Renault Mégane ou Mégane E-Tech Electric (2022). Laquelle choisir ?
habillage
banniere_haut

Renault Mégane ou Mégane E-Tech Electric (2022). Laquelle choisir ?

Depuis septembre 2021, il n'y a plus une mais deux Mégane au catalogue Renault. Au côté de la traditionnelle compacte (également déclinée en break), le constructeur au losange propose un crossover 100 % électrique. Quels sont ses atouts face à la berline ? L'argus vous propose un comparatif.

Publié le Mis à jour le

La Mégane E-Tech Electric (à gauche) rejoint le catalogue au côté de la Mégane 4.

Matthieu Méheust

Renault déploie son offre électrique à travers une Mégane qui n’a plus rien de commun avec la compacte lancée en 1995, si ce n’est son nom ! Le nouveau modèle, qui rejoindra les concessions en mars 2022, est un crossover compact 100 % électrique. Cette carrosserie n’a pas vocation à remplacer la berline, du moins dans un premier temps. Jusqu’en 2024, les deux autos cohabiteront dans la gamme. D’où l’idée de L’argus d’organiser un petit face-à-face.

Plutôt berline ou crossover ?

La Mégane Electric a les atours d'un crossover avec ses passages de roue marqués et sa garde au sol rehaussée.
La Renault Mégane a été présentée en 2015. La compacte de quatrième génération a été restylée en 2020.

À l’origine, la Mégane E-Tech Electric n’aurait pas dû hériter de ce patronyme puisque Renault envisageait un SUV citadin électrique. A son arrivée en juillet 2020, Luca de Meo a réorienté le projet vers un véhicule du segment compact pour contrer la Volkswagen ID.3, tout en conservant un nom « qui parle à tout le monde ». La Mégane E-Tech Electric adopte un style très différent de celui de l'actuelle Mégane. Elle reprend tous les atours des SUV avec une garde au sol surélevée, des passages de roue marqués et de grandes roues (20”). Sans surprise, 90 % du look est issu du showcar eVision présenté en novembre 2020. Le nouveau logo stylisé vient se greffer dans la calandre et une signature inédite à l’avant comme à l’arrière distingue la nouvelle venue. A l'arrière, le nom Mégane est toujours apposé sur le hayon en toutes lettres sous le logo avec pour seule différence la présence d’un petit e doré, qui distingue cette version électrique. De profil, outre la ligne spécifique au crossover, la Mégane E-Tech Electric troque ses traditionnelles poignées de porte pour un dispositif affleurant, plus aérodynamique. Idem à l'arrière, les poignées arrière sont dissimulées mais dans le montant.

Les poignées de porte à l'avant sont affleurantes pour optimiser l'aéro de la Mégane E-Tech Electric.
À l'arrière, les poignées ont été cachées dans le montant C pour faciliter l'écoulement de l'air.


Des dimensions différentes…

La Mégane E-Tech Electric adopte la plate-forme CMF-EV, dédiée aux véhicules électriques de l’Alliance Renault-Nissan et qu'a inaugurée le Nissan Ariya. D’un point de vue dimensions, la compacte est plus imposante que le crossover. La Mégane mesure 4,36 m quand la version 100 % électrique culmine à 4,21 m. Un gabarit très proche de celui d’un Peugeot e-2008. Trois centimètres plus étroite que sa consœur à moteur thermique, la nouvelle Mégane est en revanche plus haute. Elle culmine à 1,50 m (+ 6 cm) et prend aussi l’avantage question empattement avec ses 2,70 m (+ 3 cm). Est-ce qu’à bord les passagers en profitent ?

Dimensions Mégane VS Mégane E-Tech Electric

  Mégane 4 Mégane E-Tech Electric
L x l x h (m) 4,36 x 1,81 x 1,44 4,21 x 1,78 x 1,50
Empattement (m) 2,67 2,70
Coffre (l) 308 à 1367 (selon version) 440-nc

À LIRE. Renault Mégane E-Tech Electric (2022) vs Peugeot e-2008. Premier match

L'ancienne Mégane est plus longue et plus large que la nouvelle venue. En toute logique, le crossover est plus haut.

 

… et une habitabilité en retrait pour l'électrique

Ce n’est pas Byzance à bord de la version électrique. C’est même le contraire ! La compacte se révèle plus accueillante avec une banquette suffisamment longue pour accueillir trois passagers et offrant, qui plus est, un bon maintien des cuisses grâce à des assises plus creusées. Dans le crossover, il faut jouer des coudes. La banquette est plus étroite, et les assises plus courtes. On perd 4 cm au niveau des coudes et 6 cm aux épaules.

Aux places arrière, la banquette étroite n'est pas accueillante pour trois.
La place centrale de la Mégane 4 est vaste. Trois passagers peuvent prendre place à l'arrière.

