Radar covoiturage. Après Grenoble et Lyon, il débarque à Paris !

voir les photos
voie covoiurage
Cette voie réservée au covoiturage a été déployée sur l'A48 dans le sens Lyon-Grenoble en septembre 2020.

Une nouvelle génération de radars débarque. Il s'agit des radars de covoiturage. Leur mission ? Traquer le nombre d'occupants dans les voitures, de jour comme de nuit, et verbaliser les automobilistes qui occuperaient, de manière illégitime, les « voies réservées aux mobilités vertueuses ».

Les automobilistes des régions lyonnaise et grenobloise cohabitent, depuis la fin de l’année 2020, avec une toute nouvelle génération de radars. Ces boîte à images n’ont pas pour mission de traquer nos incivilités (vitesse, téléphone…), mais de compter le nombre d’occupants dans les voitures.
 

Le 1er radar de covoiturage installé à Paris

radar covoiturage

Ces radars de covoiturage, on en croise déjà des exemplaires sur l’autoroute A7 (entre Pierre-Bénite et Lyon) et sur l’A48 (dans le sens Lyon-Grenoble). Selon nos confrères du site radars-auto.com, d’autres agglomérations telles que Chambéry, Dijon ou Clermont-Ferrand étudieraient également la mise en place de ce genre de dispositif. À Paris, la question ne se pose plus ! Le premier modèle du genre vient d'apparaître sur le périphérique, au niveau de la porte de Montreuil.

Le dispositif a débuté ses tests sur l'axe le plus fréquenté d’Europe en vue du déploiement d’une « voie réservée aux mobilités vertueuses » voulue par Anne Hidalgo. La maire de Paris a d’autres idées pour ce boulevard, comme y réduire la vitesse à 50 km/h. Passons. D’après nos confrères d’Auto Plus, le radar installé sur l’axe francilien est l’œuvre de Fareco, l'une des deux sociétés attributaires du marché. Son système, baptisé Voitsapp, va tout simplement compter les occupants à bord des véhicules de jour comme de nuit, par tous les temps et à n’importe quelle vitesse. Selon le magazine, l’installation – positionnée à hauteur de conducteur – serait en mesure de « repérer la présence de mannequins, de détecter les deux-roues motorisés sans passager, de reconnaître les taxis et les véhicules prioritaires… ».

radar crit'air taxi covoiturage
Sur le réseau AREA, la voie réservée – lorsqu'elle est ouverte – est accessible à tous les véhicules légers contenant deux personnes ou plus, aux taxis (même sans client), ainsi qu'aux véhicules dotés de la vignette Crit'Air zéro émission (véhicules 100 % électriques ou à hydrogène).

 


Fin de la pédagogie à Lyon

Dans un premier temps, à Paris, l’heure n’est pas à la verbalisation. En revanche, à Lyon, où la voie est matérialisée par un panneau spécifique (un losange blanc sur fond noir) lorsqu'elle est ouverte, on est passé au stade supérieur avec des PV dressés sur interpellation, rapporte la revue automobile.

voie covoiturage panneau à affichage variable
Un losange blanc sur fond noir indique que la voie est ouverte.

Des contrôles qui pourraient bientôt devenir totalement automatiques, car la réglementation l’autorise désormais. L’article 39 de la LOM (loi d'orientation des mobilités) autorise en effet « des dispositifs fixes ou mobiles de contrôle automatisé » lorsqu’une « voie de circulation a été réservée [...] aux véhicules de transport en commun, aux taxis, aux véhicules transportant un nombre minimal d'occupants, notamment dans le cadre du covoiturage [...], ou aux véhicules à très faibles émissions ».
 

Des radars qui traquent aussi les vignettes Crit'Air ? 

Toujours selon nos confrères d’Auto Plus, les dispositifs pourront également avoir accès à la base de données des véhicules Crit’Air. De là à ce que les radars servent aussi à traquer les véhicules trop polluants… N’oublions pas que l’idée aurait été évoquée par le Gouvernement  lorsque la multiplication des zones à faibles émissions (ZFE) a été annoncée. Les métropoles pourront d’ailleurs avoir recours au radar de covoiturage si elles le souhaitent pour traquer, dans un premier temps, les occupants à bord. Pour le reste, à suivre…

Partager cet article
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (2)
VotrePseudo

Je me demande comment il a pu être légalisé d'aller scruter qui se trouve dans nos voitures... ce qui relève du domaine privé... et pour aller verbaliser ensuite. Enorme. Faudrait savoir si la détection de mannequin est réelle (et la façon de le détecter: émission de chaleur?) ou si c'est du pipeau. Sinon messieurs, mettez en passagère une poupée gonflable, habillée bien sûr, chauffée au préalable, ça devrait le faire (c'est de la provoc bien sûr). L'automobiliste juste bon à être taxé, contraint et puni.

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
350 877 voitures
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !