Vous êtes ici :

Peugeot SXC : pourquoi nous en priver ?

Peugeot SXC : pourquoi nous en priver ?

Ce concept-car est l'une des stars du salon de Shanghai 2011. Mais si les dirigeants de la marque indiquent qu'il donnera bien naissance à un crossover de luxe, ils jurent dans le même temps qu'il ne sera pas distribué en Europe. Qu'avons-nous fait pour mériter telle punition ?

Si on y regarde de près, tout indique qu’il y a de la place pour un tel modèle dans la gamme Peugeot, et même une certaine logique dans la démarche.

D’une part, le Lion n’a jamais eu au catalogue un autre SUV que le 4007, produit en coopération avec Mitsubishi, qui n’a rien d’un modèle haut de gamme, au sens propre de l’expression.
 
D’une autre, la disparition de la 607, en partie remplacée par la 508, laisse un vide dans l’offre statutaire de la marque.

Enfin, Peugeot possède déjà le 3008, aura bientôt un 2008 (sur base de Mitsubishi ASX), un 4007 –nous l’avons dit- et un monospace déguisé en break baptisé 5008.

Dès lors, pourquoi ne pas coiffer cette gamme d’un 6008 (extrapolation chic d’une hypothétique 608), la 508 attendant elle-même une version Outdoor, autrement dit break surélevé, mais davantage orientée vers le loisir que le luxe ?
 

Retour sur terre


Bien entendu, à ces beaux arguments s’oppose une logique industrielle, mais aussi commerciale : le SXC a été dessiné et construit en Chine, par un designer chinois à destination de ce marché qui aura bien plus les moyens et l'envie d’acheter ce genre de voiture.
 
Il sera fabriqué là-bas, ce qui rend son importation compliquée pour des raisons de coûts.
 
Il y a donc des chances que cet imposant engin reste dans l’Empire du Milieu. En outre, il est taillé grand : 4, 87 m de long pour 2 m de large et sera inévitablement élitiste côté tarif.
 
Autrement dit un modèle difficile à vendre dans nos contrées, à moins de s’appeler Porsche, Mercedes ou BMW.
 

Made in France... ou presque


Selon son concepteur, Feng You Gong, le SXC « est la continuité des concepts SR1 et HR1, et doit préparer la clientèle chinois à l’arrivée de la 3008 version chinoise en fin d’année. »
 
Mais si la Chine a son propre style automobile, elle regarde les productions françaises comme des références et des modèles de qualité.

Et même s’il ne s’agit pas d’artisanat, les constructeurs français l’ont bien compris en exploitant le filon du "made in France" même si ce concept-car est 100 % chinois.
 
Toutefois, le SXC retranscrit bien les gênes esthétiques du groupe, et n'a rien de typiquement chinois dans son dessin. Une donnée qui s’explique peut-être par le fait que Feng You Gong a passé plusieurs années en France avant de rejoindre le bureau de style de Shanghai, ouvert par Peugeot en 2008, et que Gilles Vidal, son patron, veille au grain...

Partager cet article
Commentaires
Voir tous les commentaires (6)
legrandjean35837

je voudrais avoir le prix exacte de ces véhicules

merouclac245

c'est oublier les taxes qui nous attendent apres les elections surtout sur les 4x4 interdit en ville

bellamy33250

Encore un bel exemple de la frilosité des constructeurs français! Alors que le 4007 était voué à l'echec (trop laid, pas assez Peugeot) celui-ci serait un fabuleux vecteur d'image. Va comprendre!

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
145 908 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !