Peugeot. Retour sur la saga des berlines de la série 300
habillage
banniere_haut

Peugeot. Retour sur la saga des berlines de la série 300

La troisième génération de la Peugeot 308 est un nouveau jalon pour la famille 300. Une série née en 1932 avec la première 301 et qui s'est bizarrement déployée dans le désordre avec une 309 intercalée entre la 305 et la 306. Et connaissiez-vous la Peugeot 303 ?

Publié le Mis à jour le

De la Peugeot 301 de 1932 à la nouvelle Peugeot 308 de 2021, retraçons la saga de la série 300... sans oublier les 303 et 309 !

La série 300, c’est le cœur de la gamme Peugeot, comme en témoigne le « 3 » faisant référence aux berlines compactes. Le « 0 » central est quant à lui immuable ; il servait, non pas initialement, c'est une légende urbaine, mais uniquement à partir de la 302,  d'enjoliveur autour du trou permettant d'introduire la manivelle démarrant les Peugeot d'antan. Enfin, jusqu'à 2012, le chiffre terminal indiquait tout simplement la génération du modèle, avec néanmoins deux exceptions pour le 3 et le 9, dont on vous narre l'histoire plus bas. Puis, à partir de 2012, ce chiffre terminal a été définitivement fixé. Il ne varie plus au fil des générations. Deux règles ont été néanmoins adoptées : le 1 pour les modèles de conquête réservés aux marchés émergents et le 8 pour la gamme traditionnelle, qui fait carrière dans le monde entier. Débutée en 1932 par la berline 301, la série 300 poursuit sa lancée en 2021 avec la troisième génération de la Peugeot 308, qui est arrivée en concession en septembre 2021. Retraçons la chronologie de cette singulière série qui n’a pas toujours respecté l’ordre établi.

>>> Lancer le diaporama de la saga Peugeot 300 <<<

 


 

Débuts de la série avec la 301 de 1932

Peugeot 301 (1932-1936). Fabriquées à Sochaux, les Peugeot 301 furent les premiers modèles de la marque à être équipés de suspensions à l'avant à roues indépendantes. 

La série 300 démarre logiquement par la Peugeot 301, une berline à caisse carrée se distinguant par ses six glaces latérales et délivrant une image à la fois statutaire et bourgeoise. Puis la marque prend un contrepied total avec la Peugeot 302, qui prône à fond l’aérodynamisme, se contente de quatre glaces et dissimule ses projecteurs derrière sa calandre. Le public ne connaîtra pas la Peugeot 303, qui restera à l’état de maquette, la gamme étant déjà au complet avec le duo 203/403.

À LIRE 210 ans de Peugeot. Les Lionnes des années 1950-1960

Avec la 304, Peugeot met les petits plats dans les grands en allongeant les porte-à-faux d'une 204 et en lui greffant les fameux phares dits « Sofia Loren » de sa grande sœur 504. Un regard ensorcelant décliné sur une berline, un coupé, un cabriolet et un break. Comparativement, la 305 paraîtra bien fade et devra se contenter de deux carrosseries, berline et break. Les temps sont durs ! 

A LIRE.

 

Peugeot 309 ou Talbot Arizona ?

Peugeot 309 (1985-1994). Contre toute attente, ce n'est pas la 306 qui succède à la 305, mais la 309. Ce véhicule devait initialement se nommer Talbot Arizona et prendre la relève des Simca/Chrysler/Talbot Horizon.

Ensuite, ce n’est pas la 306 qui entre en scène – il faudra encore attendre une génération –, mais la Peugeot 309. Un 9 terminal censé apporter du renouveau à Peugeot ? Ou servant plutôt à recycler un reliquat de l’époque Talbot ? Celle qui aurait dû s'appeler Talbot Arizona nous laissera plutôt le souvenir ému d’une version GTI et mieux encore (c’est une question de point de vue…) d'une déclinaison GTI 16 soupapes – le nec plus ultra de l’époque – forte de 160 chevaux. Voici enfin venu le temps de la Peugeot 306, la compacte à cinq silhouettes, parfaite pour chaque usage.

