Qui peut devenir chauffeur de voitures-radars ?
habillage
banniere_haut

Qui peut devenir chauffeur de voitures-radars ?

Les voitures-radars confiées aux entreprises privées vont se multiplier et ainsi accentuer leur temps de présence sur les routes. Ces sociétés ont besoin de chauffeurs et les offres d'emploi sont nombreuses : elles s'adressent à tous les détenteurs du permis de conduire. Alors, pourquoi pas vous ?

Par Florian Chopin
Publié le

Depuis 2013, des entreprises privées peuvent mettre sur la route des voitures-radars. Elles recherchent des chauffeurs pour les conduire.

Vous les avez sans doute croisées sans vous en rendre compte (jusqu’à la réception du PV pour excès de vitesse…). Elles se fondent dans la circulation et n’émettent aucun flash lorsqu’un véhicule dépasse la vitesse autorisée dans ses environs. Ce sont... les voitures-radars ! Depuis 2013, elles sillonnent les routes françaises de plusieurs régions de façon totalement banalisées. D'abord confiées aux forces de l'ordres, elles sont également conduites par des chauffeurs privés depuis 2017. La multiplication de la flotte confiée à ces entreprises aboutit à des embauches.

A LIRE. Voitures radars. Des députés veulent les rendre identifiables
 

Les entreprises qui recrutent

voitures radars chauffeurs emploi
D'ici la fin 2021, le nombre de voitures-radars appartenant à des entreprises privées sera de 225, soit au moins autant de chauffeurs.

Certaines entreprises qui ont décroché un marché proposent déjà des offres d'emploi en ligne ou consultables via mail. Contactées par L'argus, les autres ont pour l'heure refusé de répondre à nos questions sur les postes à pourvoir.

  • Mobiom, filiale du groupe Challancin, se déploie dans le Grand-Est après avoir décroché les marchés de la Normandie (2017) et de la Bretagne (2019). Avec ces 40 véhicules supplémentaires, l’entreprise dispose d’une flotte de 84 voitures-radars. Le site publie ses offres d'emploi ici : 8 actuellement sont à pourvoir.
     
  • GSR, filiale du groupe Geos, récupère la Nouvelle-Aquitaine après avoir “conquis” le Centre-Val-de-Loire (2019). Sa flotte s’élève à 65 véhicules-radars.
     
  • OTI France, filiale du groupe Oviance, reçoit le marché de la Bourgogne-Franche-Comté en plus des Pays-de-la-Loire (2019). Sa flotte totalise 43 voitures-radars. L'entreprise dispose de 15 postes à pourvoir (recrutement@oviance.com).
     
  • Ineo Infracom, filiale du groupe Engie-Solution, et Securitas se partagent la région des Hauts-de-France avec une flotte totale de 33 véhicules.
     

Le profil des chauffeurs recherchés

Les postes à pourvoir sont généralement des CDI. Aucune qualification spécifique n’est requise, hormis disposer du permis de conduire avec au moins 10 points ainsi que d’un casier judiciaire vierge. Une expérience dans la conduite (ambulance, auto-école, transporteur..) ainsi que dans le domaine de la sécurité et du maintien de l’ordre (policier ou gendarme à la retraite) est souhaitable. Mais surtout, il faut se montrer flexible dans les horaires : il peut être demandé de conduire de nuit, les week-ends ou encore les jours fériés. Concernant la rémunération, elle s'établit à 22 000 € brut / an (Mobiom), sans compter les indemnités repas qui sont en sus. A noter que, selon la Sécurité routière, ni le chauffeur, ni les entreprises prestataires ne sont rémunérés au flash. 

A LIRE. Voitures-radars. Ce qu'elles rapportent à l'État !
 

Quatre nouvelles régions concernées

Actuellement, si 385 véhicules-radars sont en circulation, seuls 83 ont été confiés à des entreprises privées. Ce dernier chiffre va grimper à 225 d'ici la fin 2021, grâce à l’attribution de nouveaux marchés, ou plus exactement de nouvelles régions. En effet, jusqu’alors, la Normandie, la Bretagne, les Pays de la Loire et le Centre-Val-de-Loire étaient concernés. Depuis octobre 2020, les régions Nouvelle-Aquitaine, Grand-Est, Bourgogne-Franche-Comté et les Hauts-de-France vont voir rouler ces véhicules-radars conduits par des chauffeurs privés. Les dernières régions (Ile-de-France, Occitanie, Auvergne-Rhône-Alpes, PACA et Corse) seront attribuées en 2023.

A LIRE. Voitures-radars privatisées. Six fois plus sur nos routes dès 2021 !

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Corbeau Le 16/10/2021 - 16:23
Vrai et faux J'ai postulé pour ce type d'annonce pour la société GSR. Aucune réponse au bout de deux mois malgré une candidature sans aucun repproche à faire. Lorsque je leur ai demandé au minimum une réponse, on ne m'a dit que ma candidature n'avait pas retenu leur attention. Sans aucun motif légitime. Mon cv étant industriel et n'ayant qu'une expérience bénévole en tant qu'encadrant pour des évènements (Sécurité routière) je n'avais aucun lien avec ce secteur. Cependant je possède mon permis depuis plus de 10 ans et 12 points. Je n'ai jamais eu d'accident grave et reponsable avec un tier. Mais aucune suite, pas même un entretien physique ! Donc votre article est bien joli mais il ne tient pas compte des faits réels. Et pour reprendre votre article : "Une expérience dans la conduite (ambulance, auto-école, transporteur..) ainsi que dans le domaine de la sécurité et du maintien de l’ordre (policier ou gendarme à la retraite) est souhaitable " A mon avis, ce n'est pas seulement souhaitable mais exigé.
pemmore Le 21/05/2021 - 11:14
J'ai plus l'àge de m'amuser à ça, dommage, moi c'est à 7h du mat, à l'heure d'écraser les chats (à mon époque, ça éxistait encore on écrasait les lapins pour les bouffer) que j'officierait: dans les petits villages comme le mien traversé par une très grande route, à cette heure la moins de 90 est rare si les poids-lourds pourtant interdits, slurp! 53 ans de conduite, 160 km/h vitesse de croisière avec mes DS je suis bien amusé mais 60 km/h toujours en ville et même moins, si tout le monde avait fait comme moi on n'aurait pas de ralentisseurs et autres destructeurs de véhicules. Dommage ces bagnoles ne semblent pas pouvoir verbaliser les refus de distance de sécurité causes d'accidents des amoureux de ma boule d'attelage. 5 l d'huile qui dégouline "ma pauv dam!" (lol!) C'est moins de mal qu'un catambolage!
yves.morcet038 Le 21/05/2021 - 10:12
En arrivant par l'arrière, elles sont facilement repérables, ça m'est arrivé pour une limitation à 80, la voiture radar roule à 71 km/h pour verbaliser à partir de 91 et à travers la lunette on aperçoit facilement le bloc important qui se trouve au milieu du pare-brise. Pour 90, il roule à 81, pour verbaliser à partir de 102. Pour 130, il roule à 126 pour verbaliser à partir de 146. Il n'ont pas le droit de verbaliser à l'arrêt comme les services de police.
Voir tous les commentaires (6)