Vous êtes ici :

Renault Clio 5, Captur 2 et Mégane 4. L'hybride e-Tech arrive en 2020

En 2020, Renault proposera sur trois de ses modèles une motorisation hybride et/ou hybride rechargeable.
En 2020, Renault proposera sur trois de ses modèles une motorisation hybride et/ou hybride rechargeable.

[Mise à jour le 09/11/18] Pionnier de l'électrique, Renault va diversifier son offre en 2020 avec le lancement de la Clio 5 e-Tech Hybrid et, des Captur 2 et Mégane e-Tech Plug-in. Derrière ces appellations se cachent une transmission inédite.

[Mise à jour le 09/11/18] En plein Mondial de l’Auto, l’annonce par la Commission européenne de réduire drastiquement les émissions de CO2 (95 g/km en 2021 et environ 60 g en 2030) n’a guère interloqué les constructeurs. Elle les a juste confortés dans l’idée que l’électrification des moteurs thermiques est un passage obligé en attendant la démocratisation des véhicules 100 % électriques. 

 

Une architecture unique

Vingt ans après Toyota, Renault a dévoilé son système hybride. Sur l’établi des ingénieurs depuis 2011, l’e-Tech animait déjà en 2015 le concept Eolab et devait voir le jour en 2018. Un retard à l’allumage imputable aux désaccords avec Nissan - qui a étudié en parallèle l’architecture e-Power - et aux investissements à consentir. Décliné en hybride (e-Tech Hybrid) et hybride rechargeable (e-Tech Plug in), ce système repose sur une architecture unique comprenant un moteur 1.6 atmosphérique, d’origine Nissan, accouplé à boîte innovante et un peu folle d’où son nom de « locobox » en interne. La différence entre les deux architectures tient à la taille de la batterie : 1,2 kWh en hybride et 9,8 kWh en hybride rechargeable.

 

Architecture renault e-Tech Hybrid
Architecture e-Tech Hybrid...
Architecture e-Tech Plug in (rechargeable)
... et rechargeable e-Tech Plug in 

Avec ce système, la future Clio e-Tech Hybrid de 128 ch pourra parcourir environ 5 km en 100 % électrique (deux fois plus qu’une Toyota Yaris) et réduira sa consommation de 40 % en ville puisqu’elle roulera 70 % du temps en électrique. En rechargeable, la seconde version offrira une cinquantaine de kilomètres en mode zéro émission.

 

Une transmission innovante

Dans le but de proposer un système accessible financièrement, Renault a mis au point une transmission hybride particulière qui sera fabriquée dans l’usine de Cléon (76). Dépourvue d’embrayage, elle se compose d’un moteur électrique fourni par Nissan (celui des Qashqai et X-Trail hybrides vendus au Japon), de deux arbres primaires (voir le schéma), d’un arbre secondaire relié aux roues et de trois rapports (deux électriques et trois hybrides). Néanmoins, le brevet déposé récemment par Renault évoque un quatrième rapport qui selon nos informations équipera la boîte de série en 2020.

renault moteur 1.6 e-tech 128 ch

Dans les faits, le système démarre et fonctionne principalement en électrique, le couple du moteur thermique arrive en appoint ou s’additionne à celui de la machine électrique dans les modes hybrides. Au total, quinze modes différents sont prévus (électrique ville et route, hybride ville, route et autoroute…). S’ajoute le « smart charge » permettant de charger la batterie à l’arrêt : le 1.6 entraîne le moteur électrique qui se transforme en générateur.


Un second moteur électrique

Si cette transmission présente de multiples intérêts, son point faible demeure les à-coups lors du passage des rapports notamment en électrique, désagrément constaté sur le concept Eolab que nous avions essayé.

Le systÚme e-Tech dispose de deux moteurs électriques. Le principal fourni par Nissan assure la traction et la recharge, le secondaire gÚre le démarrage et la coupure du moteur thermique.
Le système e-Tech dispose de deux moteurs électriques. Le principal fourni par Nissan assure la traction et la recharge, le secondaire gère le démarrage et la coupure du moteur thermique.

Depuis, Renault, avec large concours de Nissan, a peaufiné son architecture avec la greffe d’une seconde machine électrique (de type alterno-démarreur) en prise directe sur le moteur thermique qui devrait gommer ce désagrément par la synchronisation électrique des changements de rapports. Il a aussi d’autres vertus : démarrage et coupure plus rapide du moteur, apport de puissance lors des dépassements ou récupération d’énergie à la décélération. Plus compacte et moins onéreuse qu’une transmission automatique électrifiée (double embrayage ou boîte auto classique) et dépourvu de l’effet moulinette inhérent au train épicycloïdal de Toyota, l’e-Tech de Renault arrivera à point nommé pour répondre à la demande croissante des clients en matière d’hybride.

 

Comment ça marche ?

Schéma technique de la transmission renault e-Tech
Schéma technique de la transmission du système e-Tech


Cette boîte comporte un arbre primaire plein (1), relié au bloc thermique (2), et qui comporte le pignon de 3e (6). Un autre creux (4), traversé par l’arbre (1), est relié au moteur électrique (3). Les deux arbres peuvent être connectés par un crabot (5). L’arbre secondaire (7) comporte deux rapports, pignon de 1re (10) et de 2e (8), et il est relié aux roues avant via le différentiel (11). Cet arbre peut être associé à l’arbre primaire par un système de crabotage (9).

 

Sur quels modèles ?

Les deux systèmes hybrides e-Tech sont prévus pour les véhicules urbains et compacts à partir de 2020.

renault clio 1.6 e-Tech hybrid 128 ch 2020
La nouvelle Clio 5 inaugurera le système 1.6 e-Tech Hybrid de 128 ch début 2020
renault captur e-Tech plug in
Le Captur 2 sera disponible en hybride rechargeable puis en hybride vers l'automne 2020.

La nouvelle Clio 5 (lancée au printemps 2019) inaugurera la déclinaison hybride de 128 ch début 2020, alors que la Mégane restylée bénéficiera de la variante hybride rechargeable. Celle-ci équipera officiellement la seconde génération du Captur (commercialisée début 2020) vers l’automne. En revanche, le constructeur a oublié de préciser que le SUV urbain sera aussi décliné en hybride. L’hybride sera aussi de la partie sur le futur Kadjar, prévu en 2021, mais avec une architecture différente.

 

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Tantan62

Monsieur Pelletier, Renseignez-vous un minimum, le boite n'est pas fabriqué à Cléon (76) mais à Ruitz dans le Pas de calais (62) STA (Groupe Renault) Cordialement

kiwail

Des annonces bien décevantes ! On attend beaucoup plus niveau autonomie.

Zefram5

Bonjour, vous dites que l’autonomIe sera 2 fois supérieure à la Toyota Yaris. Encore heureux, celle-ci est sortie en 2012. Quand sortiront les Renault Clio hybrides elles auront 8 ans de retard !!!

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
A Lire aussi
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de la Renault Clio