Rappels 2015 : vers une année record ?
habillage
banniere_haut

Rappels 2015 : vers une année record ?

Après une baisse depuis 2011, le nombre de rappels est reparti à la hausse en 2014. Et ce n'est pas fini ! Sur le premier trimestre 2015, les constructeurs ont rappelé leurs véhicules à tour de bras. Une situation qu'ont connue les Etats-Unis l'année dernière et qui semble déteindre sur l'Europe.

Publié le Mis à jour le

Depuis début 2015, les concessionnaires de certaines marques ne chôment pas à cause de multiples campagnes de rappels.

Droits-Fotolia

rappels automobiles 2015
Visionnaire, Carlos Ghosn ? A l’automne dernier, en pleine réélection à la tête de l’ACEA  (Association des constructeurs automobiles européens), le patron de l’alliance Renault-Nissan déclarait que les consommateurs devaient s’attendre à davantage de rappels de véhicules. Ajoutant que les constructeurs faisant tout leur possible pour s’assurer de la satisfaction de leurs clients et qu’ils sont soucieux de limiter au minimum les problèmes de qualité.


"Ce que l’on voit aujourd’hui, c’est une tendance de tous les constructeurs à rappeler les voitures à chaque fois qu’ils ont le moindre doute, parce que la dernière chose qu’ils veulent, c’est que le consommateur ait à gérer des problèmes de qualité ».                        
                                                                                      Carlos Ghosn

360% d'augmentation

rappels automobiles 2015
Carlos Ghosn ne pouvait pas aussi bien dire. Alors que les constructeurs aux Etats-Unis ont vécu une année noire en 2014, les actions de rappels en 2015 sont parties sur les chapeaux de roues en Europe et en France. La comparaison entre les premiers trimestres 2014 et 2015 est cinglante.

A lire. La NHTSA pourra bientôt interdire la vente de véhicules dangereux.

En 2014, les constructeurs présents en France avaient déclaré auprès du ministère de tutelle (celui du Développement durable) 38 campagnes dites de sécurité pour environ 50 000 véhicules concernés. A fin mars 2015, le chiffre est déjà de 60 rappels pour plus de 180 000 voitures ! Calculette à la main, la hausse est de 360 %.


BMW, Renault…

rappels automobiles 2015
Au hit parade des véhicules les plus rappelés en 2015, les Chevrolet Spark, Toyota Yaris et Renault Twingo décrochent la timbale avec pour chacune plus de 20 000 exemplaires à corriger.

Côté constructeurs, BMW, Renault et Opel sont les plus prolifiques. Certes, rappeler des véhicules pour un éventuel problème est tout à fait louable. En revanche, la hausse du nombre de rappels est inquiétante car elle met en évidence une augmentation des erreurs de montage sur les chaînes de fabrication ainsi que la défaillance des équipementiers qui fournissent environ 70% des pièces d’une voiture.

A leur décharge, la pression sur les prix exercée par les constructeurs montre ses limites. 

Les 5 plus gros rappels 2015


Les mauvais élèves en 2015

  • BMW : 12 rappels
  • Renault : 8 rappels
  • Opel : 7 rappels
  • Land Rover : 5 rappels


La face cachée…

Depuis quelques années, Ford donne à ses clients un accès aux campagnes de rappel en cours.
Depuis quelques années, Ford donne à ses clients un accès aux campagnes de rappel en cours.
Ces chiffres ne correspondent qu’aux campagnes de rappel. C’est-à-dire les actions qui consistent à corriger un défaut mettant en cause la sécurité.

En parallèle, les constructeurs diligentent des actions correctives en adressant un courrier simple aux clients, et qui ne sont pas comptabilisés dans les chiffres officiels.

Pis encore, certains pratiquent la rectification sous le manteau sans que les propriétaires soient prévenus au préalable. Ces derniers la découvrent lorsqu’ils
rappels automobiles 2015
Chez certains constructeurs, c'est au passage à l'atelier que les actions techniques sont spécifiés aux clients.
mènent leur carrosse dans le réseau du constructeur.

Si ce n’est pas le cas, la modification technique n’est pas réalisée ce qui peut avoir une incidence sur la fiabilité du véhicule.

C’est devenu la manie de certaines marques allemandes. A l’heure de la libre concurrence sur le marché de l’entretien, la fidélité aux réseaux n’a jamais été aussi payante.

A lire. Faut-il sortir des réseaux ? 
Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
vincent.legrand1985187 Le 20/08/2015 - 11:54
Carlos reconnaitre qu'il y aura plus de rappel en 2015 c'est un déjà une avancé pour RENAULT. Maintenant le service client devrait suivre. Avez vous lu les articles et vu les documents sur le site d'espace4leaks par exemple ? Ne pas reconnaitre un défaut mentionné dans une solution ACTIS éditée par Renault. La marche est encore plus importante. Combien de client Renault est-il prêt à perdre pour ne pas reconnaitre les défauts des Renault ?
andre.abribat246 Le 04/04/2015 - 20:01
La disparition des services contrôles ont entrainé pas mal de déboires ,surtout pour les acheteurs de voitures . La course effrénée au profit ne peut qu'entrainer ces problèmes ! Pression sur les équipementiers etc A l'arrivée le dindon de la farce c'est toujours nous ...
hennebelle.marcel502 Le 03/04/2015 - 17:59
C'est avant tout, suite à des réductions drastiques des coûts amenant des problèmes réels de qualité. Dans les usines, on pinaille sur des points de détail sans importance, ce qui coûte très cher, et on laisse passer des erreurs de conception amenant de la " vraie non qualité " pour arriver à des coûts très élèves pour les corriger en concession.Ne pas oublier la maxime: " trop solide, ça ne casse pas.
Voir tous les commentaires (8)