Renault K-ZE. La citadine électrique arrivera en 2021 chez Dacia

voir les photos
renault K-ZE dacia 2021
Commercialisée depuis le mois d'octobre en Chine, la Renault K-ZE est en route pour l'Europe. Elle y sera commercialisée en 2021 dans la gamme Dacia.

Confirmée pour le marché européen par Gilles Normand, le patron du programme électrique de Renault, la Renault K-ZE arrivera plus tôt que prévu. En effet, la citadine électrique sera commercialisée courant 2021, avec le logo Dacia, et elle serait alors la moins chère du marché (15 000 €).

[Mis à jour le 03/03/2020] A l'occasion de l'annonce des résultats le 14 février, le groupe Renault a officialisé la commercialisation d'une citadine électrique Dacia. Qui sera une cousine de la Renault City K-ZE vendue en Chine depuis 2019. Depuis, le constructeur a dévoilé un showcar le 3 mars, baptisé Spring Electric, qui annonce clairement la couleur.

***

Il n’y a jamais de fumée sans feu. Au mois de septembre, Thierry Bolloré, ex-patron de Renault, déclarait au salon de Francfort que le groupe commercialiserait la Renault K-ZE en Europe dans cinq ans à un prix de 10 000 €. Un effet d’annonce comme un pavé dans la marre de Volkswagen qui lançait son offensive électrique. Des propos qui ont été confirmés fin octobre par Gilles Normand. Bref, la version européenne de la Renault K-ZE semble en approche et plus tôt que prévu.


Un passage obligé

Selon des sources internes, le groupe Renault commercialisera cette citadine électrique abordable courant 2021 dans le réseau Dacia. Pourquoi ce choix ? D’une part, il serait mal venu de lancer la K-ZE sous la marque au Losange alors que la future Twingo 4 sera 100 % électrique (horizon 2022). D’autre part, en matière de réduction des émissions de CO2, Dacia est un caillou dans la chaussure du groupe avec une moyenne d’environ 125 g en 2018 (calculé en WLTP). La marque roumaine est loin des 95 g/km imposés à fin 2020, mais le calcul généralisé à l’ensemble du groupe lui sauve pour l’heure la mise.

En mars 2019, Marc Suss (directeur du programme Global Access) rappelait que l’électrification chez Dacia n’était pas une option, puisque l’Europe imposera aux constructeurs que 15 % de leur production soit constitués de véhicules hybrides rechargeables et électriques en 2025, puis 30 % à l’horizon 2030. Coup de massue supplémentaire, la réduction des émissions se poursuivra (-15 % en 2025 et -37,5 % en 2030 par rapport au seuil de 2021).


Contrer Volkswagen et Suzuki

Renault K-ZE chine
Renault K-ZE
Renault K-ZE planche de bord
Renault K-ZE

Leader de l’électrique en Europe, Renault doit faire face à l’appétit du groupe Volkswagen qui a fait de l’électrique son cheval de bataille. Au point de vouloir casser le marché en imposant une guerre des prix. Pour preuve, la nouvelle Seat Mii Electric a augmenté son autonomie tout en réduisant son tarif (à partir de 21 920 €, soit moins de 16 000 € avec bonus). Ce tarif sera même légèrement inférieur sur la Skoda Citigo iV. La riposte s’appelle K-ZE, une citadine électrique (3,73 m) produite en Chine par eGT New Energy, joint-venture née en 2017 entre l’Alliance Renault-Nissan et DongFeng. Après avoir inventé la voiture low cost, le français ne serait-il pas en passe de refaire le même coup sur le marché de l’électrique ? Pas sûr, car Suzuki nous a confirmé l'arrivée d'une citadine électrique en 2021, fabriquée en Inde et qui prendra une autre forme que la nouvelle S-Presso.


Etudiée pour l’Europe

La Renault K-ZE est équipée d'un moteur électrique de 45 ch.
La Renault K-ZE est équipée d'un moteur électrique de 45 ch.

Si sa cousine thermique, la Kwid, ne répond pas aux standards européens, la K-ZE dispose d'une nouvelle plateforme CMF/A à vocation mondiale. Son moteur électrique de 33 kW (45 ch et 105 km/h) est alimenté par une batterie lithium-ion de 26,8 kWh et l’autonomie est de 271 km (cycle NEDC), voire 350 km en usage urbain (à 60 km/h maxi). Quant à la recharge, il faut 30 minutes pour récupérer 80 % de la capacité sur une prise rapide. Côté équipements, la K-ZE est loin d’être dépouillée puisqu’elle peut recevoir la caméra de recul, le système multimédia sur écran tactile de 8 pouces, le GPS, et un bloc d'instrumentation partiellement digitale...


A quel prix ?

En Chine, la K-ZE est facturée de 7 200 à 9 200 €. Si Thierry Bolloré a avancé un prix de 10 000 € (bonus écologique de 6 000 € déduit ?), Eric Feunten a parlé de 14 000 à 15 000 € lors des essais de la nouvelle Zoé. Et probablement pour la version d’entrée de gamme. Par conséquent, la Dacia K-ZE serait la voiture électrique la moins chère du marché français (entre 10 000 à 15 000 € bonus écologique déduit).

Renault K-ZE
Renault K-ZE

La batterie représentant le gros du prix de ce type de véhicule, elle se contentera d’une capacité de batterie moyenne, suffisante pour un usage urbain. D’ailleurs, Renault pressent déjà son succès dans le covoiturage : « Les jeunes loueront ce genre de véhicule et c’est pourquoi nous croyons que le jour où un véhicule électrique du segment A arrivera sur le marché européen, il pourrait avoir un énorme succès en matière de covoiturage. » Olivier Murguet, Directeur Commerce et Régions chez Renault.


Où sera-t-elle produite ?

Fengxing T1EV, cousine de la Renault K-ZE avant
Fengxing T1EV
Fengxing T1EV, cousine de la Renault K-ZE habitacle
Fengxing T1EV

Pour contenir les coûts et afficher un tarif ultra-compétitif, la Dacia K-ZE sera très proche de ses cousines chinoises (Renault, Fengxing, Venucia), seul le style de la partie avant sera mis à la sauce Dacia. D’autre part, le constructeur roumain ne chassant pas les étoiles aux crash-tests EuroNcap, il ne l’équipera pas de la kyrielle d’aides à la conduite qui gonfle les coûts de fabrication (PRF). Le deuxième poste de dépense demeure le coût de la main-d’œuvre. Plusieurs solutions sont envisageables : l’usine de Pitesti en Roumanie, celle de Tanger au Maroc ou l’usine de l’actuelle Renault K-ZE à Shiyan. Néanmoins, la première tourne à plein régime pour produire le Duster, alors que la deuxième nécessite de gros investissements industriels pour passer à l’électrique. Par conséquent, l’importation depuis la Chine serait la piste la plus probable. A moins que l'usine indienne n'entre dans la danse. Réponses dans les prochains mois…

Partager cet article
À lire aussi
Mots clés
Commentaires
La Rédaction

Confirmée pour le marché européen par Gilles Normand, le patron du programme électrique de Renault, la Renault K-ZE arrivera plus tôt que prévu. En effet, la citadine électrique sera commercialisée courant 2021, avec le logo Dacia, et elle serait alors la moins chère du marché (15 000 €).

Réagir à cet article
Envoi en cours
L'argus  en kiosque numérique
L'argus  en kiosque numérique
Recevez notre newsletter !

Nos articles vous intéressent ? Abonnez-vous !

Recevez par e-mail toutes les infos de Dacia
Recevez par e-mail toutes les infos de la Renault Kwid