Reconfinement. L'impact sur le trafic routier bien moins important
habillage
banniere_haut

Reconfinement. L'impact sur le trafic routier bien moins important

Avec un deuxième confinement moins strict que le précédent, l'impact sur le trafic routier ne pouvait pas être identique. Même si la circulation automobile a chuté de manière spectaculaire depuis le vendredi 30 octobre, elle demeure ainsi nettement plus importante qu'au mois de mars.

Par Johann Leblanc
Publié le

Lors de ce deuxième confinement, moins strict, la baisse de trafic est beaucoup moins spectaculaire qu'en mars dernier.

Clément Choulot, CLEMENT CHOULOT

Les boulevards des grandes villes déserts en pleine journée, même aux heures de pointe : ces scènes dignes d'un film d'anticipation, on les a bien vécues au mois de mars. Mais avec des écoles et des usines qui restent encore ouvertes, la circulation est forcément beaucoup plus soutenue lors de ce deuxième confinement. Les chiffres donnés par deux géants de l'information trafic sont là pour en attester. Alors que le taux moyen de congestion, permettant de connaître le niveau des embouteillages, se situait aux alentours de 4 à 7 % au printemps à Paris, d'après les statistiques de TomTom, on était encore à 17 % lundi 2 novembre et à 18 % le mardi. Un constat qui se vérifie aussi à Lyon, alors que Marseille atteignait même 25 % sur ces deux journées. On reste toutefois loin du triste record obtenu la veille du confinement, qui aura été carrément la journée la plus bouchonnée de l'année avec jusqu'à 140 % de congestion à 18 h, soit des temps de parcours largement plus que doublés par rapport à la normale !

A LIRE. Confinement : le guide pratique de l'automobiliste.

statistiques taux de congestion ou niveau d'embouteillages tomtom
Les taux de congestion observés par TomTom. En haut, plus le point est rouge, plus la journée est embouteillée. En bas, les points bleus correspondent aux journées qui ont été moins embouteillées qu'en 2019.


Un trafic proche de celui des vacances

Cela ne signifie pas que le trafic actuel soit celui d'une période classique pour autant. D'après Vincent Martinier, directeur de la communication TomTom pour l'Europe du Sud, "on se rapproche davantage de la circulation qui peut être observée lors des vacances scolaires." Les données de Waze, l'application de navigation la plus utilisée en France, viennent conforter ses dires, en indiquant une baisse du temps passé sur la route située entre 30 et 50 % dans les grandes villes françaises dès le vendredi 30 octobre, premier jour du reconfinement. Mais si on remonte au mardi 17 mars, qui marquait le coup d'envoi du précédent confinement, la chute dépassait déjà les 50 % partout, avant de dépasser les 80 % dès le lendemain.
 

Situation différente sans être anormale

evolution de la circulation
L'évolution de la circulation en France en 2020 d'après Waze jusqu'au 30 octobre. Si l'on observe bien une baisse de trafic lors de ce premier jour de confinement, elle est bien moindre qu'en mars.

Coyote confirme également cette tendance, en relevant une diminution de la circulation de seulement 14,1 % en moyenne sur la matinée du lundi 2 novembre entre 6 h et 13 h, et de 13,2 % en région parisienne entre 7 h et 9 h. La situation est donc cette fois-ci bien différente de celle du printemps dernier… ce qui n'est pas totalement surprenant, puisque les choses qui demeurent permises sont aussi beaucoup plus nombreuses, notamment pour les automobilistes. La France ne se classe d'ailleurs pas parmi les mauvais élèves : d'après Waze, les autres pays "reconfinés", comme la République Tchèque, enregistrent le même type de résultats.

A LIRE. Les déplacements qui restent autorisés en confinement.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
VotrePseudo Le 07/11/2020 - 16:34
Les écoles et lycées restent ouverts, expliquant une partie des trajets. Et il y a des gens qui bossent sans possibilité de télétravail, c'est mieux qu'être au chômage et faire couler sa boîte. Par ailleurs, c'est surprenant de la part d'une publi nous parlant de voitures, de s'insurger contre ce trafic automobile en période de confinement; un individu dans une voiture ne représentant en rien un danger de contamination. Je préfèrerais personnellement aller me balader 1h par jour en voiture, sans en sortir, pour me changer les idées sur les routes de notre belle région, plutôt qu'être assigné en résidence avec ausweiss. Ca ferait d'ailleurs tourner l'économie (TVA/TIPP/réparation en entretien automobile/vente de voitures).
Voir tous les commentaires (1)