Prime à la conversion. Les modèles essence qui seront bientôt exclus | L'Argus Aller au contenu principal
habillage
banniere_haut

Prime à la conversion. Les modèles essence qui seront bientôt exclus

Les diesels ne seront pas les seuls à être privés de prime à la conversion à partir du 1er juillet prochain. En essence, tous ceux qui rejettent plus de 132 g/km seront aussi bannis. Un changement moins spectaculaire, mais qui concerne tout de même des modèles parfois très "grand public".

Par Johann Leblanc
Publié le
prime conversion moteurs essence bannis Voir les photos

Avec le durcissement de la prime à la conversion au 1er juillet 2021, certains modèles essence vont se retrouver exclus pour cause d'émissions de CO2 trop élevées.

Retardé par la crise sanitaire, le durcissement de la prime à la conversion deviendra effectif le 1er juillet prochain. Tous les modèles diesels, qu'ils soient neufs ou d'occasion, ne seront alors plus éligibles à ce dispositif. Un moyen pour le gouvernement de respecter la volonté exprimée par Barbara Pompili dès son arrivée à la tête du ministère de la Transition écologique. Mais cela ne signifie pas que les moteurs essence soient totalement épargnés pour autant.
 

Un seuil d'émissions de CO2 abaissé de 5 g

concession prime conversion

Commander sa voiture le 30 juin au plus tard, vous permettra de bénéficier de conditions de reprises plus avantageuses.

À la même date, pour profiter de cette aide qui va de 1 500 à 3 000 € pour les ménages aux revenus modestes, il faudra acheter un nouveau véhicule rejetant 132 g/km de CO2 au maximum selon le cycle WLTP, au lieu de 137 g/km aujourd'hui. Seuls les véhicules âgés de plus de six mois profiteront encore de l'ancien barème, ainsi que ceux qui seront commandés le 30 juin au plus tard. Dans ce dernier cas, il faudra toutefois qu'une facture soit délivrée dans les trois mois, ou que le premier loyer soit débité avant le 30 septembre en cas de location longue durée/avec option d'achat. Gare, donc, aux éventuels délais de livraison à rallonge.

>> Retrouvez le diaporama des modèles essence bientôt exclus <<
 

Des modèles très grand public pénalisés

La liste des voitures concernées par ce changement ne comprend, elle, ni d'énormes pick-up, ni sportives surpuissantes. On y trouve beaucoup de SUV urbains et de berlines compactes, quelques familiales et monospaces, notamment la Toyota Prius+ pourtant hybride, et même des citadines comme la Citroën C3 1.2 PureTech 110 EAT6. Dans bien des cas, vous pourrez constater qu'il s'agit de versions à boîte automatique.

citroen c3 puretech prime à la conversion
Citroën C3 1.2 PureTech 110 EAT6 (133 g/km minimum)
renault megane prime à la conversion
Renault Mégane TCe 140 EDC (133 g/km minimum)

Mais notre diaporama, déjà fort d'une trentaine de modèles, n'est pas encore totalement exhaustif. Nous avons en effet seulement retenu tous ceux qui rejettent entre 133 et 137 g/km minimum. Attention certaines voitures qui sont sous le seuil des 133 g peuvent voir leur grammage augmenté en cochant quelques équipements dans le catalogue d'options (jantes en alliage, toit ouvrant...) ou en choisissant une finition supérieure. C'est un autre effet de la norme WLTP, qui prend en compte l'impact de l'équipement dans le calcul des émissions de CO2. Du côté des électriques et hybrides rechargeables, en revanche, rien ne change. Si leur bonus écologique sera abaissé de 1 000 € le 1er juillet, elles conserveront bien une prime à la conversion toujours aussi généreuse.

À LIRE. Prime à la conversion 2021 : tout sur le double barème
 

Qui peut profiter de cette prime ?

prime à la conversion hybrides rechargeables
Les hybrides rechargeables et électriques bénéficient d'une prime à la conversion plus généreuse que les modèles thermiques et échappent au plafond de revenus.

Pour les modèles thermiques ou les hybrides non rechargeables, rappelons aussi que les conditions demeurent restrictives. Il ne suffit pas d'avoir un véhicule suffisamment âgé à mettre à la casse. Seuls les ménages avec un revenu fiscal par part inférieur à 6 300 € peuvent profiter d'une aide de 3 000 €, ainsi que les "gros rouleurs" dont la distance entre le domicile et le lieu de travail est supérieure à 30 km ou effectuant plus de 12 000 km par an dans le cadre de leur activité professionnelle avec leur véhicule personnel. Pour ces derniers, il faut toutefois que le revenu fiscal par part soit sous la barre des 13 489 €. C'est aussi ce seuil qui permet de profiter de 1 500 € d'aide pour ceux qui parcourent des distances plus courtes. Pour tous ceux qui gagnent davantage, en revanche, il faudra se tourner vers de l'électrique ou de l'hybride rechargeable pour espérer percevoir une prime à la conversion.

Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
employeedf Le 13/06/2021 - 11:26
Pour motiver les "gilets jaunes" c'est SUPER !!!!!
domdom Le 13/06/2021 - 10:04
Bonjour alors comme cela tous ces grands pontes de l'inaction imaginent supprimer un parc de douze millions de véhicules ..et que les automobilistes vont se laisser faire ? Pour ma part, il est hors de question de me soumettre à ce type de diktat ; surtout lorsque les véhicules sont régulièrement révisés. Ok pour une écologie, mais à partir du moment où ils mettent en place en amont les moyens, et non à une écologie punitive ou purement idéologique comme celle qui est actuellement en train d'être faite. J'ose espérer que les différents journaux et associations d'automobilistes relaieront le mécontentement et à mon avis, une colère noire contre ce type de décision qui nuit au plus grand nombre, puisque ces dames et messieurs de la politique continuent de rouler avec des véhicules attribués sur les impôts et avec chauffeur en prime.. Donc arrêtons de se moquer du citoyen automobiliste.
Voir tous les commentaires (3)
Allez encore plus loin

Retrouvez l’ensemble des publications de L’argus, l’expert de l’automobile au service
des particuliers et des professionnels depuis 1927...