Vous êtes ici :

Renault Eolab : les secrets du système hybride rechargeable

Essai Renault Eolab
Essai Renault Eolab

Dévoilé au Mondial de l'automobile, le prototype Renault Eolab nous a réservé ses faveurs sur le circuit de Mortefontaine (60). L'occasion d'essayer quatre ans avant la première application en série l'inédit système hybride rechargeable Z.E. Hybrid dont la boîte de vitesse révèle quelques secrets.

Faire des hybrides rechargeables, tous les constructeurs savent ou peuvent le faire. A un tarif compétitif sans aides fiscales, ce n’est plus la même musique. Renault pratique la politique du « less is more » (moins c’est mieux) en développant une chaîne de traction économique. La réduction drastique du poids le permet aussi en retenant un petit moteur trois-cylindres 1.0 de 75 ch et 95 Nm (celui de la Twingo).
Schéma de la chaîne de traction hybride rechargeable des futures Renault.
Schéma de la chaîne de traction hybride rechargeable des futures Renault.

De même, la batterie étudiée par le CEA ne représente qu’un tiers (6,7 kWh) de celle de la Zoé. Mais toute l’ingéniosité tient dans la boîte de vitesse qui a des similitudes avec une à double embrayage. Sauf qu’à la place de ce dernier, les ingénieurs ont intégré le moteur électrique (de type discoïde ici) d’une puissance de 50 kW (68 ch).

A Lire. Renault Eolab, la matrice des futurs modèles

Le futur est en marche


Si Renault parle d’une première application en 2018 (sur la Mégane IV ?), cette chaîne de traction équipera d’autres modèles. Et pourquoi pas des Nissan, le constructeur japonais ayant émis des avis très favorables.

A lire. SCOOP la Renault Mégane IV est prête

Jean-Pierre Fouquet (chef du projet Z.E. Hybrid) n’exclut pas la possibilité, selon les véhicules, d’utiliser un moteur plus gros (un 1.6 tourne en interne sur des mulets) et d’ajouter des rapports à la boîte de vitesse. En revanche, pas de question de greffer un moteur diesel, un système mild hybrid 48V lui étant réservé.

Essai Renault Eolab
Essai Renault Eolab
Eolab en chiffres
  • 1 l aux 100 km
  • 2 à 3 heures (recharge)
  • 360 km (autonomie)
  • 18 l (réservoir)





Exclusif ! Au cœur de la boîte 3 rapports
Schéma du brevet du système Renault Z.E. Hybrid.
Schéma du brevet du système Renault Z.E. Hybrid.

Cette boîte comporte un arbre primaire plein (1), relié au bloc thermique (2), et qui comporte le pignon de 3ème (6). Un autre creux (4), traversé par l’arbre (1), est relié au moteur électrique (3). Les deux arbres peuvent être connectés par un crabot (5). L’arbre secondaire (7) comporte deux rapports, pignon de 1ère (10) et de 2ème (8), et il est relié aux roues avant via le différentiel (11). Cette arbre peut être associé à l’arbre primaire par un système de crabotage (9).


Dans le mode de fonctionnement, cet hybrid rechargeable fonctionne en 100% électrique sur le 1er rapport jusqu’à 70 km/h puis le second jusqu’à 120 km/h. Au-delà, le moteur 1.0 se met en route sur le 3ème rapport.

Toutefois en fonction de la vitesse, et de la charge de la batterie, trois modes hybrides sont proposés (hybride ville, route et autoroute) cumulant les deux sources d’énergie en accélération ou pour faire de la recharge batterie.

Dans le cas où la batterie est vide, et dans l’impossibilité de démarrer le véhicule, le mode « recharge bord de route » active le bloc thermique. Au freinage, les deux moteurs sont désolidarisés des roues pour alimenter la batterie.

Premier galop d'essai
Rendez-vous pris au circuit de Mortefontaine (60), l’Eolab nous attendait pour un petit  d’essai. Première surprise :  le réalisme de ce prototype. Excepté les caméras en guise de rétroviseurs, on retrouve tous ses repères à bord.


Sélecteur enclenché sur Drive, l’Eolab s’anime en silence en 100% électrique et ce sur les deux premiers rapports qui s’égrènent en douceur. Avec la vitesse, le bloc 1.0 à essence entre dans la danse avec à-coup.

En revanche, la cure d’amaigrissement se ressent sur les prestations dynamiques, Renault annonçant un 0 à 100 km/h en 9 secondes. Avec 60 km d’autonomie en électrique plus environ 300 km grâce au réservoir de 18 l (dont la capacité sera revue sur un véhicule de série), ce véhicule Z.E. Hybrid est plus séduisant qu’un électrique pur.

Essai Renault Eolab
Essai Renault Eolab
Le système Z.E. Hybrid recharge sa batterie en 2 à 3 heures.
Le système Z.E. Hybrid recharge sa batterie en 2 à 3 heures.
D’autant plus que 2 à 3 heures suffisent pour recharger la batterie sur une prise domestique. Seul bémol, la consommation de 1 l aux 100 km se transforme en 3,6 l aux 100 km dès que la batterie est déchargée.

Les ingénieurs ne s’en cachent pas, le rendement moteur fait partie des points à optimiser (cycle, frottement, thermomagement…). De quoi encore gratter sur la consommation.



Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
Voir tous les commentaires (15)
bizarre603

Voiture 1 litre au 100 avec un réservoir de 18 litres que 360 km ?? Alors ça devrait fait 1800 km . C'est pas rentable avec 18 de gasoil sur une voiture de plus 13 ans toi je fais 400 km .. mdr

seigle.michel061

enfin une proposition qui semble pour une fois raisonnable. ici, point de limite d'autonomie dissuasive d'un côté, ni d'hybride à la puissance inutilement démesurée. non, juste de quoi rouler dans le cadre des limites imposées par le code de la route, avec espérons le donc une réduction significative de la conso. reste que Renault s'y prend très tard, et, arrivera très tard sur le marché. mais bon rien ne sert d'aller trop vite, si c'est pour proposer comme audi/W des voitures inutilement performantes en accélération ou vitesse, mais, sans réelle amélioration coté conso. une A3 sportback hybride avec 30 km réels d'autonomie électrique, et, 7l/100 de conso sur route une fois la batterie épuisée ça ne présente (pour moi) aucun réel intérêt. reste à ce qu'une fois devenu modèle de série, la batterie ne soit pas trop riquiqui, (ça coute cher) et que le groupe propulseur soit réellement efficace et agréable. depuis la sortie de la volt de GM, je me promet que ma prochaine voiture sera une hybride,et, j'en ai depuis changé depuis 3 fois sans qu'aucun modèle sorti entre temps de réussisse à me convaincre. la balle est dans le camps des constructeurs....

pierre.pradel56096

L'essentiel c'est la possibilité de rouler en électrique en agglomération puis en thermique sur longue distance avec mixité en cas de besoin (dépassement et côte). Si le prix est contenu avec de plus l'avantage fiscal lié à l'électrique c'est vraiment un véhicule intéressant.

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque
Nouveau
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Renault