Renault Mégane RS. Clap de fin en 2023
habillage
banniere_haut

Renault Mégane RS. Clap de fin en 2023

Unique survivante de la gamme R.S, la Mégane achèvera sa carrière fin 2023. Elle mettra un point final à la saga des Renault Sport. L'avenir va se poursuivre sous le label "Alpine Sport" qui développera une gamme de sportives électriques.

Publié le

Restylée au mois de septembre, la Mégane RS tirera sa révérence en 2023. Elle marquera la fin d'une tradition de sportives thermiques chez Renault.

Les sportives françaises, une espèce en voie de disparition ? C’est du moins le cas pour les modèles équipés d’une motorisation thermique. A l’occasion de la présentation de la Mégane eVision, Ali Kassai (responsable des produits futurs du groupe Renault) nous a glissé dans le creux de l’oreille que la fin de carrière de la Mégane R.S. était programmée pour dans trois ans. Ce qui correspond, grosso modo, au cycle de vie d’un véhicule puisque la sportive vient d’être restylée en septembre. Sa rivale, la Peugeot 308 GTI, rendra les armes bien avant puisque le dernier exemplaire sortira de l’usine de Sochaux à la fin du mois de novembre.

A LIRE. Peugeot arrête les GTI : retour sur une formidable saga


Sportives électriques Alpine Sport

Une nouvelle Mégane électrique, dont voici le modèle de série illustré, sera lancée début 2022. Elle disposera d'une version sportive qui portera la griffe d'Alpine Sport.

Pénalisées par le malus écologique et par la réduction des émissions de CO2 imposée par l’Europe, les sportives doivent se réinventer. Si Peugeot emprunte les voies de l’électrique (future 208 PSE) et de l’hybride rechargeable (508 PSE), Renault, lui, ne croît qu'en la solution de l'électrique. D’ailleurs, ce n’est pas un hasard si le nouveau patron de Renault Sport, Roberto Bonetto en poste depuis mars 2020, était auparavant responsable de la gamme électrique. Par conséquent, les deux futurs véhicules électriques que sont la Mégane (début 2022) et le SUV familial (projet HCC) auront une déclinaison "Alpine Sport" alors que la marque de Dieppe travaille, en parallèle, sur un SUV électrique sportif (PZ110). Les futurs véhicules sportifs au Losange seront électrisants, mais reste à convaincre les clients.

A LIRE. Alpine. Quels sont les plans de Luca de Meo pour le futur ?

Tags
Soyez le premier à réagir
Envoi en cours
dan57 Le 19/05/2022 - 10:43
Les écolos bobo et affidés sont péjorativement des "gauchiasses" sectaires, incultes, incapables, avides de reconnaissance et d'argent, à la rapacité phénoménale tout aussi doctes et pontifiantes que dégoulinantes de moraline et de morgue. Il n'est qu'à voir l'état de la France pour s'en convaincre.
Arjunpulika Le 16/11/2020 - 07:19
Great information here. Thank you!
kriss50 Le 14/11/2020 - 16:27
Et oui, les écolos sportifs sont riches. Pour s'acheter ces futurs bolides, il faudra déjà débourser environ deux fois plus pour un modèle thermique ou hybride équivalent ( la future 208 sportive vaudra 50 000 euros !!!, ça fait cher la boîte à savon), il faudra aussi disposer d'un deuxième véhicule qui, lui, sera thermique ou hybride, pour envisager de voyager sereinement sur une longue distance sans risquer la panne seiche ou l'attente d'une demi-heure tous les 200km le temps de recharger "la bête" en électrons. Tout ça pour dire que nos petits constructeurs français ont intérêt effectivement à changer qualitativement l'image de leur marque, voir en créer ou en réutiliser une plus flatteuse dédiée aux modèles sportifs électriques (bien vu Renault -Alpine, moins bien vu Peugeot... tout court), pour satisfaire cette clientèle de bobos millionnaires souvent avides de modèles allemands ou suédois. Quant à nous, pas millionnaires et amoureux des automobiles, il nous reste à reluquer du côté du bon coin ou de la centrale, histoire de continuer à rouler avec le sourire... Malheureusement ça ne durera pas.
Voir tous les commentaires (7)