu’en 1941. Pour faire face à la pénurie de carburant, les constructeurs cherchent des alternatives dont le bien connu gazogène. Peugeot explore la voie de l’électrique avec un Véhicule Léger de Ville (VLV) qui sera commercialisé de 1941 à 1945 à 377 exemplaires. Dans les années 70, de nouvelles recherches sont lancée avec Alsthom et EDF. Elles donnent naissance à plusieurs prototypes de 104 électriques (4 coupés et 3 fourgonnettes), puis à des utilitaires J5 et J9 également à motorisation électrique.

A VOIR. Voitures électriques : concepts et modèles oubliés


Peugeot 205 : premier pas vers l’électrique moderne

peugeot 205 electrique batterie

En 1983, le « sacré numéro » de Peugeot sert de base à un nouveau programme mené avec Saft, spécialiste de la batterie qui fait aujourd’hui partie de l’Airbus de la batterie avec PSA. En à peine un an, ils présentent un prototype de 205 électrique. La batterie nickel-fer, d’un poids de 300 kg, est placée dans le compartiment moteur (12 blocs 6V d’une capacité nominale de 230A). L’avantage de cette chimie était sa durée de vie doublée (200 000 km).Le temps de recharge était de 10 heures sur une prise de 16A.

 

Eclaté technique de la 205 électrique
Eclaté technique de la 205 électrique

Dans le contexte des années 80, l'autonomie est loin d’être ridicule : 140 km en urbain, 200 km à 40 km/h et 140 km à 70 km/h. C’est loin des 340 km de la Peugeot e-208 qui lors de notre test d’autonomie a néanmoins affiché un chiffre inférieur. Idem pour la performance. La 205 embarque un moteur Leroy-Somer de 8 kW (11 ch) dont le pic est à 17,5 kW (23,8 kW). Ainsi, la vitesse maximale est de 100 km/h et le 0 à 50 km/h est atteint en 11,6 secondes. A titre de comparaison le moteur de la e-208 (fabriqué sous licence Continental) développe 100 kW (136 ch), la vitesse de pointe est de 150 km/h (mode sport) et le 0 à 100 km est expédié en 8,1 s.


Disparue des radars

Peugeot 205 électrique 1984 arrière

Moderne la 205 électrique ? En lisant la brochure technique de l’époque, nous constatons qu’elle était déjà équipée d’un système de récupération d’énergie à la décélération et au freinage. Elle n'a jamais intégré la gamme, mais une vingtaine d'unités (dont certaines furent exportées) ont été produites. Les exemplaires en question – des berlines et des utilitaires 3 portes – se distinguaient des 205 classiques par leur volet d’accès pour la recharge, placé sous le pare-chocs arrière. L'absence de pot d'échappement trahissait également leur véritable identité. La 205 a servi au développement de la 106 Electric, fabriquée par le carrossier Heuliez et commercialisée de 1993 à 2003 à 3 542 exemplaires. Elle offrait une autonomie de 80 km. Aujourd’hui, le constructeur a perdu la trace des modèles vendus. Donc aucune chance de la découvrir au musée de l’Aventure Peugeot à Sochaux, qui organisé jusqu’au 31 janvier 2021 l’exposition « Electriques », les e-véhicules du Lion de 1941 à 2010.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
amicaljm Le 09/11/2021 - 15:25
L'auteur naïf écrit : "’elle était déjà équipée d’un système de récupération d’énergie à la décélération et au freinage" Pardi, c'est le lot de tous les moteurs électriques de fabriquer automatiquement du courant à la décélération. Mais les électriques d'aujourd'hui sont équipées exprès d'un logiciel qui module cette décélération lorsque le frein-moteur est jugé excessif. Dire qu'elle était déjà équipée d'un système autrefois est plutôt bébête.
Marc1961 Le 13/07/2020 - 07:08
Les 106 et Ax ont été assemblées à l'usine d'Aulnay. Certaines ont été achetées par la ville de la Rochelle.
Voir tous les commentaires (2)