Peugeot Hybrid Eco : l'hybride pour tous Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Peugeot Hybrid Eco : l'hybride pour tous

Outre l'Hybrid Air, PSA proposera en 2017 une hybridation plus légère, de type Mild Hybrid, dont le but est de réduire les émissions de CO2 à un coût raisonnable.

Publié le

Georges Cousseau


C’est un fait, la réduction des émissions de CO2 ne passera pas que par l’hybridation des moteurs. Mais le plus gros défi reste à rendre cette technologie accessible financièrement à tous les clients.

Entre l’Hybrid Air, réservé aux petites motorisations à essence, et l’Hybrid4 proposé en haut de gamme, PSA déclinera sur quasiment toutes la gamme à essence et diesel (de la Citroën C3 jusqu’à la Peugeot 508) un système d’optimisation du rendement du moteur.

Baptisé Hybride Eco, ce système a un goût de déjà-vu du côté de Valeo. Et pour cause, l’équipementier français travaille en collaboration avec PSA au même titre que Bosch et Continental.

Standardisation
Dans le principe, l’Hybride Eco reprend le principe de l’alternodémarreur qui équipe les versions e-HDi, sauf qu’ici, sa puissance grimpe à 10 kW et qu’il est associé à une petite batterie lithium-ion en 48V.

Cette architecture offre de nouvelles possibilités. D’une part, une meilleure récupération de l’énergie au freinage, grâce à l’architecture 48V et à la batterie de stockage, mais aussi la possibilité de mouvoir le véhicule en mode 100% électrique jusqu’à 20 km/h en manoeuvres ou au démarrage.

La machine électrique peut aussi temporairement apporter un gain de puissance au moteur. Chez Valeo, on évoque aussi la possibilité de couper le moteur à plus haute vitesse et de faire ce que l’on appelle de la roue libre en utilisant l’énergie cinétique du véhicule.

Cette assistance électrique au moteur laisse entrevoir de 10 à 15 % de réduction de carburant. Mais pour compenser le coût de la batterie, PSA mise sur une intégration simplifiée dans le véhicule n’impliquant pas de modifications mécaniques, ainsi qu’une standardisation du système sur tous les moteurs ce qui permet des gains d’échelle sur l’achat des pièces. L’idée fait d’ailleurs des petits puisqu’Audi a présenté, l’année dernière, une architecture similaire sur une berline V6 TDI.

Stop&Start : PSA élargit son offre
Si le système d’alterno-démarreur développé par PSA est de loin le meilleur du marché, il a un gros inconvénient : son prix supérieur à celui d’un démarreur renforcé, techniquement plus simple.

Dès cette année, le groupe français proposera deux types de Stop&Start : le démarreur renforcé sur les petites motorisations essence et diesels, et l’alterno-démarreur qui équipe déjà l’e-HDi sur les autres, et ce sur un même véhicule.

Déployée sur les nouvelles Peugeot 308 II et Citroën C4 Picasso, cette stratégie sera étendue à toutes les motorisations lors du passage à la norme Euro VI à l’automne 2014.
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
un pseudo libre Le 08/02/2013 - 11:12
D'ailleur, PSA avait vu juste, car, les TDI de WV injecteur pompes étaient tellement" bien" (je plaisante.....) que WV s'est dépeché de faire comme les autres.....................Et aprés certains (imb éciles à n'en pas douter) accuse PSA d'atteinte cancérigéne........................
un pseudo libre Le 08/02/2013 - 11:08
J'ai une DS5 Hybrid 4 et, non seulement, la Ds5 est plus belle que la Prius.........quelle horeur, mais, je fait 1750 km avec un plien de 70 litres...................... La, ca cause..........................elle fait quoi la prius, 800, 900 km...........................
un pseudo libre Le 07/02/2013 - 22:19
Le concept Sxara Dynalto avait été présenté en 1998....sauf qu'à cette époque, toute l'europe s'était focalisée sur 3 lettres: TDI Le groupe VW surfait sur la vague TDI, vendait à tour de bras des Golf TDI, des Polo TDI, des Passat TDI, même une Lupo TDI. Sans compter le reste du groupe, Seat, Audi.... Sans compter les clients tels que Volvo, etc... Suite à cette déferlante, tous les constructeurs avaient dû composer avec ce qu'ils peuvaient, annulaient leur direction (injection directe IDE chez Renault par exemple). Tous faisaient leur possible pour imiter VW pour limiter les dégats. Renault avait dû modifier en interne leur 1.9 en dTi (faute d'avoir des systèmes common rail). Opel avait bricolé deux DTI lamentables (2.0DTI 100ch et 2.2 DTI 125ch alors que le 1.9 TDI faisait 150ch tout en consommant 2-3 litres en moins). Etc... Bref, faallait pas s'étonner de voir PSA annuler le projet Dynalto pour concentrer leur effort pour un moteur à la mode à cette époque: le common rail, avec le premier 2.0 HDI à 90ch sans intercooler, et à 110ch avec
Voir tous les commentaires (6)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...

Guides d’achat