À LIRE. Peugeot 306 S16. La première à passer la sixième

Peugeot 307 (2001-2008). Changement de millénaire avec la Peugeot 307, qui incarne pleinement la tendance de la berline haute à pare-brise avancé. Une architecture déclinée en versions à trois portes, à cinq portes...

Pour attaquer le XXIe siècle, Peugeot prend de la hauteur, les berlines compactes se muent en monospaces, à commencer par la Peugeot 307. La 308 première du nom suivra cette tendance, qui touche aussi le break accueillant jusqu’à sept passagers, tandis que le cabriolet est passé au CC. Sa remplaçante, la 308 Mk 2, code interne T9, rentre dans le rang avec des proportions comparables à celles de la Golf. Et cela lui réussit bien, puisqu'elle est élue Voiture de l’année en 2014. Enfin, la nouvelle 308, code P51, présentée en début d’année prend, non pas de la hauteur, mais de la longueur. Sans aller jusqu’à copier le nez de Cyrano, elle allonge son capot pour ressembler à ses copines premium.
 

La 301 (2012) pour les marchés émergents

Mais n'oublions pas la seconde génération de la Peugeot 301, arrivée en 2012 pour conquérir les marchés émergents, ce dont témoigne comme nous vous le disions plus haut le chiffre 1 terminant son patronyme. Contrairement à sa jumelle technique, la Citroën C-Élysée, la 301 n'a pas été commercialisée dans nos contrées.

À LIRE. Citroën C-Elysée, la Logan de Citroën, en France à partir de 13 450 €

Volumes de production des Peugeot de la Série 300

Modèle Production
301 543 892
301 (modèle 2012) 548 802
302 25 132
303 0 (3 maquettes de style)
304 1 178 425
305 1 649 176
309 1 638 876
306 2 848 131
307 3 723 365
308 T7 1 573 000
308 T9 1 691 000

 

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
VotrePseudo Le 07/12/2021 - 17:18
Et pas un mot sur une génération très réussie et à succès, la 306... super tenue de route, agile, jolie ("féline") et qui en plus des plaisants moteurs 1L8 2L 2L16s dont S16 167ch BV6, a aussi étrenné le HDI. Et son superbe cabriolet. L'argus préfère parler de la 308 II "qui a copié les dimensions de la golf ce qui lui a réussi"... Bizarre, bizarre...
pemmore Le 01/06/2021 - 16:32
J'avais adoré ma 504 coupé, trop belle, la version 1 une bombe, une tenue de route fantastique ,elle a été volée et jamais retrouvée, La version 2 une oeuvre de mauvais goût, phares avant arrières moches de chez moches. Je viens de voir une 604 en vente, j'avais oublié comme elle était belle, bien sur elle n'a jamais eu les moteurs pour un tel niveau, Peugeot est entré dans l'ère de la traction avec la 605 bof, c'était fini le très haut de gamme Peugeot, , même plus la note de Mercédès du pauvre, dorénavant on ne panache plus son étalage. Qui sait si le très haut de gamme n'est pas fait pour se vendre mais vendre ce qui suit derrière? Comme la c6 vs c5, c4 etc?
Francisco Museo Le 01/06/2021 - 13:48
Bonjour M. L'historien de l'Argus... Une petite mise au point : non le zéro central ne fut pas utilisé comme enjoliveur pour passer le trou de la manivelle, c'est arrivé seulement avec la famille 02 (202,302,402) qui débute en 1935. La 201 en 1929, puis sa grande soeur la 301 en 1932 (qui n'étaient pas toutes des berlines à 6 glaces...) initièrent le zéro central car la 201 était le 201ème projet de modèle proposé par la marque (précédée des 190, 183, 177, 172, 153, etc... et plein d'autres). Les logos 201, puis 301, étaient placés en partie haute sur la grille de calandre, loin du trou de manivelle. Le succès de la 201 - 6CV permit à Peugeot de surmonter la dure crise économique de 1929, les décideurs décidèrent de conserver le zéro central comme une idée magique contre un avenir à... zéro déficits ! Ils définirent une logique de marché où le 1er chiffre désignait le niveau du modèle dans la gamme, et le dernier la génération d'une famille dans l'évolution des produits. Bien cordialement. Francis P. premier secrétaire de l'Aventure Peugeot 1985-92.
Voir tous les commentaires (4)