Renault Kadjar : une version hybride rechargeable essence pour 2018
habillage
banniere_haut

Renault Kadjar : une version hybride rechargeable essence pour 2018

A l'occasion du salon de Genève, Nissan a annoncé, contre toutes attentes, la commercialisation d'une version hybride rechargeable essence sur le Qashqai. Une architecture qui sera aussi partagée avec le Renault Kadjar en 2018. Révélations.

Publié le

Commercialisé au mois de juin, le Renault Kadjar comptera aussi une version hybride rechargeable essence à compter de 2018.

Didier Ric

L’hybride rechargeable. Les constructeurs n’ont que ce mot à la bouche. Et pour cause, la Chine en a fait, avec l’électrique, son cheval de bataille via le programme NEV (New Energy Vehicle) dont les véhicules éligibles bénéficient d’une aide à l’achat. Par conséquent, le Kadjar qui sera la première Renault produite en Chine se doit de proposer ce type de chaîne de traction.


Sur Qashqai puis Kadjar

Développement Nissan oblige, le Qashqai aura la primeur du système hybride rechargeable en 2018.
Au cours d’une interview, Alain Raposo, vice-président de l’ingénierie moteurs et véhicules électriques au sein de l’Alliance Renault-Nissan, nous a évoqué le dossier hybride rechargeable.

Baptisée ZEOD (Zéro Emission On Demand), cette chaîne de traction sera inaugurée en 2018 sur le Nissan Qashqai puis dans la foulée sur le Renault Kadjar

A lire. Kadjar/Qashqai : le jeu des 7 erreurs

Elle est compatible avec la nouvelle plateforme CMF C/D à savoir sur les Nissan Qashqai, Renault Kadjar, Laguna IV, Espace V et futur Koleos.


Une architecture Nissan

Le coeur du système hybride du Nissan Pathfinder sera repris sur le Renault Kadjar.
Elle se basera sur celle de la version hybride du Pathfinder (modèle différent de celui connu en Europe) déjà commercialisé aux Etats-Unis qui associé un 2.5 T à essence de 250 ch à un moteur électrique de 15kW.

Si ces deux éléments ne seront pas repris, le cœur du système sera identique. Ce système comprend un moteur électrique pris en sandwich par deux embrayages, l’un relié au moteur thermique et l’autre à la boîte à variation continue X-Tronic CVT.


50 km d’autonomie en 100% électrique

Positionné à la place du convertisseur de couple, le moteur électrique fonctionne également comme un générateur, transmettant l’énergie de la boîte CVT à la batterie lithium-ion au moment du freinage.

Les deux embrayages s'ouvrent et se ferment en fonction des modes : 100% électrique, hybride, recharge de la batterie...
En mode 100% électrique (environ 50 km d’autonomie) l’embrayage est fermé entre la boîte et le moteur électrique pour assurer la traction alors que le second embrayage reste ouvert afin de laisser le moteur thermique à l’arrêt. Dès que le conducteur sollicite de la puissance, cet embrayage se ferme pour entraîner l’ensemble bloc thermique-moteur électrique-boîte.

Développée pour le marché mondial, cet hybride essence rechargeable devrait probablement utilisé le moteur 1.6 TCe de 200 ch, prévu pour la base CMF et qui équipe le nouveau Renault Espace.
Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
11troyes706 Le 31/07/2015 - 09:39
Tous simplement faire du fric sur le dos des gugusses !
martinsyv28025 Le 02/06/2015 - 14:01
Pour les entreprises, la TVA est récupérable totalement ou partiellement pour le diesel, mais pas pour l'essence. Si le gouvernement corrige cette aberration, les choses pourront évoluer...
bridoux.f035 Le 15/04/2015 - 11:34
Bonjour à tous, autant je trouve intéressant de voir des assistances électriques arriver dans les voitures d'exception afin de booster la puissance en minimisant l'impact environnemental, autant je trouve inacceptable pour des marques généralistes de proposer l'hybridation uniquement sur des moteurs déjà très puissants, je pense que le moteur thermique ne devrait pas exéder 100 ch ce qui ferait avec l'assistance électrique un véhicule d'une puissance comprise entre 120 et 150 ch, ce qui est largement suffisant étant donné les contraintes de circulation actuelles. Cela se ressentirait aussi au niveau du prix d'achat et populariserait cette alternative en attendant le tout électrique via l'hydrogène pour l'autonomie. A méditer !
Voir tous les commentaires (11)