Les résultats
habillage
banniere_haut

Pneus hiver : nos tests en conditions extrêmes

Publié le Mis à jour le
Présentations des concurrents



Bridgestone Blizzak LM-32 (104 €)

Entre le LM-30 et le LM-35, ce pneumatique à profil sportif est commercialisé depuis fin 2010. D’après Bridgestone, il intègre la dernière technologie appliquée aux pneumatiques lamellisés. Le manufacturier compte devenir un acteur majeur du pneu hiver, puisqu’il vient d’investir dans des pistes d’essais au nord de la Suède. Le Blizzak LM-32 n’a pas bénéficié de ces pistes.





Continental ContiWinterContact TS 850 (114 €)

Spécialisé dans le pneu hiver, Continental vient de commercialiser le TS 850. Ce dernier promet une excellente adhérence sur toutes les routes hivernales et une distance de freinage sur routes mouillées très courte (étiquetage oblige). Toutefois, la résistance au roulement et la longévité kilométrique doivent être supérieures à celles du TS 830, l’ancien modèle.





Dunlop Sp Winter Sport 4D (101 €)

Ce produit, commercialisé depuis mars 2011, semble maîtriser l’art du compromis puisque Dunlop précise qu’il est conçu pour offrir un contrôle optimal sur route enneigée, verglacée, mouillée et sèche. Peut-être est-ce le bénéfice des lamelles 4D. De nouvelles lamelles transversales doivent améliorer l’adhérence latérale. Nos tests vont, ou non, le confirmer.





Goodyear UltraGrip 8 (101€)

Le mot d’ordre de la marque est la sécurité. Toute sa communication est basée sur ce critère. Sorti il y a un an, ce pneu bénéficie des dernières technologies du manufacturier. Il s’équipe du système 3D-BIS qui permet le verrouillage simultané des blocs pour réduire les distances de freinage sur la neige. Enfin, le mélange de gomme a été développé pour offrir une bonne longévité.





Michelin Alpin 4 (113 €)

Ce modèle n’est pas une nouveauté. Nous l’avions testé en 2010. Il était alors arrivé troisième grâce à la bonne homogénéité de ses performances. Outre ses bonnes capacités de freinage sur sol mouillé et verglacé, Michelin assure qu’il peut effectuer 35% de kilomètres en plus par rapport à la moyenne du marché. Une donnée trop difficile et complexe à vérifier.





Nokian WR D3
(référence) (114 €)
Le manufacturier finlandais est considéré comme LE spécialiste du pneu hiver et nordique (conditions extrêmes). Nous l’avons donc choisi comme pneu de référence. Son adhérence doit être jugée fiable sur route mouillée, sèche et enneigée. Il doit assurer une bonne résistance à l’aquaplaning, notamment sur neige fondue, et son comportement sur route doit être infaillible.





Pirelli Snowcontrol Série 3 (100 €)

Avec ce produit, Pirelli veut appliquer les performances des pneus pour voitures haut de gamme à celles de gamme moyenne. On peut donc s’attendre à un haut niveau de performance. Par rapport à son prédécesseur, le Série 2, il doit avoir progressé dans tous les domaines. Étiquetage oblige,la résistance au roulement et le bruit extérieur doivent être au plus bas.





Michelin Energy Saver + (été) (88 €)

Ce pneumatique été n’a été choisi qu’à titre démonstratif. Il ne peut être comparé aux pneus hiver. Cependant, il doit mettre en avant l’avantage des enveloppes hiver lors de températures basses, aussi bien sur route mouillée que sèche. Les écarts seront logiquement beaucoup plus importants sur sol enneigé. De quoi finir de convaincre les conducteurs les plus sceptiques.


Tous les pneus sont dans de la même dimension (205/55 R16 91H), les tarifs indicatifs proviennent de notre partenaire Speedy pour un seul pneu, hors montage et équilibrage.

Le classement et ce qu'il faut en retenir


Nos nombreux tests montrent qu’il n’y pas de mauvaise enveloppe dans la catégorie des « premium ». Si l’on constate des écarts sur sol mouillé, les performances restent très proches sur sol sec et sur la neige. Le Continental, sorti très récemment, est le vainqueur grâce à son homogénéité et ses distances de freinage courtes. Cependant, Goodyear et Michelin proposent des produits de qualité qui n’ont pas vraiment de défauts, et ce dans aucun domaine. En revanche, le finlandais Nokian, spécialisé dans les pneus hiver, ne monte pas sur le podium. Excellent sur la neige, il est pénalisé par ses performances sur sol mouillé, si la température dépasse 5 °C. Quant aux Bridgestone et Pirelli, ils n’excellent dans aucun critère. Enfin, la démonstration est faite de l’utilité d’un pneu hiver face à son homologue été, même sur sol mouillé, la douceur restant son alliée.
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
patricklandreau83875 Le 08/10/2014 - 15:28
bonjour, bon article mais assez étonnant dans ses résultats ! en effet d'autres sites comme Guide Auto Canada et surtout le TCS suisse nous donne d'autres marques comme étant les meilleures dans la série pneus hiver ... mais il est vrai qu'ils n'ont pas à défendre les manufacturiers français ... qui sont les meilleurs bien sûr !!! alors avant de choisir, faites bien le tour des sites plus objectifs et commercialement neutres !!! ps / nous avons hélas le même problème avec les tests voitures.
un pseudo libre Le 29/03/2013 - 14:31
Par rapport à la longévité des michelin, je confirme. J'ai réalisé 50 000 kms en les gardant toute l'année. Ils restent très bons sur la neige, même usés. A recommander.
un pseudo libre Le 21/02/2013 - 09:12
Bonjour, Malheureusement vos tests sont toujours réalisés avec des pneus neufs. NOus disposions d'une flotte de véhicules et travaillons en montagne (Flaine). Sans vouloir faire de la publicité ou de la contrepublicité pour des marques, nous avions remarqué que les pneus Michelin hiver même usés permettaient de passer là ou les mêmes véhicules (307) équipés de Vredestein plus récents restaient bloqués. Donc les tests seraient plus opportuns avec un taux d'susre de 50%....
Voir tous les commentaires (14)