Les caves à pieds ne sont pas aussi creusées que dans la berline. Et pour cause : le plancher est totalement plat. La batterie est logée dans le plancher. Sièges avant au plus bas et très reculés, les occupants se retrouvent vite coincés. En revanche, l’espace aux jambes est sensiblement le même. Quant à l’accès et à la sortie, ils sont plus aisés dans l’habitacle de la Mégane E-Tech en raison du positionnement en hauteur de la cabine.

Nos mesures d'habitabilité Mégane E-Tech Electric vs Mégane

  Mégane 4 Mégane E-Tech Electric
Largeur aux coudes AV/AR (cm) 149/142 141/138
Largeur aux épaules AV/AR (cm) 143/138 140/132
Garde au toit AV/AR (cm) 96/92 99/93
Espace aux jambes places AR (cm) 28 27
Longueur assise arrière (cm) 45 47


Côté coffre

Le coffre est plus important sur le modèle électrique que sur la version hybride. En revanche...
... il n'y a pas de plancher modulable, et lorsque les banquettes sont rabattues le fond n'est pas plat.

Côté coffre, le crossover Mégane dispose de 440 l, là où la berline n’offre que 402 l de capacité. Sur le papier, le match est gagné. La réalité est tout autre. Le chargement dans la soute de la nouvelle Mégane se complique : outre un seuil plus élevé (80 cm vs 77 cm), il n’y a pas de plancher modulable. Du coup, pas de surface plane. Et pour tomber sur le fond du compartiment, il faut regarder 28 cm plus bas. Avec une telle marche, plus besoin d’aller à la salle de sport ! Le transbordement des courses vous musclera tout autant. 

Nos mesures de coffre Mégane E-Tech Electric vs Mégane

  Mégane 4 Mégane E-Tech Electric
Volume en 5 places (l) 394 (diesel)
473 (essence)
308 (hybride)
440-nc
Hauteur du seuil (cm) 77 80
Hauteur sous tablette (cm) 45 67
Hauteur maximale (cm) 67 91
Largeur passages de roue/max (cm) 101/125 95/95
Profondeur 5 places/banquette pliée (cm) 75/164 79/165
Ouverture : hauteur/largeur (cm) 66/107 64/100


Un habitacle modernisé

Les adeptes de nouvelles technologies ne pourront qu’être conquis par l’habitacle de la Mégane E-Tech Electric. La planche de bord inaugure une toute nouvelle implantation en L avec une console centrale comme en lévitation. Au sommet trône toujours un écran au format portrait. Il mesure 9 pouces et jusqu'à 12 pouces sur les finitions les plus chic. Les accès rapides vers les commandes de climatisation ont été conservés. Dans le prolongement de cette tablette, on trouve un chargeur à induction. Au plancher, Renault a installé de nombreux rangements ( 30 l au total à bord) avec des espaces modulables à souhait.

Un chargeur à induction fait son apparition dans la Mégane Electric.
La disparition du levier de vitesses offre plus de rangements.

Le levier de vitesses, lui, a migré derrière le volant. Il y retrouve le satellite de commandes de la radio, cher à Renault depuis des années, et les palettes dédiées à la récupération d’énergie au freinage. Trois commandes, d’un seul et même côté du volant (à double méplat), ce n’est finalement pas si ergonomique que ça ! Outre ses compteurs 100 % numériques, la Mégane « new generation » profite de services connectés (Hey Google), peut désormais se garer toute seule et reçoit de série un rétroviseur-caméra. Un équipement indispensable tant la visibilité arrière est limitée !

Le rétroviseur-caméra est indispensable pour élargir son champ de vision. Les montants arrière sont très imposants.

Et l’ancienne Mégane dans tout ça ? Elle a su rester dans le coup, particulièrement avec cette finition RS Line aux matériaux valorisants et pourvue de sièges baquets en Alcantara. Une finition chic, et chère, qui accueille une tablette centrale de belle taille et des compteurs 100 % numériques (ce qui n'est pas le cas de toutes les finitions). Par ailleurs, la Mégane profite d'un équipement que la Mégane e-Tech Electric n'aura pas : un toit ouvrant.

La Mégane 4 profite d'un toit ouvrant, alors que la nouvelle Mégane n'en a pas du tout.


Quoi de neuf sous le capot ?

La Mégane E-Tech Electric ne laisse pas le choix de l'énergie, juste de la puissance (136 ou 218 ch).

