Renault 5 (1972-1984). Les différentes versions s’exposent en vidéo
habillage
banniere_haut

Renault 5 (1972-1984). Les différentes versions s’exposent en vidéo

Renault a réuni plusieurs variantes de Renault 5 dans les locaux de sa division Classic à Flins, et les fait découvrir une à une à travers de courtes vidéos. La citadine fête en 2022 son 50ème anniversaire et s’apprête à revenir avec une nouvelle génération 100 % électrique.

Par MaxK
Publié le

Les Renault 5 de la police et de la DDE.

Renault

Il n’y a pas que dans les salons, comme à Rétromobile ou à Lyon, que la Renault 5 s’expose pour son 50ème anniversaire. Les locaux de Renault Classic, dans la ville de Flins où la R5 était produite, accueillent 20 exemplaires donnant un aperçu de la variété des déclinaisons du modèle. Cette exposition n’est hélas pas ouverte au public, mais se laisse découvrir en vidéo.

Un lancement haut en couleur

Outre la vue d’ensemble des modèles exposés, Renault s’attarde sur certains d’entre eux à travers de courtes vidéos dédiées. La première à y avoir droit est la Renault 5 TL, une finition faisant partie de la gamme de lancement et disponible en une multitude de couleurs vives, pour la carrosserie comme pour l’habitacle. Ces configurations contribuèrent à donner à l’auto une image sympathique à son lancement.

Des finitions pour tous les goûts

Alors que le segment des citadines dotées de protections de carrosserie façon SUV s’est développé dans les années 2010 (Dacia Sandero Stepway, Ford Fiesta Active, Hyundai i20 Active, Volkswagen Cross Polo…), Renault remet en lumière une R5 GTL de 1978. Celle-ci se distinguait, entre autres, aux bandeaux de plastique noir qui équipaient ses flancs. Il s’agit de la Renault 5 la plus vendue.

Autre finition remarquable mise à l’honneur : une TX de 1982 au positionnement haut de gamme. Direction assistée et vitres électriques étaient au menu, un luxe peu commun sur un si petit véhicule à l’époque.

Une R5 électrique dès les années 1970

Renault revient également sur la Renault 5 électrique. Car oui, entre 1972 et 1974, le constructeur produisit, en collaboration avec EDF, une centaine de R5 ainsi motorisées. Une rétrospective qui tombe à point nommé alors que Renault développe une nouvelle génération de R5 « zéro émission » pour mi-2024. Pour préparer le terrain, la firme au losange a récemment présenté le concept de R5 restomod électrique baptisé Diamant ainsi que des modèles d’époques converties à l’électricité par rétrofit avec l’aide du Méhari Club Cassis.

La R5 en tenue de sport avec Alpine

Deux Renault 5 Alpine sont mises à l’honneur. D’un côté, un modèle routier de 1979, préparé à Dieppe par les équipes du A fléché pour offrir 79 ch et un comportement bien plus affûté qu’à l’origine.

De l’autre, une version Groupe 2 ayant participé au Rallye de Monte-Carlo 1978 avec, au terme de cette épreuve inaugurale, une seconde et une troisième place sur le podium.

Renault 5 Turbo, le mythe

Sport toujours, Renault ne pouvait laisser de côté la R5 Turbo de 1985. Légende automobile s’il en est, celle-ci était animée par un moteur central-arrière suralimenté de 160 ch en version routière et se reconnaissait à ses ailes arrière larges logeant des prises d’air. Son alter ego de rallye brilla a de multiples reprises en compétition.

La R5, c’est aussi des utilitaires

Décidément modifiable pour tous les usages, la Renault 5 fut utilisée par divers services publics au cours de sa carrière. Le constructeur a ressorti des ses tiroirs un exemplaire modifié pour la police et un autre pour la DDE (Direction Départementale de l’Equipement).

Pour une poignée d’autre professionnels, il y eut la Le Car Van de 1979 modifiée par le carrossier Heuliez. Cette biplace tôlée n’oublie pas le style, et s’inspire de la R5 américaine (appelée Le Car) pour sa finition. Ce modèle est aujourd’hui extrêmement rare. L’un des quelque 450 exemplaires produits sera proposé aux enchères le 9 septembre 2022 à Saint-Brieuc, en Bretagne.

Étiquettes
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours