Peugeot e-1008 (2025). Le SUV urbain brésilien aussi en Europe ?
habillage
banniere_haut

Peugeot e-1008 (2025). Le SUV urbain brésilien aussi en Europe ?

Les SUV de la gamme Peugeot (2008, 3008 et 5008) font recette. En 2025, un petit frère 100 % électrique, venu du Brésil, viendra compléter l'offre par le bas tout en remplaçant la 108. L'argus vous brosse son portrait.

Publié le Mis à jour le

En 2025, le projet P44, soit le Peugeot 1008, arrivera en Europe.

[Mis à jour le 11/11/21] Selon nos informations, le projet Peugeot P44 a pris fin prématurément en octobre 2021. Ce programme prévoyait aussi une version pour Citroën, connue sous le code CJ4.

***

Au milieu des années 2000 Peugeot lançait la 1007, un petit monospace doté de singulières portes coulissantes électriques télécommandées : une première mondiale ! Dessinée par Pininfarina, la 1007 se voulait aussi chic que la Mini et la Mercedes Classe A, alors encore monospace. Mais malgré son patronyme l’auto du Lion n’a pas tapé dans le mille, loin de là. Le succès ne fut pas au rendez-vous avec moins de 150 000 unités écoulées en quatre années. Réaliste, Peugeot jette l’éponge. Le Peugeot 1008 de 2025 sera tout autre !

À LIRE. Peugeot 1007 : Une citadine gadget
 

Peugeot 1008 : le baroudeur brésilien

D'un format voisin de 4,15 m de long, il recevra en Europe une motorisation 100 % électrique.

Le projet P44, qui pourrait prendre l'appellation commerciale Peugeot 1008, fait partie du programme mondial « smart cars », modèles développés pour les marchés émergents comme l’Inde et l’Amérique latine, mais aussi pour l'Europe. Conçu sur la plate-forme CMP simplifiée, le Peugeot P44 partagera son châssis et un grand nombre d'éléments techniques avec les prochaines générations des Citroën C3 (code CC21 attendue en 2023) et le duo Citroën C3 Aircross/Opel Crossland, projets codés respectivement CC24 et OV24, qui arriveront en 2024.

Le SUV Ford EcoSport a une philosophie proche de celle du futur Peugeot 1008.

Le Peugeot P44 fermera la marche en 2025. Apparenté aux SUV urbains, il arborera un format voisin de 4,15 m et fera carrière en Amérique du Sud, principalement au Brésil. Pour faire simple, attendez-vous à un engin plutôt rustique, à l’image d’un Ford EcoSport, élaboré en 2012 selon ce même scénario de conquête des publics non européens.

À LIRE. Citroën C3 (2023). Deux versions électriques "Eco" en préparation
 

Un design à la serpe « revisité » !

Pour l'instant, le style du futur Peugeot 1008 n'est pas figé. Voici notre vision esquissée des choses.

Le style du futur Peugeot e-1008 qui, rappelons-le, n’arrivera qu’en 2025 n’est pas encore figé. En outre, Carlos Tavares a expressément demandé à Matthias Hossann – le nouveau directeur du design de Peugeot – de remanier les dessins nés sous l’ère de son prédécesseur, Gilles Vidal, lequel œuvre désormais pour le compte de « l'ennemi » : Renault. Dans ce contexte très particulier, nous ne pouvons publier que des illustrations crayonnées, qui n’ont valeur que de déclaration d’intention. Selon nos informations, le design du Peugeot 1008 sera très cubique, avec une philosophie proche de celle d’un Jeep Renegade. Pour offrir une habitabilité et un volume de coffre décents dans un si petit format, il n’y a guère d’autre choix que de tracer à angles droits. Un registre formel qui sied fort bien à un petit baroudeur. Sur ce point, ce n’est pas l’iconique Suzuki Jimny qui pourrait nous contredire.

À LIRE. Suzuki Jimny (2022). La version cinq-portes se précise
 

Uniquement l'électrique en Europe

En termes de format et de motorisation électrique, la Dacia Spring (photo) serait la rivale du Peugeot e-1008.

Parallèlement à sa carrière au Brésil, où il sera proposé en versions thermiques abreuvées d’éthanol, le Peugeot 1008 sera aussi vendu en Europe. Mais uniquement dans sa déclinaison 100 % électrique, qui devrait être logiquement baptisée e-1008. Cette dernière est apparue pertinente aux yeux de Carlos Tavares, le grand patron du groupe Stellantis, qui a saisi l’opportunité de glisser ce petit SUV écolo sous le Peugeot e-2008. D’autant que, lorsque le véhicule arrivera chez nous, le marché aura basculé en faveur des modèles électriques et que des acteurs comme le Volkswagen ID.2 ou la Renault 4 se seront positionnés en 2025.

La future Renault 4 électrique de 2025 qui aura elle aussi une philosophie SUV

Par sa taille, sa silhouette et bien sûr sa motorisation EV, le Peugeot e-1008 est l'adversaire tout désigné de la Dacia Spring. Mais s’il a été développé pour les marchés émergents, avec un sens certain de l’économie, ses prix ne pourront être aussi bas que ceux de sa rivale roumaine (à partir de 16 990 €).