Dans la foulée de son restylage (fin 2020), la Mégane 4 a enrichi son catalogue de motorisations. En mai 2021, une version hybride rechargeable de 160 ch a été lancée. Ce bloc, capable de parcourir jusqu’à 50 km en mode électrique, vient compléter une offre 100 % thermique composée de trois essence de 115, 140 et 300 ch, ainsi que d’un diesel de 115 ch. Le constructeur au losange réserve le roulage à l’électrique au crossover Mégane. Le modèle fait ainsi le trait d'union entre le monde d’aujourd’hui et celui de demain. Deux niveaux de puissance sont proposés sur la version zéro émission : 130 ou 220 ch. Le premier ne fait équipe qu’avec la petite batterie de 40 kWh et profite d’une autonomie de 300 km (WLTP). Le second reçoit des accus de 60 kWh avec au choix un chargeur de 7 kW AC (Super Charge) ou 22 kW AC (Optimum charge). Dans cette configuration, la Mégane E-Tech Electric serait capable de parcourir jusqu’à 450 km avec une charge. Notre premier essai a laissé apparaître une consommation bien maîtrisée.

La Mégane E-Tech Electric est disponible avec deux chargeurs intégrés : 7 kW AC (Super Charge) ou 22 kW AC (Optimum charge).
La Mégane 4 laisse le choix entre un moteur Diesel, plusieurs essence et une version hybride rechargeable (ici en photo).


Au passage en caisse

Difficile de comparer les prix entre ces deux Mégane à la philosophie complètement différente. Le ticket d’entrée de la berline actuelle (dans sa version hybride rechargeable) démarre à 38 000 € et peut grimper jusqu’à 41 600 € en finition RS Line, qui profite notamment d’un look plus sportif et de sièges baquets. 

Les deux modèles, au positionnement différent, vont cohabiter au catalogue jusqu'en 2024 et la retraite de la berline.

L’argus estime que le prix de base de la Mégane 100 % électrique pourrait démarrer autour de 34 000 € (hors bonus écologique) avec un équipement relativement complet. Dès la finition de base, le crossover reçoit une climatisation manuelle (automatique en option), un tableau de bord numérique de 12 pouces, des projecteurs à LED ou encore un écran multimédia tactile de 9 pouces. Mais il est dépourvu de GPS (optionnel).
 

Bilan : à chaque Mégane sa fonction !

Difficile pour un constructeur de se séparer d’un nom connu de tous. Alors Renault a décidé d’en réhabiliter certains en brouillant les pistes. On parle aujourd’hui de la Mégane, mais le patronyme Scénic qualifiera un SUV familial (HCB) en 2023 et celui d'Espace, autre chose qu'un monospace…  Il faut bien changer d’ère !

La Renault Mégane E-Tech Electric est assemblée en Franceà Douai. La Mégane 4 est, quant à elle, produite en Espagne.

Avec la Mégane, Renault se battra face aux Peugeot 308 et Volkswagen Golf, tandis que le crossover rivalisera avec les e-2008 et ID.3. Si le look du nouveau modèle et sa motorisation, qui devient presque incontournable sur le marché aujourd'hui, sont appréciables, on regrette que l'habitabilité soit en retrait et que l'intérieur manque d’aspects pratiques. En revanche, les prix de ce modèle alternatif semblent plus attractifs, du moins dans la finition de base. Il faudra attendre la fin de l'année pour se faire une idée plus précise. 
 

Commercialisation en mars 2022

La Mégane E-Tech Electric a débuté sa production à Douai (Nord), dans une usine entièrement repensée pour produire des véhicules zéro émission, tandis que la traditionnelle berline Mégane continuera à être fabriquée en Espagne jusqu'à sa retraite courant 2024. Le crossover rejoindra les concessions en mars 2022.

L'argus remercie vivement le Domaine de Grand'Maisons à Villepreux (Yvelines) pour sa disponibilité et son accueil.

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
Don92 Le 15/11/2021 - 17:10
Pourquoi l avoir fait si étroite ? 1.78 soit moins que la clio 5 c est quand même bizarre ce choix, du coup la largeur aux coudes est vraiment petite. Pareil pour la longueur, 5 cm en plus pour les passagers n auraient pas été de trop
Hadora Le 14/11/2021 - 18:39
Je n'ai pas compris en quoi le fait d'être plus haute était mieux (ce qui est pourtant clairement dit par la journaliste) : J'attends de voir une comparaison entre 2 Ferrari dont une serait surélevée de 10cm pour voir laquelle est la plus agréable à regarder... Ici c'est pareil, d'un côté on a une compacte élégante et dynamique, de l'autre on a un truc moche et mal proportionné (c'est presque pire que les SUV...)
Tesener Le 14/11/2021 - 17:32
"A son arrivée en juillet 2020, Luca de Meo a réorienté le projet vers un véhicule du segment compact": Laissez moi rire, en juillet 2020 tout était déjà claveté, et à part le nom et un peu de cosmétique ici ou là, De Méo n'y est pas pour grand chose, il suffit de regarder le showcar e-vision.
Voir tous les commentaires (5)