Premier essai vidéo du Peugeot 2008 Hybrid Air : hybride et révolution(Air)
habillage
banniere_haut

Premier essai vidéo du Peugeot 2008 Hybrid Air : hybride et révolution(Air)

Plus d'un an après sa révélation, c'est au volant d'un Peugeot 2008 que nous avons pu essayer l'ingénieux système Hybrid Air. Mais la révolution ne sera en marche que si PSA trouve un partenaire.

Publié le Mis à jour le

Photo du Peugeot 2008 Hybrid Air (prototype) lors de notre essai dans les rues de Paris, le 2 juillet 2014

Stéphane Bonnegent

Le 22 janvier 2013, PSA ébranlait le monde automobile en dévoilant un système hybride d’un genre nouveau. Avec comme promesse, une meilleure efficience et un coût divisé par deux par rapport à un hybride essence traditionnel.

Encore plus surprenant, le dispositif se résume à un moteur, des pompes et un accumulateur hydrauliques (qui stocke l’énergie sous forme d’azote) en lieu est place d’un moteur électrique et d’une batterie.

Coup de bluff ou coup de génie ? L’Hybrid Air a fait couler beaucoup d’encre. Le temps passant, PSA devait démontrer que sa trouvaille n’est pas un mirage.


Hybrid Air, un concept abouti

Seuls les stickers Hybrid Air permettent de distinguer ce prototype 2008 d'un modèle de série.
Seuls les stickers Hybrid Air permettent de distinguer ce prototype 2008 d'un modèle de série.
Rendez-vous est pris au siège parisien du groupe français. A notre disposition, un Peugeot 2008 qui à l’exception de stickers Hybrid Air est identique à la version de série. Et pour cause, ce prototype ne s’en distingue que par son hybridation et sa transmission inédites.

Une fois appuyé sur le bouton Start et placé le sélecteur rotatif sur la position Drive, la différence avec la version 1.2 VTi est de suite perceptible : le Peugeot 2008 n’émet aucun bruit si ce n’est un très léger sifflement (bien inférieur à celui d’un véhicule électrique).

Telle une Toyota Prius, il se mue en mode zéro émission sur 100 à 200 mètres en fonction de la charge de l’accumulateur. Une fois ce dernier vidé, le trois-cylindres s’ébroue par le biais d’un alterno-démarreur.

Si quelques vibrations sont perceptibles, ce système surprend par son aboutissement, sa fluidité et son silence… prometteur pour un prototype. Les 100 kg de calculateurs logés dans le coffre nous le rappellent. L’ingénieur Andrés précisant qu’ils seront regroupés dans un petit calculateur de contrôle sur la version de série.


Vidéo de l'essai Peugeot 2008 Hybrid Air

Vidéo au volant du prototype Peugeot 2008 Hybrid Air dans les rues de Paris en compagnie de Karim Mokkadem, responsable du projet Hybrid Air chez PSA.


Haut rendement

Le prototype Peugeot 2008 Hybrid Air montre sa pleine efficacité en ville, malgré un trafic dense.
Le prototype Peugeot 2008 Hybrid Air montre sa pleine efficacité en ville, malgré un trafic dense.
Fonctionnant comme une boîte CVT, le train épicycloïdal à dérivation de puissance offre une conduite coulée en ville, à l’image d’une Toyota, sans imposer son désagréable effet moulinette à plus haut régime.

Pour l’éviter, la transmission PSA comprend deux rapports fixes utilisés à vitesse stabilisée. Ce qui équivaut à un 3ème rapport long en ville et une 6ème pour la route et l’autoroute.

Mais c’est en ville que ce système donne sa pleine mesure. A chaque levé de pied de l’accélérateur, le moteur se coupe (de 60% à 80% du temps) et la décélération recharge rapidement l’accumulateur et encore plus en freinant (moins de 10 secondes).

Car, si la capacité de stockage est faible, l’Hybrid Air a l’avantage de récupérer dans un faible laps de temps jusqu’à 95% de l’énergie cinétique, ce qui n’est pas le cas d’un hybride électrique.

De ce fait, il restitue aussi davantage de puissance à hauteur des 45 ch développés par l’hydraulique. A défaut d’être longues, les phases de roulage en zéro émission sont plus fréquentes ce qui explique le meilleur rendement. Résultat le gain en consommation serait de 45% en ville et 35% en cycle mixte, soit 3 l aux 100 km.


Bientôt 2 litres aux 100 km

Si PSA fait la démonstration que sa technologie fonctionne – notre essai s’est révélé plus que concluant – il ne compte pas s’arrêter en si bon chemin.

Inscrit dans le cadre du programme 2 litres aux 100 km (objectif à atteindre sur une citadine à l’horizon 2020), le projet Hybrid Air se présentera au Mondial de Paris sous la forme de deux démonstrateurs dont une Peugeot 208, homologuée à 2 litres.

Outre une aérodynamique plus léchée, elle s’est mise à la diète en perdant une centaine de kilos grâce à l’emploi d’un accumulateur et d’un stockeur d’huile en composite (développés par Plastic Omium) au lieu d’être en acier.

L’implantation du premier sera aussi modifiée en migrant du tunnel central vers le plancher arrière. De plus, le moteur 1.2 VTi adoptera un mode de fonctionnement Atkinson au service de la consommation. Autant de démonstrateurs qui n’attendent plus que le feu vert de Carlos Tavares, le patron de PSA.
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
julien342 Le 13/09/2016 - 12:55
nul sa pue le caca
cadoret.roland849 Le 28/12/2015 - 18:11
Mirage ou réalité ? Oui si les politiques s' en mêlent ... alors cela veut dire taxes pour compenser les pertes de revenus pour l' Etat vorace. La COP21 c' est aussi ce type de mirage où le commerce est d' abord à protéger . L' utilisateur sera toujours le cochon qui doit payer ! Seul petit point non abordé : la consommation d' huile de lubrification qu' un système à air comprimé semble nécessiter . Alors fiabilité dans le temps ?
sebastien.martin62159720 Le 18/07/2015 - 21:56
le moteur à air comprimé , c'est une idée de guy négre, ingénieur chez MDI, je suis la pseudo commercialisation depuis 10 ans!
Voir tous les commentaires (10)