À LIRE. Essai Dacia Spring électrique : le test vérité sur son autonomie

Dans les faits, il sera difficile pour le Peugeot e-1008 de descendre sous la barre des 20 000 €. À l’étage supérieur, le Peugeot e-2008 (fort de 136 ch) débute au tarif de 36 800 €. Pour alléger l’addition, comme son poids, le Peugeot e-1008 embarquera de plus petites batteries et une machine électrique de moindre puissance (environ 50 et 80 ch), tandis que sa fabrication sera confiée à l’usine de Trnava, en Slovaquie, où sont déjà assemblées les Peugeot 208 et Citroën C3. Mais ce ne sera pas suffisant face à la Spring que Dacia, marque casse-coûts par excellence, fabrique en Chine.
 

Peugeot 1008 : le remplaçant de la 108 ?

Ce petit SUV urbain adoptera tous les codes du baroudeur avec des lignes cubiques et viriles.

Le Peugeot e-1008 sera le modèle d’accès à la famille des SUV Peugeot, mais aussi la porte d’entrée de la gamme du constructeur. En effet, fin 2021 la Peugeot 108 tirera sa révérence et n’aura pas de descendance. Le segment A des berlines citadines est en perte de vitesse et, le partenariat entre PSA et Toyota n’étant pas reconduit, le Lion ne pourrait supporter seul l’investissement.

À LIRE. Citroën C1 et Peugeot 108. PSA ne remplacera pas ses citadines

Lancée en 2014, la Peugeot 108 partira en retraite fin 2021.

En outre, ne perdons pas de vue que ce marché en pleine mutation ne devra son salut qu’à des silhouettes de SUV et au passage à  l’électrification. Les futures Toyota Aygo X et Smart SUV en témoignent. Dans cette perspective,  le Peugeot e-1008 cochera toutes les cases et n’aura nullement besoin de s’encombrer des portes Sésame de celle qui l'a précédé en inaugurant la série 1000. 

À LIRE. Nouvelles Peugeot. Le calendrier secret jusqu'en 2026

 

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
ChristophedeN Le 01/06/2021 - 16:07
Pour bien comprendre, prenons l'exemple d'une 108 qui tournerait à l'éthanol. Sur grand trajet une 108 écoconduite consomme 4,5 l/100 km au SP95, 5,6 à l'E85 et moins de 6 l/100 km à l'E100. Les émissions kilométriques en ACV carburant sont donc de 51 g CO2e/km (moins si on fait attention aux impacts induits). Même avec un kit E100, une 108 pèse 840 kg, soit 4 600 kg CO2 en ACV véhicule. A l'E100 elle a environ 600 km d'autonomie. Pour ne serait-ce avoir que 200 km d'autonomie dans toutes les conditions et à 130 km/h sur autoroute, il faut une batterie d'au moins 40 kWh, ce qui nous fait une batterie de plus de 300 kg, une 108 électrique avec seulement 200 km d'autonomie pèserait au moins 300 kg de plus que la version thermique et de ce fait ne serait pas moins émettrice de particules. Par contre en terme de CO2, batterie 40 kWh --> 4400 kg CO2e, sans compter les renforts de caisse nécessaires, les freins et les pneus plus gros (à moins de brider la voiture à 125 km/h) ou que l'on va user plus pour les pneus. Plus de 110 000 km pour annuler sa dette à la fabrication tout en étant moins polyvalente. Pour un loueur, il faut plus d'une 108 électrique pour remplacer une 108 th sur son parc. Une 108 th peut être relouée aussitôt, ce qui n'est pas le cas d'une 108 électrique. Ce qui confirme bien que cette règle CAFE et cette norme Euro sont débiles en ne prenant pas tout en compte.
ChristophedeN Le 01/06/2021 - 10:32
Voilà où nous mènent les règles européennes débiles CAFE et norme Euro en ne prenant pas le problème dans sa globalité. Elles amènent à la disparition des voitures thermiques du segment A très prisées chez les loueurs en gare. Pourtant l'intermodalité train + voiture à l'arrivée est une bien meilleure solution pour réduire la pollution dans les villes et atteindre la neutralité carbone que de faire tout le trajet en voiture, fusse-t-elle électrique. D'une à la location les versions électriques seront plus chères et deux elles amèneront des contraintes avec leur autonomie limitée (< 200 km pour la Spring par exemple), beau cocktail pour dissuader de prendre le train. C'est d'autant plus regrettable quand il existera une version éthanol au Brésil qui ferait parfaitement l'affaire en gare tout en réduisant la pollution et les émissions de GES par rapport à une version à énergie fossile. Il faut faire remarquer qu'une version électrique 300 kg plus lourde émet autant de particules que la version à énergie fossile, donc ne pollue pas moins qu'une version éthanol. En ACV, cette version électrique n'annule même pas sa dette climatique sur la durée de vie de la voiture par rapport à une version éthanol.
Voir tous les commentaires (2)