Vous êtes ici :

Radars automatiques : comment l'Etat a utilisé les recettes de 2017 ?

radars
Certes les radars rapportent beaucoup d'argent, mais celui-ci sert en majeure partie à financer la lutte contre l'insécurité routière.

Le ministère de l'Intérieur détaille l'utilisation des recettes générées par les radars automatiques pour l'année 2017. Sur un milliard d'euros de recettes, 91,2 % ont servi à financer la lutte contre l'insécurité routière.

Par volonté de transparence, la sécurité routière publie pour la deuxième année consécutive un rapport, visant à expliquer l'utilisation qui est faite de l'argent rapporté par les radars. Pour l'année 2017, l'ensemble des radars automatiques installés sur le territoire français ont ainsi rapporté 1,013 milliard d'euros. Et 91,2 % de cette somme ont servi à financer la lutte contre l'insécurité routière, tandis que les 8,8 % restants ont été affectés au désendettement de l'Etat.

La plus grosse part de cet argent, soit 405,5 millions d'euros, a été reversée à l'Agence de Financement des Infrastructures de Transport de France (AFITF), dans le but d'améliorer le réseau routier existant et sa sécurité. Sur cette part, 270 millions d'euros ont été utilisés pour le bitumage du réseau routier, mais cet argent peut aussi servir à la réalisation de nouveaux aménagements.

 

249 millions pour l'entretien des radars et la gestion des amendes

Les collectivités territoriales ont reçu de leur côté un peu plus d'un quart de ces recettes, soit 270 millions d'euros, et sont également responsables d'une partie des aménagements sur le réseau routier. Enfin, 249 millions d'euros ont été reversés à la Délégation à la sécurité routière (DSR), pour financer à la fois l'entretien des radars et le déploiement de nouveaux appareils, mais aussi le « système de gestion des points du permis de conduire ».

La sécurité routière rappelle qu'un tel rapport sera publié chaque année en annexe du projet de loi de finances, mais aussi que « la décision d'implanter ou d'utiliser des radars n'est jamais prise en considération d'intérêts financiers, mais uniquement pour contribuer à la réduction des morts et des blessés sur nos routes ».

 

Partager cet article
Commentaires
Voir tous les commentaires (8)
paturage44

Bjr Ici, le sujet n'est pas de savoir si les radars sauvent ou pas des vies ... sujet qui est d'ailleurs abordé partout et sur de nombreux forums où tout le monde recopie 10.000 fois ce qui a déjà été dit 10.000 fois par tout le monde ... ça ne présente strictement aucune espèce d'originalité ni d'intérêt ... du moins pour cette section .... Car, vous êtes ici sur la section "juridique" du forum donc les motivations des intervenants DANS CETTE SECTION sont ici essentiellement juridiques ... donc savoir quelles sont les règles de droit, leurs limites, les exceptions, les moyens de défense, les procédures de contestations juridiques, etc ... Le juge n'est pas supposé chercher à savoir si le radar sauve ou pas des vies ... ni encore moins les considérations que vous évoquiez dans votre premier post ... Le sujet de la file sur l'argent des radars est lui-même un peu limite par rapport à cette section, et la rédaction de l'Argus serait bien inspirée de mettre ce genre de sujets ailleurs ... et donc dans une autre section ... Je vous répondais juste sur le feu rouge parce que c'est le seul point juridique que vous aviez abordé en donnant au surplus des éléments juridiquement erronés ...ou approximatifs ...

Vavavoom

@paturage44 Curieux post. Je m'interroge sur vos motivations. Vous ne devez pas habiter la région car ce radar-là est un piège patent qui fait l'objet de nombreuses plaintes d'automobilistes. Je vous laisse gougueuliser. Et rien sur mes autres exemples. (Des 4 voies à terre-plein central limitées à 50...) Allez, encore 2 pour la route : * Sur les quais entre le pont de Puteaux et celui de Courbevoie, 50 puis 70 puis à nouveau 50, sans que ce soit clairement signalé ni justifié. * Sur l'A86, 90 puis 70, puis 90 etc. Vous ne me ferez pas croire que c'est pour sauver des vies.

paturage44

Bjr, Beaucoup d'inexactitudes et d'approximations (sans compter les hors sujets) dans votre post ... 1. dans 90% des carrefours à feu, il y a aussi des passages piétons et lorsqu'on tourne à droite le piéton est prioritaire .. ce qui impose donc de s'arrêter en amont 2. comme tout un chacun vous devez donc attendre que le passage soit libre avant de vous engager dans le carrefour... 3. si vous avez été flashé au rouge, c'est donc que vous avez franchi la ligne de feu au rouge ce que vous pouviez vérifier aisément si vous aviez demandé les 2 photos ... 4. contrairement à ce que vous affirmez, le flash ne se déclenche pas pour une voiture qui a franchi la ligne de feu au vert (ou à l'orange) et qui est restée ensuite immobilisée dans le carrefour ...

Réagir à cet article
Envoi en cours
Annonces auto
145 265 voitures
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !